M’baye Boubacar Diarra producteur de ”Africa Show” : «Le bilan de cette émission est énorme»

0

«Si un artiste a des messages désagréables ou injurieux dans ses chansons, je ne l’accepte pas»

Technicien de l’Ortm à la retraite, M’Baye Boubacar Diarra n’est pas resté inactif sur le plan professionnel. Après avoir laissé ses traces indélébiles à la chaine nationale, notamment avec ”Top Etoiles”, le doyen Diarra contenue de faire la fierté de la culture malienne et africaine à travers son émission ” Africa show ” sur Africable Télévision.  Dans le cadre du 11e anniversaire de ladite émission, nous sommes allés à sa rencontre au Café des Arts au Palais de la Culture où il enregistre son émission.

Aujourd’hui-Mali : Bonjour, pouvez-vous nous présentez votre émission ”Africa Show”

M’Baye Boubacar : Comme son nom l’indique, “Africa Show” est une émission culturelle et artistique qui passe sur Africable Télévision. L’enregistrement se fait au Café des Arts au Palais de la culture. “Africa Show” est une émission de variété africaine qui prend en compte tous les artistes de la sous-région donc pas seulement les artistes maliens. C’est une émission très variée. Dans l’émission “Africa Show”, le public est aussi un élément important. En plus de cela, l’émission valorise la culture africaine à travers notamment le plan vestimentaire.

Comment est venue l’idée de création de l’émission à Africable ?

L’idée d’Africa Show est venue du directeur d’Africable Télévision Ismaila Sidibé qui est un frère à moi. Nous avons animé ensemble l’émission “Sumu Télé” à l’Ortm. Après ma retraite, il est venu me voir pour me proposer de venir faire cette émission sur Africable. Vu que je m’y connaissais déjà bien dans ce domaine, cela fut un grand plaisir pour moi d’accepter sa proposition.

Comment les artistes sont-ils invités sur votre plateau ?

Il y a plusieurs conditions à remplir pour être un invité sur le plateau d’Africa Show. En premier lieu, j’écoute ta musique, si ça me plait je te programme et si elle ne m’a pas plu je suis désolé. Mais je te dis aussi ce qui m’a empêché de te prendre à mon émission. Par ce que je n’accepte toutes les chansons. Si tu as des messages désagréables ou injurieux dans tes chansons, je ne t’accepte pas. Car les messages que nous passons dans cette émission doivent être des messages de sensibilisation, des messages de paix et d’entente, d’union familiale.

Les chansons en faveur de la politique ne sont pas non plus acceptées dans Africa Show. Les chansons de louanges sont acceptées car on remarque que les artistes maliens souffrent et si ces artistes chantent les louanges de leur mécène, cela est compréhensible. Mais toute chanson susceptible d’impacter négativement la société n’est pas acceptée sur le plateau d’Africa Show.

Etes-vous vous confrontés à des difficultés lors de l’enregistrement de votre émission ?

Pas de difficultés majeures de ce côté-là, mais ce que j’ai toujours demandé aux artistes, c’est d’avoir une conformité entre leurs chansons et leurs tenues. L’artiste ainsi que les danseurs qui l’accompagnent sur scène doivent avoir des tenues qui reflètent la chanson chantée. Souvent, il y a des danseurs qui portent des tenues indécentes. Chose que j’ai toujours contestée parce que l’émission est suivie de partout en Afrique et au monde. Donc nous devons montrer une meilleure image de nous-mêmes et de notre culture, à travers le petit écran.

Autre difficulté que je rencontre souvent, c’est qu’il y a des personnes qui aiment venir sur le plateau pour saluer les artistes dans l’unique but de se faire voir. Cela impacte aussi notre travail car c’est l’artiste seulement qui est censé venir sur le plateau. Nous acceptons ceux qui viennent pour donner de l’argent aux artistes. Cela est compréhensible, contrairement au cas de ceux qui viennent chercher la caméra ou frimer devant le public.

Vous avez célébré le 4 mars dernier le 11ème anniversaire d’Africa Show, alors quel bilan pour ces 11 années d’existence de l’émission ?

Au-delà du divertissement, “Africa Show” a permis à beaucoup d’artistes de gagner des terrains titres fonciers, des voitures et bien d’autres car à travers l’émission, les artistes étalent leur savoir-faire et atteignent plus de fans en Afrique et au monde. En plus, il y a beaucoup de liens de mariage et d’amitié qui se sont tissés à “Africa Show”.  Les photographes y gagnent. Aussi l’émission fait la promotion de la culture malienne et africaine. Il y a un panafricanisme qui se crée autour de cette émission. Je peux dire que le bilan de l’émission est vraiment énorme.

Quelles innovations comptez-vous apporter à l’émission ?

L’innovation principale, pour le moment, c’est la création d’une chaine Youtube ou encore une webtélé, c’est-à-dire une présence de l’émission sur l’internet. Nous avons même déjà créé la chaine Youtube qui sera très bientôt lancée. Grace à ce support digital, les gens pourront regarder l’émission à travers le monde sur le Net parce que quand l’émission passe sur Africable une fois et rediffusée une fois, c’est fini. Après, tu  ne verras plus cette émission car elle n’est plus exploitée. Elle est mise dans les archives et tout le monde sait comment les archives sont conservées en Afrique. Au bout de quelques années, elles sont généralement endommagées. Or sur le Net, les gens auront toujours possibilité de voir toutes les émissions à n’importe quel moment. En plus, cette présence sur le net peut permettre aux amoureux de l’émission de visionner toutes les émissions qu’ils auront ratées.

Quel sera votre dernier mot ?

Vous savez, la culture malienne est très riche. Elle ne se résume pas qu’au chant et à la danse car quand un enfant nait, il ne vient qu’avec deux choses : il crie et il suce son doigt. Au de-là ces deux choses, tout ce qu’il apprend c’est de la culture. J’invite donc les jeunes artistes maliens à apprendre en s’inspirant des anciens qui ont toujours défendu et fait la fierté cette culture malienne extrêmement riche.

Réalisé par Youssouf KONE et Ramata DOUMBIA  

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here