Mahamat Saleh Annadif, chef de la Minusma : «Le plus important n’est pas d’avoir un mandat anti-terroriste»

91

La mission onusienne au Mali sera-t-elle un jour dotée d’un mandat qui l’autorise à combattre les groupes terroristes ? La question ne semble pas essentielle de l’avis du tout nouveau patron de la Minusma, en l’occurrence Mahamat Saleh Annadif, qui y a répondu, mardi, à la faveur d’une conférence de presse.

Le 26 janvier 2016, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et non moins patron de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a rencontré la presse nationale et étrangère à la Maison de la presse de Bamako. Cette rencontre était, faut-il le rappeler, la première du genre que le diplomate onusien a eue avec les médias depuis son arrivée dans la capitale malienne le 15 janvier dernier. Ainsi, de la lutte contre le terrorisme  à la réunion d’Alger du 18 janvier, en passant par le processus de cantonnement des ex-combattants, le mandat de la Minusma ainsi que les relations entre cette dernière et la population malienne, le Tchadien Annadif a été amené à se prononcer sur un certain nombre de points qui ont trait au processus de paix et de réconciliation nationale.

La rencontre du 18 janvier a fait bouger les lignes

Dans le langage qui sied à la fonction diplomatique, le tout nouveau patron de la Minusma a, pendant près d’une heure d’horloge, entretenu les hommes de médias qui ont voulu en savoir davantage sur les actions quotidiennes de la Mission, mais surtout ce qui va changer après la récente concertation d’Alger. Sur ce dernier point, le conférencier s’est empressé de préciser que cette réunion n’était nullement celle du Comité de suivi de l’Accord, mais plutôt une concertation de l’ensemble des acteurs de la mise en œuvre de l’Accord. Si l’on en croit M. Annadif, elle visait à donner un signal fort notamment aux parties signataires. Ce, au regard du retard accusé dans la mise en œuvre du document issu du processus d’Alger. Partant, il s’est félicité du fait que cette réunion consultative  leur a permis de constater dans les faits qu’il n’y a plus que deux camps : le camp de la paix et celui des terroristes. «Lorsque nous sommes arrivés à Alger, il y avait une prédisposition des tables qui a fait que toutes les parties maliennes (Gouvernement, Plateforme et CMA) se sont retrouvées derrière le drapeau malien. Ce jour, on n’a pas vu un mouvement signataire dire qu’il est derrière un autre drapeau. Cela est extrêmement important», a soutenu le diplomate, même s’il  s’est par ailleurs montré conscient que ces différentes parties ont des points de vue différents sur les solutions à apporter à la crise. S’il est d’accord que le communiqué final ne reflète pas forcément toutes les conclusions de la rencontre, Mahamat Annadif est tout de même convaincu d’une chose. C’est qu’il y a eu une avancée lors de cette dernière rencontre d’Alger et depuis leur retour, beaucoup de choses positives ont été enregistrées dans la mise en œuvre de l’Accord. «Le climat est de loin meilleur que ce qu’il était avant, beaucoup de textes ont été pris, beaucoup de  déclarations ont été faites. On peut donc raisonnablement estimer qu’il y a un accord, mais il y a aussi un avant et un après rencontre du 18 janvier…», a souligné l’orateur.

Que fait concrètement la Minusma pour le retour de l’administration à Kidal ?

En réponse à cette question, le patron de la mission onusienne a souligné que la mise en œuvre de l’Accord est un processus qui voit la Minusma poser quotidiennement des actes afin que Kidal revienne dans le giron du Mali. «Il faut briser cette barrière psychologique qui est la conséquence de ce que nous avons connu. Je ne peux pas dire aujourd’hui un délai, mais cela va arriver parce que cela fait partie de ce processus qui progresse de façon sûre et certaine», a-t-il promis, tout en soulignant au passage le caractère irréversible du processus de paix.

