Malick Coulibaly reste dans le gouvernement mais pas au ministère de la justice : IBK va-t-il commettre l’erreur fatale ?

8

A l’aube de la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale, probablement dirigée par Dr Boubou Cissé, les rumeurs les plus folles circulent à propos des ministres qui doivent partir et ceux qui doivent rester. Le cas du Ministre de la Justice Garde des sceaux Me Malick Coulibaly défraie la chronique. Toutes les supputations et autres pronostics font état de son maintien dans le gouvernement, mais pas au ministère de la Justice. IBK pourra-t-il prendre le risque de faire changer Malick Coulibaly de portefeuille ministérielle,tant il joue bien son rôle à ce département et a donné espoir à des milliers de maliens qui avaient cessé de croire en la justice malienne ?Le fait-il pour étouffer la rocambolesque affaire du Boeing présidentiel et des équipements militaires ? Quelle pourrait être la réaction du public à l’annonce d’un tel changement ?

Empêtré dans des difficultés de tous genres, le régime IBK ne pourrait pas se donner le luxe d’ajouter une crise aux multiples crises qui assaillent déjà le pays depuis belle lurette. Aujourd’hui si les maliens dans leur grande majorité ont un seul domaine  de satisfaction dans la gestion des affaires publiques par le régime IBK, c’est à n’en pas douter, celui de la justice sous le leadership éclairé de Me Malick Coulibaly. Le Mali démocratique a connu certes beaucoup de ministres de la justice, mais rares sont ceux qui ont marqué d’une trace indélébile leur passage à ce département. Me Malick Coulibaly fait partie de la restreinte liste des ministres de la justice ayant jeté  véritablement les bases d’une justice plus proche des justiciables et qui sévit contre les délinquants financiers quel que soit ton grade ou ton rang social.

Pour rafraîchir la mémoire des maliens, il faudra rappeler les sulfureux dossiers de détournement des deniers publics et de spéculation foncière. Ces deux dossiers ont conduit dans les prisons du Mali des dizaines voire des centaines de personnalités, pas des moindres, comme le Maire du District de Bamako, le Président de l’APCAM, le Président du Conseil régional de Kayes et des maires de plusieurs communes. L’autre dossier qui semble faire couler beaucoup d’encre et de salives et qui serait à la base de l’inimitié entre Malick Coulibaly et le Président de la République, est celui de l’avion Présidentiel et des équipements militaires incriminant des très proches collaborateurs  d’IBK. Ce dossier ne doit pourtant pas être classé sans suite car cette affaire est à la base des multiples tueries dont les FAMa sont victimes, parce que l’argent qui devrait servir à équiper et à bien former les militaires, a été détourné par quelques hauts placés de l’armée et de l’administration. Malick Coulibaly doit persévérer dans le sens de la poursuite de tous ceux qui ont détourné les deniers publics.

Grâce à Me Malick les maliens se sont rendus compte que la justice n’était pas  seulement truffée d’hommes et des femmes indécents peu scrupuleux et moralement indignes, mais des hommes et des femmes dignes compétents, patriotes et qui ont le souci du Mali. Le Procureur près du tribunal de la Commune III, chargé du pôle économique, Mamadou Kassogué est de cette espèce d’hommes intègres. Ils sont nombreux dans la grande famille judiciaire, ceux qui n’ont pas voulu troquer leurs robes contre de l’argent. Donc, aujourd’hui vouloir faire changer Me Malick Coulibaly de portefeuille ministériel c’est être complice des délinquants qui pillent et avilissent  le Mali.

En définitive, IBK a tout intérêt à reconduire Me Malick Coulibaly à son poste pour non seulement continuer la dynamique déjà amorcée, mais aussi et surtout, pour continuer à redorer le blason de la justice malienne. Le faire muter serait une autre déclaration de guerre au peuple malien.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Le ministère de la justice n’est pas un héritage pour Malick. Il n’est pas un exemple. Il est venu libérer ses amis. Il peut même quitter le gouvernement.

  2. Déplacer Malick du ministère de la justice pour un autre ministère est simplement une ruse de ce régime pour le démanteler graduellement sans réveiller la colère des maliens. Les maliens sont aujourd’hui avides de justice et de bonne gouvernance qui manquent tant cruellement dans ce pays…. donc ils voient en Malick un veritable espoir…

  3. Un ministre de la république ne peut agir valablemen que sous l’autorité d’un président de la république qui lui assigne une tâche à accomplir
    SI LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EST CONTRE L’INTENTION LOUABLE DU MINISTRE, IL NE PEUT RIEN FAIRE.
    Arrêter avec cette hypocrisie que le ministre MALICK COULIBALY fait bouger les lignes.
    IL SE FAIT MANIPULER PAR IBK COMME UN BÉBÉ.
    Tous les gros bonnets arrêtés sont les ennemis d’IBK.
    Il ne peut mettre la main sur aucun proche d’IBK.
    Le seul qu’il a arrêté a été libéré.
    Lui-même a dit qu’après cette arrestation, il a reçu l’appel menaçant du président de la république.
    LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION EST DE LA PRÉROGATIVE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, PAS D’UN SIMPLE MINISTRE.
    Si le président de la république veut, tous les cadre désignés pour réaliser ses souhaits peuvent faire le boulot.
    UN MINISTRE, QUELQUE SOIT SA VOLONTÉ, NE PEUT LUTTER CONTRE LA CORRUPTION SANS LA VOLONTÉ EXPRIMÉE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
    C’est IBK qui a été élu pour lutter contre la corruption, pas MALICK COULIBALY.
    Si MALICK COULIBALY veut lutter contre la corruption qu’il se présente aux élections présidentielles.
    Porter son espoir sur un simple ministre pour lutter contre la corruption est d’une naïveté maladive.
    Le MASSA veut qu’on l’obéisse à l’oeil.
    En enfermant son ancien directeur de cabinet, le très efficace porte parole aux campagnes présidentielles, MALICK COULIBALY a manqué de respect au MASSA.
    Il sera sanctionné.
    IL A ÉTÉ NOMMÉ POUR CALMER LES PLAINTES RÉPÉTITIVES DES PARTENAIRES ÉTRANGERS.
    Pour un homme politique expérimenté et doué comme IBK, les prises de décision sont utilisées en fonction de l’environnement politique.
    L’assemblée nationale aux ordres,le mouvement de la rue contre son pouvoir affaibli, son MAÎTRE FRANÇAIS constate qu’il est entrain de faire un bon boulot pour atteindre l’objectif visé depuis la signature de l’accord d’Alger.
    LA FRANCE EST À SES CÔTÉS.
    Éjecter MALICK COULIBALY ne sera pas un problème.
    L’ESPOIR MALI KOURA a du pain sur la planche car faire reculer IBK exige une mobilisation permanente dans la rue sur toute l’étendue du territoire comme celle d’Alger.
    IBK et ses thuriféraires travaillent pour éviter ce scénario.
    Les deniers publics sont utilisés sans compter.
    Il fallait lutter farouchement pour empêcher le MASSA d’être au pouvoir.
    Pour l’éjecter, il faut des sacrifices humains comme ceux qui ont fait partir son ami dictateur MOUSSA TRAORÉ.
    Autrement, il faut laisser le MASSA tranquille.
    La naïveté d’un peuple lui conduit à traiter les leaders lucides de NIENGO.
    ALPHA OUMAR KONARE, SOUMAILA CISSE, MME SY KADIATOU SOW n’ont t’ils pas été traités ainsi?
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here