Kadiatou Konaré : « L’INA a été cédé au grand dam de tous les amoureux des arts et de la culture »

14

Dans le cadre de sa session extraordinaire, le Conseil national de la transition (CNT) a tenu, jeudi 11 mars 2021, une séance plénière dans la salle Djeli Baba Sissoko du Centre international de conférence de Bamako (CICB). Au cours de cette session, la vente de l’institut national des Arts (INA) de Bamako a été annoncée par le président de la commission culture du CNT, Magma Gabriel Konaté.

« Ce qui est très grave, c’est que l’Institut national des arts, ce joyau architectural, d’après mes recherches, a été vendu », a affirmé le président de la commission culture du Conseil national de la Transition (CNT), Magma Gabriel Konaté au cours de la séance plénière de ce jeudi 11 mars 2021.

« Comment peut-on vendre cet institut » ?

Étonné et surpris par le résultat de ses recherches, Magma Gabriel Konaté demande des précisions à la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Kadiatou Konaré. « Comment peut-on vendre cet institut qui a vu beaucoup d’artistes passés, des gens qui ont fait le bonheur du peuple malien et qui ont fait rayonner le nom du Mali au-delà de l’Afrique ? », a-t-il demandé.

« Oui, l’INA a été cédée au grand dam de tous les amoureux des arts et de la culture », confirme Kadiatou Konaré avec regret dans l’âme avant de reconnaitre que l’INA est « un joyau architectural, un lieu de mémoire ».

Selon les précisions de la ministre, cette vente a eu lieu entre 2019 et 2020. La ministre demande néanmoins d’interroger ce que l’État malien fait avec ces biens immobiliers. « C’est cette politique de vente des immeubles, des biens de l’État qu’il faut vraiment interroger », recommande-t-elle.

« Assainir la maison »

La ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme rassure toutefois que la transition va travailler à ce que cette politique de vente des biens de l’État ne puisse plus se poursuivre. « Nous, ce que nous pouvons faire, pour la période de la transition, qui est aussi une période qui va nous permettre de préparer les jours d’après, c’est d’assainir un peu la maison pour que ceux qui vont arriver puissent travailler en s’appuyant sur de véritables politiques de bonne gouvernance », explique-t-elle.

Ces nouvelles politiques que prévoit la ministre Kadiatou Konaré ont pour dessein d’éviter la vente des établissements ainsi que des biens de l’État. « Et s’il y a des dispositifs réglementaires à prendre, nous allons les prendre parce que nos biens physiques font partie intégrante des patrimoines matériels et des patrimoines immatériels », a-t-elle rassuré.

Fousseni Togola

Source : https://phileingora.org

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Je suis d’accord avec Rebel. L’INA était perdu en plein milieu du marché. C’est un lieu d’apprentissage et il doit être dans un environnement adéquat. Les questions qui devraient se poser, c’est de savoir à combien l’immeuble a été vendu, qu’est-ce qui a été fait de l’argent et pourquoi un autre bâtiment n’a pas été construit avec l’argent de la vente ?

  2. C’est simple cette affaire , il faut créer une commission d’enquête pour comprendre les décisions et les conditions de cette vente , il me semble que la précédente ministre de la culture est bien vivante au Mali

    • Tu as raison Madou la Ministre est vivante et Boua le ventru IBK est vivant qu’ils repondent de leur vol du denier public comme d’habitude, veritablement IBK manque de vertu, de dignite et d’honneur! Un enfant maudit!

    • Madou, SABALI!!!!!!!
      SEULS LES NAIFS NE SAVENT TOUJOURS PAS QUE TOUS NOS PAYS ONT ETE’ VENDUS PAR LES GRANDS BANDITS ET LEURS PARTENAIRES QUI CONTROLENT NOS PALAIS PRESIDENTIELS ET NOS ASSEMBLE’ES NATIONALES! MADOU, LES VENTES ONT ETE’ FAITES DE MANIERE ….. “LEGALE”!
      UNE FOIS QUE VOUS ARRIVEZ A’ COMPRENDRE QUE NOS PAYS ONT ETE’ COMPLETEMENT RECOLONISE’S PAR LE MONDE DES FINANCES, VOUS N’AUREZ PLUS DE PROBLEME!
      NOUS SOMMES LES VAINCUS, LES SOUMIS ET LES NIQUE’S!!!! IL N’ Y A AUCUNE DIFFERENCE ENTRE NOS DIRIGEANTS D’AUJOURD’HUI ET LES ESCLAVAGISTES DE LA PERIODE DE L’ESCLAVAGE!
      ON PRETEND QUE TOUT VA BIEN MEME SI NOUS SAVONS QUE RIEN NE VA! NOUS NE CONTROLONS PAS LE DESTIN DE NOS PAYS!!!!! LE CONTINENT AFRICAIN EST LE DERNIER DE TOUS LES CONTINENTS! LA SEULE QUESTION QUI COMPTE POUR NOS PEUPLES EST DE SORTIR DE CETTE MERDE!!!!! TOUT LE RESTE A POUR NOM: AMBE’ GNAN NEGUEN!!!!

