Pierre Bouyoya sur la Situation du Nord du Mali : «La situation sécuritaire globale connait une amélioration»

0
Pierre Buyoya
Pierre Buyoya

Le jeudi dernier, le Haut  représentant  de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel  était face à la presse. Objectif: faire le point de son constat trimestriel sur la situation globale du Mali  et du Sahel.

Dans son intervention, le haut représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel (Misahel),  Pierre Buyoya, s’est réjoui de prime abord  du choix des parties maliennes à se tourner vers le dialogue pour régler leurs différends. Selon lui,  L’Accord pour la paix et la réconciliation est une étape importante, mais il ne constitue que le début d’un long processus  qui devrait être fondé sur la confiance et le dialogue afin de reconstruire  une paix durable et une solide réconciliation nationale. « La situation sécuritaire globale du Mali a connu, depuis la signature de l’Accord  pour la paix et la réconciliation, une progressive  amélioration», a déclaré M. Bouyoya. Toutefois,  Il estime que  trois faits peuvent être considérés comme déterminant dans cette évolution. Il s’agit notamment : des négociations endogènes menées par les groupes armés, la Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad ; les mécanismes du sous-comité de défense et de sécurité à savoir : la Commission technique de sécurité , le Mécanisme opérationnel coordination (MOC), mise en place pour faciliter le règlement des différends ont permis d’instaurer la cohésion entre les belligérants ;la diminution perceptible des attaques terroristes. Toutefois,  il a précisé que ces résultats s’expliquent par l’avancée de l’armée malienne soutenue par la Minusma et l’opération Barkhane. «La lutte contre le terrorisme est un travail de longue haleine  et qui nécessite une coopération régionale et, même, internationale, compte tenu du caractère insidieux  et transfrontalier de ce défi», a-t-il déclaré. Et de préciser que c’est  dans cet esprit que se développent les efforts du processus de Nouakchott, conduit par l’Union africaine.                                    A ses dires, la première réunion  des ministres des défenses des pays membres, tenue le 4 septembre 2015, a décidé du renforcement d’une telle coopération des pays du champ à travers des patrouilles au niveau des frontières. Par ailleurs, il s’est également réjoui de la réouverture des classes sur l’ensemble du territoire. «La Misahel reste toujours préoccupée par la non-reprise totale des écoles dans certaines régions comme Kidal et Tombouctou ou 28 écoles n’ont pas repris pour diverses raisons», a souligné le haut représentant de la Misahel.

Concernant la situation du  Sahel, il a fait savoir que malgré la montée en puissance de l’armée nigériane, la situation reste toujours préoccupante avec les attaques terroristes de Boko Haram de plus en plus orientées vers l’usage des bombes humaines. Au-delà du Nigeria, soulignera t-il, les pays comme le Cameroun, le Niger, le Tchad continuent d’être affectés par la même secte. S’agissant de la Libye, il affirme que la menace terroriste devient de plus en plus croissante avec l’intrusion des groupes djihadistes de l’Etat Islamique. « L’Union africaine continue de privilégier la solution négociée, en appelant les deux gouvernements concurrents à parvenir à un accord sous l’égide des Nations Unies et avec la participation des pays voisins», a-t-il précisé. Par ailleurs, il s’est réjoui de la fin heureuse du coup d’Etat perpétré  au Burkina, au lendemain de la réunion de Groupe international de soutien et d’accompagnement à la transition à laquelle la Misahel prenait part.

A noter que la conférence de presse a été sanctionnée par la remise d’un lexique de la paix aux hommes de médias.

Boubacar SIDIBE

 

PARTAGER