Le Gouvernement annonce un ‘’pré-cantonnement’’

Au sujet du cantonnement des ex-combattants, Mahamat Saleh Annadif a rappelé qu’il y a toute une série de mesures préalables. Mais l’un des éléments positifs qu’il a notés sur ce plan, c’est l’annonce faite ce lundi 25 janvier par le ministre en charge de la Défense au cours d’une visite à Tombouctou. Laquelle annonce est relative à la prise en charge immédiate de l’ensemble des ex-combattants qui sont censés être cantonnés. «On a même employé un terme qui n’existe pas dans l’Accord. Tout cela pour créer la confiance. Pour faciliter les choses, le ministre nous a parlé de pré-cantonnement», s’est réjoui le chef de la Minusma. Cette mesure est d’autant plus opportune à ses yeux que d’ex-rebelles concernés par le processus de DDR (désarmement-démobilisation-réinsertion) ne reçoivent plus de vivres et sont de ce fait à la merci de n’importe qui. «Nous remercions le gouvernement pour ce geste fort qui va sûrement changer la donne et recréer une nouvelle confiance. La prise en charge a commencé et le reste est en train de suivre», a noté M. Annadif.

Par ailleurs, dans la perspective d’un éventuel renouvellement du mandat de la Minusma en juin 2016, il a fait savoir que «le plus important n’est pas de dire qu’on a un mandat anti-terroriste ou pas»,  mais plutôt ce qu’on  fait sur le terrain. Partant, le conférencier, après avoir rappelé les différents mandats de la Minusma et les contextes dans lesquels ils sont intervenus, a souligné que le Conseil de sécurité de l’ONU définit toujours le mandat en fonction des réalités sur le terrain. Et M. Annadif d’indiquer : «nous disons tout simplement au niveau de la Minusma que la meilleure façon de combattre le terrorisme, c’est de tout faire pour mettre en œuvre l’Accord de paix. C’est de les rendre étrangers dans ce pays qu’ils ont essayé de prendre en otage et de les isoler». L’une des missions de la Minusma est, dit-il, de faire en sorte qu’il n’y ait pas de terroriste au Mali et elle n’a pas besoin de mandat pour cela. Pour y arriver, elle compte surtout sur l’accompagnement de ses partenaires, notamment la force Barkhane.

Bakary SOGODOGO

 

PARTAGER

91 COMMENTAIRES

  1. Nous ferons de toute en sorte que la MINUSMA soient beaucoup plus meilleur que nous croyons.
    Nous voulons que la volonté de tous les Maliens soient communes et que l’objectif de tout un chacun devrait être le soutien de nos soldats.

  2. La MINUSMA Les FAMA devrait S’entendre, car ce sont eux qui nous défend là ou ont leurs a besoin, on a de besoins total des Maliens, je m’adresse la parole a la communauté internationale pour que la paix revienne au pays.

  3. Après deux d’interventions dans notre pays la force onusienne a perdu toute confiance et toute intégrité dans notre pays et je pense que nos autorités doivent les remercier pour service rendu à notre pays afin de ne pas paraître hypocrite et leur demander de foutre le camp car ces derniers ont prouvé par A+B qu’ils traitent avec les terroristes ce qui est inacceptable; ils doivent donc partir.

  4. Tous les partis signataires de l’accord de paix et la réconciliation du 20 juin dernier doivent se donner la main pour le bonheur des Maliens. La paix viendra au Mali si et seulement si les maliens sont au cœur de l’accord et prennent part chacun à son niveau à l’application de l’accord. C’est là que la paix définitive viendra !

  5. Vivement que le nouveau comité de suivi de l’accord puisse déterminer les conditions pour que le processus de paix soit mis en œuvre pour que l’armée puisse être redéployé et sécuriser toute l’étendue du territoire et nos frontières par lesquelles les terroristes rentrent pour commettre leurs crimes.
    Comme le premier ministre; président de ce comité l’a dit, nous devons être les acteurs de la mise en œuvre de l’accord de paix avant de prétendre à une quelconque aide de l’extérieur. Nous devons donc tous nous engager pour la paix dans notre pays.

  6. Il faut que les différentes forces et la MINUSMA qui se trouvent au nord du Mali, se donnent la main pour renforcer la paix et la sécurité de l’Etat. Comme dit un célèbre adage que « l’union fait la force ».

  7. Nous devons solliciter la MINUSMA et leurs encouragés, ceux sont des individus qui perdent leurs vie pour sauver la patrie.Alors nous leur encourageons dans l’exercice de leur fonction

  8. Nous sommes vraiment convaincus que, la MINUSMA est capable de contrôler la situation sécuritaire du pays.Alors qu’il font leur boulot

  9. Le Mali sollicite la MINUSMA de faire tous ceux qu’on leur demande, sa mission est de renforcer la sécurité et de protéger les citoyens civils, mais compte tenu de cela, elle doit tout faire pour que le Mali retrouve la paix. Actuellement tous ceux qu’elle faite sont contraire à leur mission.