  3. Le roi MAUDIT de segou a ecrit: ON GERE LES BIENS DE L’ETAT ET ON LES VEND COMME S’IL S’AGISSAIT DES BIENS PRIVE’S QU’ON A HERITE’S DE NOS PERES! tu vas dire ca a ton Boua le ventru IBk le Mande Zonkeba car c’est lui a fait ce que tout le monde denonce aujourd’hui y inclue Katou Konare, IBK est un homme sans vertu, sans dignite et sans honneur!

  4. Il faut acheter un grand terrain pour y construire un nouvel INA!!! Cette construction peut etre faite dans l’une des regions s’il n’ y a plus de place a’ Bamako!
    QUE FAIRE QUAND NOUS AVONS DES INCONSCIENTS QUI SONT PRETS A’ VENDRE ABSOLUMENT TOUT POUR GONFLER LEURS PROPRES POCHES?
    Je suis capitaliste MAIS CE QUI SE PASSE DANS LES PAYS AFRICAINS N’EST PAS UN CAPITALISME. C’EST PLUTOT UN DETOURNEMENT MASSIF DES BIENS DE L’ETAT ORGANISE’ PAR NOS POUVOIRS! ON GERE LES BIENS DE L’ETAT ET ON LES VEND COMME S’IL S’AGISSAIT DES BIENS PRIVE’S QU’ON A HERITE’S DE NOS PERES!
    SI LE MONDE DES FINANCES POUVAIT INSISTER A’ ACHETER NOS PALAIS PRESIDENTIELS AFRICAINS, NOS DEPARTEMENTS MINISTERIELS ET NOS ASSEMBLE’ES NATIONALES, CELA AURAIT ETE’ MIEUX PARCE QUE LA’ AU MOINS, IL SERAIT CLAIR A’ TOUT LE MONDE QUE NOS PAYS NE SONT POINT INDEPENDANTS! QUAND JE CONSTATE DES GUERRES CIVILES EN AFRIQUE, LA SEULE QUESTION QUE JE ME POSE EST: WHAT ARE THEY FIGHTING FOR? ON IMPOSE UNE GUERRE CIVILE A’ UN PAYS COMME LE MALI POUR FAIRE QUOI? SI POUVOIR CENTRAL DE BAMAKO GAGNE, IL CONTINUERA A’ VENDRE LE MALI ET SES RESSOURCES AU MONDE DES FINANCES. SI LES GROUPES ARME’S GAGNENT, ILS CONTINUERONT LA MEME BETISE AU NIVEAU DES ZONES QU’ILS CONTROLENT. NOW, THE QUESTION IS: WHAT ARE YOU FIGHTING FOR? CAN SOMEONE TELL ME THE BENEFIT THAT THE MALIAN PEOPLE WILL GET?
    AW BE’ KA SABALI!!!
    LA REPUBLIQUE DE MA DEFUNTE MERE NENE SOUMARE’ CONTINUE SA LONGUE MARCHE SUR SA TETE. VIVE LA REPUBLIQUE DE SANKINGBA!

  5. Le problème ce n’est plus les locaux. C’est vendu. Circulez, il n’y a plus rien à voir.
    Mais qu’est ce qu’on va faire de cet espace?
    Encore des boutiques alignées devant lesquelles les propriétaires exposeraient le surplus du magasin sur la voie publique ?
    Les initiés appellent ça : exploitation privée de la propriété collective.
    Des écolos comme moi verraient bien cet espace entre les mains du Ministère de l’environnement.
    Ce serait un bol d’air pour cet endroit qui suffoque

  6. Mais Rebel il fallait vendre la Grande Mosquee et l’Assemblee Nationale au lieu de l’INA car un symbole de la fierte nationale, de la culture Malienne et de la laicite Malienne!

  7. De deux choses, l’une ! On ne peut pas laisser le grand marché s’étendre jusqu’aux routes et laisser tous ces bâtiments publics (Assemblée nationale, INA, la panoplie de bâtiments administratifs de l’État, et même la grande mosquée) en plein milieu de ce même marché. Tout urbaniste éclairé aurait fait un choix sans ambages : soit on dégage le marché, soit on dégage ce que la fierté nationale confond à outrance avec des “joyaux architecturaux”…

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here