Lettre à mon oncle Bass

0

Cher oncle,

Bonjour !

Le « main en main » qui te donnera cette lettre, te remettra également un colis d’arachides (de la part de grande mère) et un téléphone portable (d’occasion), que je t’ai acheté. Je suis vraiment content du fait que, nous aussi, arrivons de temps en temps à t’envoyer de petites choses.

La vie, mon cher oncle, ne mérite point d’être vécue, lorsqu’elle est synonyme de toujours recevoir, sans jamais rien donner. D’ailleurs, on a toujours quelque chose à donner, même lorsque, l’on manque de tout.

 

Sur un tout autre plan, je t’informe oncle Bass qu’il y a quelques jours, le ciel a déversé sur nos têtes tant d’eau, que nombre de poulaillers, pardon d’habitats (de Fantambougou bien sûr) ont été inondés. Pire, 15 personnes sont mortes, noyées suite à cette grande pluie qui aura aussi causé d’importants dégâts matériels. Tout cela est bien triste mon pauvre Bass, mais ainsi va la vie dans  les Fantambougou au Mali. Walahi, bilahi, je jure !

Autre évènement, c’est le retour il y a quelques jours à la maison de 99 migrants maliens en provenance de la Libye. Les malheureux, à leur descente d’avion ont dit être très contents de se retrouver parmi les leurs  dans notre pays. Les pauvres, n’oublieront certainement plus la leçon : mieux vaut mourir de faim ici (ce qui n’est même pas courant) que de devenir des esclaves en terre étrangère ou de servir de nourriture aux requins de la mer Méditerranée. Walahi, bilahi, je jure !

Enfin, l’Ecole.

Effectivement cher oncle, les enseignants ont mis fin à leur grève et les cours ont repris. A présent, que vont devenir les élèves d’en bas ?

Comment en deux ou trois petits, pourront-ils être à même de faire face aux examens ? Surtout que, au Mali d’en bas, nul n’a d’argent pour recruter des enseignants mercenaires pour des cours privés à la maison.

 

Aussi, lorsque les parents, victimes de la misère et de la pauvreté, n’arrivent même pas à assurer à leur progéniture le pain quotidien, (à fortiori les vêtir et les soigner), de quelle autorité peuvent-ils disposer pour imposer à leurs enfants, de se consacrer à leurs études ?

Et le plus choquant c’est que, ces enfants deviennent des victimes de leurs conditions familiales et courent inéluctablement vers leur perte.

C’est ça, cher oncle, la triste et inadmissible réalité de l’écrasante majorité des enfants de ce pays, les enfants du Mali d’en dessous.

L’école, est-elle réellement une solution pour sortir les enfants de l’obscurité et leur donner l’espoir de vivre des lendemains meilleurs ? Allah Akbar !

De quelle école d’ailleurs s’agit-il ?

Pas tout de même,  de celle-là, celle actuelle du Mali des petits et des faibles. Misérable usine de fabrique de cancres, de bons à rien, de voyous et de délinquants.

L’école malienne est malade, parce qu’elle a peu d’infrastructures (laboratoires, bibliothèques, salles de classes etc).

L’école malienne est à genoux parce que, n’importe qui est promoteur d’établissements scolaires. Parce que, les notes et les diplômes s’y vendent comme n’importe quelle marchandise.

L’école malienne est au pilori, parce que, les politiciens, après l’avoir utilisée pour les basses besognes, l’ont jetée et piétinée comme un mégot de cigarette.

Pour qu’au Mali, nous ayons une école digne de ce nom, il faudrait donc un changement de comportement de nos “en haut d’en haut”, mais aussi des responsables de l’éducation. Hélas ! De ça mon pauvre Bass, nous en sommes  très loin. Je le dis pian ! Parce que, c’est ça qui est ça !

Que Dieu sauve les ‘’choses sacrées’’ des nageurs que nous les Maliens d’en bas, l’écrasante majorité sommes. Amen.

A lundi prochain Inchallah

Par ton petit Ablo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here