  10. Les acteurs de la crise malienne sont engagés dans le processus de paix. Il y a des difficultés mais je crois que le gouvernement est en train de prendre ses responsabilités avec la création de le comité national de suivi afin que celui-ci puisse trouver les problèmes qui bloquent la mise en œuvre de l’accord et y remédier.
    Les acteurs internationaux ne nous aiderons que si nous nous y mettons.

  11. Le problème de la Minusma ce n’est pas le responsable de la mission. L’ONU peut maintenir le même représentant mais le problème c’est le mandat. Il faut que l’ONU puisse donner plein pouvoir à ses hommes afin qu’elles puissent agir.

  12. On ne peut pas d’abord se réjouir de l’arrivée d’un nouveau représentant de l’ONU dans notre pays à la tête de la Minusma mais nous attendons seulement qu’il puisse poser des actions en faveur de la sécurisation des populations civiles et au maintien de la paix.

  13. Si Mahamat Saleh a reconnu qu’il y a des défis à relever donc lui même est conscient espérons vraiment qu’il puisse prendre des dispositions afin que la Minusma puisse être plus efficace sur le terrain notamment dans la lutte contre les terroristes et aussi dans le maintien de la paix et de la stabilité.

  14. On demande à la MINUSMA de jouer pleinement son rôle pour renforcer la sécurité au Mali.
    La MINUSMA n’a aucune intention d’instaurer la paix au Mali, on connait le jeu politique de la MINUSMA, car elle ne joue aucun rôle pour instaurer la tranquillité au pays.

  15. Je souhaite la bienvenue au nouveau représentant du secrétaire général de l’ONU dans mon pays en tant que chef de la mission des nations unies dans notre pays. Il dit savoir la grandeur de la tâche qui l’attends et nous espérons qu’il pourra répondre à nos attentes car nous avons été déçu par ses prédécesseurs et nous espérons qu’il va rendre la Minusma plus opérationnelle sur le terrain.

  16. “L’une des missions de la Minusma est, dit-il, de faire en sorte qu’il n’y ait pas de terroriste au Mali et elle n’a pas besoin de mandat pour cela.”
    Cela est le souhait de tous sans exception. Mais l’inertie de cette force face aux actes terroristes qui nous font douter de leur crédibilité. Nous voulons plus d’action de leur part.

  17. C’est effectivement maintenant que la MINUSMA doit se mettre à la tâche pour nous permettre de chasser ces terroristes très loin de notre pays.
    Nous pensons que ce nouveau chef à sa tête fera tout pour qu’il en soit ainsi.

  18. Le peuple malien souhaite la bienvenue à Mr Saleh et place tout son espoir en lui.
    Vivement que sa nomination à ce poste change les choses pour nous donner une bonne lisibilité de la mission de la MINUSMA.

  19. ” le plus important n’est pas de dire qu’on a un mandat anti-terroriste ou pas», mais plutôt ce qu’on fait sur le terrain.”
    Je pense que ça l’est pour nous Maliens en ce sens que le Nord est à la merci de trafic de tout genre qui expose nos concitoyens vivant dans cette zone. Pour ma part, une redéfinition de ce mandat est essentiel pour bouter le terrorisme hors de nos frontières.

  20. Nous sommes très heureux de l’arrivée ce monsieur à la tête de la MINUSMA.
    Cette arrivée nous donne de l’espoir car à l’entendre parler nous savons qu’il sait ce qui l’attend et comment s’y attaquer?
    Qu’il prenne dès maintenant les mesures pour permettre à la MINUSMA de combattre les terroristes qui menacent notre pays.

  21. Bienvenue à monsieur Saleh.
    Nous espérons qu’avec lui la MINUSMA prendra enfin ses responsabilités pour nous aider à chasser les terroristes.

  22. ” Partant, le conférencier, après avoir rappelé les différents mandats de la Minusma et les contextes dans lesquels ils sont intervenus, a souligné que le Conseil de sécurité de l’ONU définit toujours le mandat en fonction des réalités sur le terrain. ”
    Effectivement, c’est la procédure du conseil de sécurité de l’ONU de toujours définir son mandat en fonction du terrain. Mais, la situation actuelle du Nord fait appel à une redéfinition dudit mandat afin que cette mission puisse épauler les FAMA pour combattre les terroristes.

  23. Je me réjouis de l’annonce faite par le ministre de la défense qui déclare un pré-cantonnement des ex-rebelles. C’est une bonne nouvelle dans l’avancée du processus de paix. Cela raffermit la confiance entre les parties signataires.

  24. Si je me fie au discours de ce nouveau chef de la MINUSM,je peux dire que nous avons de bonnes raisons de croire que dans un futur très proche nous verrons les forces Onusiennes combattre les terroristes aux côtés de forces de défenses pour instaurer la paix dans le septentrion de notre pays.

  25. Nous souhaitons que ce nouveau chef de la MINUSMA fasse le véritable point de la situation sécuritaire qui prévaut dans notre pays pour que l’ONU prenne enfin une résolution permettant à ses force de lutter contre les terroristes aux côtés de nos FAMa.

  26. A mon avis, en ce qui concerne le retour de l’administration à Kidal, il faut suivre le chronogramme établit par l’accord de paix. Je pense qu’en appliquant l’accord, progressivement les choses rentreront dans l’ordre pour permettre un redéploiement de l’administration.

  27. “la priorité sera de renforcer le dialogue pour la mise en œuvre rapide de l’accord de paix d’Alger” dixit RSSG.
    Effectivement, il faut beaucoup miser sur le dialogue car le dialogue est l’arme des plus forts. Seul celui-ci est très primordial dans la mise en oeuvre de l’accord de paix. Je souhaite bonne chance au nouveau RSSG.

  28. Nous souhaitons la bienvenue au représentant spécial du secrétaire général des nations unies. Au vue de ces premières impressions, l’homme reconnait la grandeur de la tâche qui l’attend. Cependant, je demande à mes concitoyens d’accompagner cet homme dans sa mission.

  29. Il me semble que le représentant du secrétaire général des nations unies est conscient des difficultés et les défis à relever. Nous osons espérer qu’il apportera beaucoup dans cette quête commune. Mais, il faut que nous peuple Malien, montrions cette envie.

  30. « La MINUSMA fera en sorte que la Paix, la Stabilité, et la Sécurité reviennent au Mali, tout en reconnaissant que la clé du problème réside d’abord, entre les mains des Maliennes et Maliens, » a dit le RSSG.
    En effet, la clé de sortie de crise est entre nos mains. Et cette clé n’est rien d’autre que la volonté. Car sans la volonté, nous sommes capables de transcender toutes les difficultés qui longent la route de la paix et de la réconciliation.

  31. J’ose espérer qu’avec la venue de Mahamat Saleh Annadif, nous aurons un autre visage de la Minusma c’est-à-dire plus responsable et engager dans le maintien de la paix, la stabilité et la sécurité.

  32. Si l’ONU est là pour que les maliens trouvent une issue pacifique à la crise qui secoue le pays, elle doit revoir sa mission. Car chaque jour qui passe les individus sont tués pour leur regard sans aucune intervention par des groupes hostiles aux accords de paix

  33. La MINUSMA doit renforcer ces capacités c’est à dire intervenir militairement pour le respect des accords et pour protéger la population civile et leur bien.

  34. C’est vrai que le nouveau représentant est là pour trouver un terrain d’entente entre nous maliens mais je pense que nous devons savoir qu’après ce sont les vrais maliens qui doivent prendre à bras le corps ces accords. Car pour qu’on t’aide il faut manifester le désir d’aller à la paix.

  35. Les forces maliennes doivent coopérer davantage avec les forces algériennes pour bénéficier de leur expertise et les renseignements afin de nous mettre à l’abri d’imminentes attaques. Il faut également multiplier les patrouilles et les opérations de ratissage dans ces zones reculées

  36. Avec les équipements et les formations reçus par nos forces, elles pourront faire face avec plus d’efficacité aux menaces terroristes qui nous guettent. C’est vrai que nul n’est à l’abri mais il vaut mieux prévenir que guerrir

  37. Le terrorisme a pris d’autres proportions qui nous interpellent tous. Donc nous devons conjuguer les efforts pour lutter efficacement contre ce fléau mondial

  38. Mais je vois que la MINUSMA est passive face aux agissements des terroristes de sorte que l’on se demande si elle n’est pas complice.

  39. Il faut des soutiens internationaux pour lutter contre les terroristes qui ont du nord mali une base arrière. Afin de mettre tous les pays voisins à l’abri, il faut engager une opération telle ” le serval et le Barkhane”. C’est une réelle menace pour nos pays aujourd’hui et les pays occidentaux doivent le faire car tout le monde est concerné et exposé

  40. Le terrorisme est en train de prendre en plus en plus d’ampleur et il est temps pour nos états africains de se donner la main afin d’engager une lutte de grande envergure contre ce fléau qui met à mal notre développement.

  41. Nous sommes contents de son arrivée mais je pense qu’il est conscient de la lourde tâche qui l’entend car jusque là la MINUSMA n’a fait que déplacer les problèmes au lieu de les résoudre.

  42. Toute la communauté international dois nous aider envers la paix au Mali.
    La paix est notre volonté à nous tous.
    Vive la paix et la réconciliation.
    Vive le gouvernement malien qui se soucis de la volonté de sa population qui est la paix et la réconciliation.

  43. Nous souhaitons le retour à la paix et nous avons de la chance d’avoir un gouvernement qui lutte envers ce sens. A nous maliens d’être de plus envers cette paix, elle consiste

  44. La minusma et tout les aides onusienne doivent se mettre avec le gouvernement légitime de ce pays. Sinon nous sommes conscient, Il faut le dire et le redire encore et encore s’il le faut, Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain.

  45. Je n’est rien contre la minusma, mais je pence que cette minusma ne dois pas à l’erreur pour une fois de plus après les exactions à gao.
    le gouvernement malien est ce gouvernement sur lequel nous devons apporté nos confiances. La PAIX est de la volonté de toutes les parties, tout le monde ne veut que la paix au Mali. Nous continuons d’avoir de l’espoir pour le retour de la paix et de la réconciliation au Mali. Le comité de suivi de l’accord s’est réuni plusieurs fois et a pu adopter son règlement intérieur

  46. Maliennes et maliens nous savons déjà ce qui est de cette paix au Mali, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Ce n’est pas compliquer de comprendre que tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.

  47. Je crois que cette minusma a fait son temps au Mali et les choses ne sont pas en train de connaitre des avancées . Suivons les décisions du gouvernement et disons-nous que tous ce que nous faisons c’est pour le Mali.

  48. Quand même beaucoup ont été fait pour un retour prompt de la paix au Mali. Le gouvernement ne s’est jamais laisser faire. Nous sommes conscients de la bonne volonté du gouvernement pour le retour de la paix au Mali. La paix est un comportement, nous devons jouer ce comportement pour l’intérêt de la nation sans chercher quelque chose d’autre comme récompense.
    La minusma a du travail pour bien aidé le MALI envers cette paix.

  49. Moi je pense que le la MINUSMA est là pour aidé le Mali envers une paix. On ne peut pas parler d’aide lorsqu’il y’a des tentatives de contre coups. A nous maliens de faire cette paix, et je pense que nous sommes sur la bonne voie. Les processus pour la paix et la réconciliation ne dépend toujours que de nous, il faut qu’on se dit que nous sommes prêt pour le MALI, sans aucune arrière-pensée.
    Comme le dit le président de la république lors de la signature de l’accord de paix du 20 juin à Bamako, “il n’y a pas de plus beau que le retour de la paix et de la réconciliation au Mali “.
    Donnons-nous la main pour faire la paix…

  50. En ce qui concerne la paix au Mali, nous sommes conscient que Le gouvernement n’a jamais manqué à ses engagements, nous sommes conscient que des ennemis de ce pays qui se disent en accord avec le Mali rendent toujours difficile la mise en œuvre de la paix au Mali.
    Mais nous devons nous dire que cette paix ne viendra que de nous-même, que c’est de nos comportement, de nos façons de voir les choses et de nos façons de nous aimer entre nous.
    Nous avons tous dit la paix et rien que la paix nous satisfait.
    Je pense que la MINUSMA doit être du côté de notre gouvernement pas de se mettre avec les rebelles.
    Vive la paix…

    • La Paix, la Paix rien d’autre que la paix, notre volonté à nous tous est la paix au Mali.
      Vive la paix.

  51. Le président de la république est en train de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des populations des différentes localités, et pour lutter contre le banditisme dans les régions du nord, mais pour cela il nous faut l’aide de la MINUSMA !!

  52. Nous avons confiance au retour de la paix et de la sécurité dans les trois régions du nord MALI, et ça se fera quoi qu'il arrive !!! Mais il nous faut juste être patient et solidaire envers nos autorités pour leur faciliter la tâche !!!

  53. S’il faut obligatoirement renouveler le mandat de la MINUSMA pour nous sortir de cette crise une bonne fois pour toutes, on le fera sans aucune hésitation car il y va de notre bien à tous !!!

  54. Ce qui nous importe maintenant, c’est que la paix et la stabilité reviennent dans notre pays le plus rapidement possible. Alors, avec un peu de chance, l’aide de la MINUSMA nous sera utile sur ce point !!

  55. Nous voulons juste que la paix et la sécurité reviennent dans notre pays, quelque soit le prix à payer, alors, si cela doit obligatoirement inclure la MINUSMA, cela ne doit pas poser de problème, enfin ce que je crois !!

  56. La MINUSMA n’est pas un problème, et elle ne risque pas de le devenir, en tout cas pas au MALI. Elle ne peut que nous aider dans cette recherche de paix et de stabilité qui sont chères à tous les maliens !!

  57. La paix et la réconciliation est un long processus qui nécessite plusieurs mois voire plusieurs années pour qu’elles soient dans les rangs de la stabilité !!! Et il faut reconnaitre que le cas de notre pays est plus compliqué qu’on ne le pense, alors nous avons besoin de cette MINUSMA pour nous sortir de cette situation !!!

  58. L’effort déployé par le président de la république et son gouvernement n’est pas négligeable dans cette situation, il faut reconnaitre qu’ils se donnent à fond pour améliorer les conditions de vie et la sécurité des populations dans ces différentes localités, et que le terrain est un peu vaste pour les autorités maliennes seulement, il nous faut un appui et la MINUSMA est là !!! 😥 😥 😥

  59. La sécurité des populations des régions du nord-MALI sera assurer, mais on ne peut pas sortir d’une crise qui a duré plus de 20ans et crier pour la stabilité le jour d’après, cela n’est pas possible, il faut de l’aide !!!

  60. Il faut savoir aussi que la sécurité d’une localité qui vaut trois fois la France ne peut pas être garantit en un clin d’œil, c’est un long processus et il faut du temps au président de la république et son gouvernement pour toucher toutes les zones !!!

  61. La Minusma doit se contenter de protéger les populations du nord, quoi qu’il arrive voilà ce qui a été dit aux maliens avant l’arrivée de cette mission des Nations Unis au Mali. Si elle veut maintenir la stabilisation au sein de notre pays d’accord au cas contraire, qu’elle s’en aille très loin d’ici.

  62. 🙄 🙄 🙄 🙄 Le Mali est un pays qui est entouré par ses ennemis au lieu des amis comme des terroristes et bien d’autres. Tous ces pays qui se disent amis avec notre chère patrie ne cherchent qu’à combler leurs souhaits. C’est-à-dire à mettre la main sur les ressources minières qui engloutissent le septentrion malien.

  63. La lutte contre le terrorisme est une lutte de tous les jours, les maliens sont prêt à aller jusqu’au bout enfin d’en finir avec ces individus de mauvaises fois. Je suis d’accord avec ce nouveau chef de la Minusma.

  64. Si je me rappelle bien, les autorités maliennes cherchent déjà un moyen à faire quitter la Minusma sur le territoire malien. Alors là, ce nouveau représentant de la Minusma doit savoir où mettre ces pieds, sinon les choses risquent d’arriver vite. Malgré la lutte contre le terrorisme est l’un de nous souci primordiaux, la Minusma doit faire attention.

  65. 😉 😉 😉 😳 😳 😳 😳 La lutte contre le terrorisme est l’un des nsouci tangible du peuple malien. La Minusma et la force Barkhane doit tous passé par le gouvernement malien avant de poser un acte concernant notre pays. Voilà une des raisons que je tenais à préciser à ce monsieur avant qu’il commence ses fonctions.

  66. Nous sommes contents de l’arrivée d’un nouveau chef à la tête de la Minusma. Mais je rappelle que cette mission doit agir conformément selon les textes qui lui ont été assigné à son arrivée pour la première fois au Mali. C’est bien qu’il se met combattre les terroriste en premier temps.

  67. Avant toute chose, il faut que ce nouveau chef comprenne que les maliens sont très attachés à la dignité et à l’honneur. Dire la Minusma va continuer à jouer l’escroquerie dans cette histoire du septentrion malien. Il n’en est plus question.

  68. J’espère que le nouveau Chef de le Misnuma connait déjà certaine réalité de ce que cette dernière à poser comme acte contre l’Etat malien. Donc, il revient à lui de comprendre que cette mission doit agir selon les textes qui lui a été soumis si elle veut rester encore un peu de temps au Mali.

  69. Le Mali a besoin des intervenants pas des comploteurs. La Minusma doit agir conformément au texte de sa mission. C’est-à-dire tenir la stabilisation au nord Mali et non défendre les groupes armés. Le gouvernement malien a accepté de les recevoir uniquement pour maintenir la stabilisation sur le territoire malien.

  70. Je pense que la MINUSMA doit le plus primer sur un mandat anti-terroriste. La MINUSMA est sur le sol malien pour la quête et le maintient de paix et de la stabilité, le terrorisme reste le problème majeur de la stabilité sur le sol malien. La MINUSMA garant de la paix et de stabilité se doit d'aider le gouvernement a combattre le terrorisme.

  71. La MINUSMA doit aider les forces de sécurité malienne si l’occasion se présente. La MINUSMA s’est instaurer au MALI en majeur partie pour le maintien de la paix et la sécurité. Mais elle ne fait rien du tout, à part faire que du laisser-faire par des terroristes et des narcotrafiquants.

  72. La MINUSMA fait quoi au Mali ? Quelle est le vrai rôle de la MINUSMA ? La MINUSMA œuvre pour qui sur le sol malien ? Quelle est le vrai objectif de la MINUSMA sur le sol malien ? Ces questions toute la population malienne se la pose et reste toujours sans réponse, parce que les faites poussent à la confusion. Que la MINUSMA quitte le sol malien.

  73. La MUNISMA a failli à son rôle et cela depuis son installation sur le sol malien. Des attaques de tous genres se sont perpétrées sur le sol malien sous les yeux indifférents de la MINUSMA, l’insécurité s’agrandit dans les zones ou la MINUSMA est sensé sécuriser.

  74. La MUNISMA et l’Etat doivent se donner la main pour que l’insécurité puisse être bannie du territoire malien. Le rôle de la MINUSMA n’est pas de jouer aux visiteurs. Non, je suis désolé de le dire, parce qu’au Mali, la MUNISMA joue aux téléspectateurs de mauvaise foi, ils ne sont pas là pour cela ou qu’elle parte.

  75. Je pense que c’est le faite d’avoir un mandat anti-terroriste qui reste le plus important. Le Mali est devenu un pays ou le terrorisme maltraite la sécurité, la paix et la stabilité au sein du pays, on peut parler de paix sans combattre le terrorisme au Mali.

  76. J’invite Mahamat patron de la Minusma de rempli d’une manière salutaire leur part de travail sur le sol malien, il doit fait preuve de bonne foi et la MUNISMA doit prêt à intervenir quand il le faut et comme il se doit pour et faveur du Mali et non agir contre le Mali. Si telle n’est pas le cas alors vraiment je ne vois pas le rôle de la MUNISMA dans la crise malienne.

  77. Je pense que la MINUSMA se doit d’aider le Mali a combattre le terrorisme sur le sol malien, sinon sans cela la MINUSMA n’a rien à faire ici au Mali. Ce n’est qu’en combattant le terrorisme que la paix et la sécurité pourront revenir dans le nord Mali.

  78. Non, la MINUSMA à tort vraiment, elle a pour rôle de consolider la paix, ainsi que de protéger les institutions et les populations civiles du Mali. Mais aujourd’hui la population et l’Etat malien se demandent aujourd’hui ce que fait la MUNISMA sur le sol malien ? Car nous remarquons tout à le contraire.

  79. Tout le peuple malien voulait du retrait de la MINUSMA à cause de sa passivité. Cette passivité trouve son origine dans le mandat de cette force. Donc il faut que le conseil de sécurité fasse quelque chose pour cela. Mahamat Saleh Annadif ne sait pas réellement quel genre de mandat il a sinon il n’allait pas dire qu’il n’a besoin d’un autre mandat.

  80. LA seule solution de lutter contre contre le terrorisme au Mali et accélérer la mise en œuvre de l’accord est de modifié soit adopter un autre mandat pour la MINUSMA. C’est de cela que la résolution de notre crise réside.

  81. En ce concerne le retard accusé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger, je dirai que même la Minusma a une part de responsabilité. Ce ne sont pas que les deux grandes parties signataires de l’accord qui ne jouent pas leur rôle. Cette mission en fait partie.

  82. Je pense que la MINUSMA a besoin plus que d’un mandat pour combattre les terroristes. Cette mission est faible plus que l’expression faible. La seule que je sollicite, actuellement, est le retrait de cette force de mon pays.

  83. Personnellement, je ne compte pas sur la mission onusienne au Mali pour sauver ce pays ou aider les forces armées maliennes à stabiliser notre territoire. Cette mission a déjà failli dans la crise malienne.

  84. Nous ne voulons plus de la MINUSMA dans ce pays. Nous crions sur tous les toits le retrait progressif et sans délai de la force onusienne de notre pays. depuis plus de 2 ans elle présente dans ce pays et elle pu rien pour assurer la sécurité de la population civile qui fait partie de son mandat.

  85. Si le tout nouveau représentant du secrétaire général des Nations Unies, Mahamat Saleh Annadif, pense qu’il n’a pas besoin d’un autre mandat pour combattre les terroristes, je dirai qu’il se trompe et qu’il a d’ores et déjà failli à sa mission. Le mandat de la Minusma ne la permet pas combattre les terroristes. Elle a un mandat de forces d’interposition.

  86. Le mandat qu’a la MINUSMA au Mali ne lui permet pas de combattre qui que ce soit même les terroristes. C’est un mandat de force d’interposition qu’elle a. Donc si le nouveau représentant de l’ONU au Mali veut réussir sa mission, il doit solliciter un autre mandat. Sinon son mandat ne lui permet de réussir quoi que ce soit dans la crise malienne.

  87. Tant que la mission onusienne restera une force d’interposition le terrorisme gagnera d’avantage le terrain dans ce pays. Si Mahamat Saleh Anndif crois que le plus important n’est pas d’avoir un mandat anti-terrorise, et bah il se trompe. Sans un mandat de ce genre il ne pourra pas réussir au Mali.

  88. Si le nouveau patron de la MINUSMA pense que le plus important n’est pas d’avoir un mandat anti-terroriste, je crois qu’il n’a plus rien à foutre dans ce pays. Le terrorisme ne peut être combattu que par la force et la MINUSMA devient une force si seulement si son mandat sera modifié pour en faire un mandat anti-terroriste. Avec son actuel mandat, cette force est spectatrice et ne peut rien nous apporter dans le cadre du processus de paix.

  89. Je pense que la mission onusienne a bel et bien besoin d'un mandat anti-terroriste pour combattre les terroristes et sécuriser, aux côtés des forces locales, les populations civiles maliennes. Je me souviens de la chanson de cette force : on est une force d'interposition et non une force de combats.
    Une force d'interposition peut-elle combattre une autre force? C'est la question qui mérite d'être posée.
    Mais vu aussi le parcours des Nations Unies depuis sa création à aujourd'hui, je ne pense pas qu'elle soit capable de quoi que ce soit pour lutter contre le terrorisme. Car le minimum qu'elle avait à faire au Mali était d'assurer la sécurité des civils et elle a failli à cette mission. Le tout nouveau représentant du secrétaire général de cette mission vient de montrer son incapacité à analyser notre problème et en trouver une solution adéquate.

  90. Personne ne veut mourir; et surtout ces laches du MLNA ( cause principale du terrorisme au Mali), alors c’est aux maliens de defendre la dignite du Mali;sinon les meme realites resteront dans les 50 ans a venir. Se defendre tout sans arreter le dialogue!

Comments are closed.