Mali: polémique après la nomination de Mohamed Ould Matali comme conseiller du président du CNT

8

Mohamed Ould Matali, personnage influent dans le Nord, a été nommé en début de semaine Conseiller spécial du président du CNT, cette instance qui joue le rôle de législateur, le temps de la transition au Mali, après le coup d’État du mois d’août dernier. Or, Mohamed Ould Matali est sous le coup de sanctions de l’ONU, en raison de ses liens supposés avec la criminalité organisée dans le nord du Mali, ce qu’il a toujours démenti.

Parmi les sept conseillers spéciaux récemment nommés par le président du Conseil national de transition, qui est l’organe législatif, un nom est particulièrement connu, celui de Mohamed Ould Matali. C’est un ancien député de l’ex-parti au pouvoir. Il est également un homme influent dans le nord du Mali. Originaire de la région de Gao, il s’apprête, d’ailleurs, à y organiser une importante réunion communautaire.

Mais Ould Matali fait également l’objet, depuis 2019, de sanctions de l’ONU, qui lui reproche son implication, via des intérêts financiers, dans les trafics illicites. L’intéressé a formellement démenti ces accusations, en martelant notamment qu’il n’a jamais été impliqué dans des trafics de drogue. En tout cas, selon l’entourage du colonel Malick Diaw, président du CNT, Ould Matali, « est un patriote qui mérite d’être conseiller spécial pour travailler pour le Mali ».

Avec son titre de conseiller spécial, l’homme qui est également influent au sein de la plateforme armée qui soutient l’État, a droit à un passeport diplomatique. Mais il aura probablement du mal à voyager, outre le gel de ses avoirs, les sanctions onusiennes prévoient l’interdiction de voyager par des vols réguliers.

 

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Apparemment le cas du chef terroriste Iyad, ancien conseiller d’ATT, n’a pas servi d’exemple à nos fanfarons.

    Après on s’étonne que tous nos outils de défense et de secret défense se retrouvent un jour entre les mains des terroristes.

    Les mauvaises habitudes ont la peau dure au Mali.
    Des nominations comme cela ne doivent pas être prises à la légère. Déjà que nous sommes infiltrés de tous côtés.

  2. Quand les militaires félons, ne méritant pas leurs grades refusent le combat pour s’adonner aux bureaux climatisés, bonjour les dégâts.
    Bamako est rempli d’officiers dont certains n’ont même pas de bureau et refusent de servir la patrie, autant quitter l’armée et venir à la société civile.
    Votre reveil sera plus brutal que ce que le regime vaurien IBK a connu. Vous pensez avoir des armes et vous oubliez que Dieu est l’éternel, l’infini qui peut changer tout à moins d’une seconde.
    Détrompez vous les colonels félons
    revoyez la gestion de ce pays sinon certaines personnes sans dents vous riront de vous.

  3. Mory
    On dit qu’il est “sous le coup de sanctions de l’ONU”,tu t’étonnes qu’il y ait polémique.
    C’EST LE SIGNE D’UN ÉTAT VOYOU QUE DE NOMMER QUELQU’UN QUI EST ÉPINGLÉ PAR L’INSTANCE INTERNATIONALE.
    Il doit être écarté de toutes les activités de l’Etat jusqu’à ce que l’ONU lève ses sanctions.
    Il y va de la crédibilité de notre pays.
    Il faut dire que tellement certains ne pensent qu’à leurs petites personnes qu’ils oublient le Mali.
    NOTRE PAYS A,EN CE MOMENT,BESOIN DE CRÉDIBILITÉ POUR FAIRE FACE À L’INSÉCURITÉ.
    On constate bien que pour la résoudre,il ne s’agit pas seulement d’une action militaire,mais l’effort concerté des nations amies du Mali.
    ON NE PEUT PAS SOUTENIR,HÉBERGER DES DÉLINQUANTS ET ESPÉRER ATTIRER LES AMIS DU MALI.
    Après le COUP D’ÉTAT de 2012,l’indulgence d’IBK sur les activités délictueuses de ses proches,le monde des affaires étrangères s’était retenu en espérant une amélioration de la situation par la mobilisation des maliens.
    Il constate que Jean a remplacé paul c’est à dire toujours le même VAGABONDAGE.
    Le Mali a besoin des cadres qui incarnent l’honnêteté pour redonner de la crédibilité à notre pays.
    CELLE QU’À LAISSÉE ALPHA OUMAR KONARÉ AU PEUPLE MALIEN LE 8 JUIN 2002 APRÈS UNE PARENTHÈSE DE DICTATURE MILITAIRE TRÈS HUMILIANTE.
    Quelques années après on a parlé D’AIR COCAÏNE au Nord du Mali.
    On constate bien que ces colonels ont passé du temps au Nord de notre pays,zone de prédilection des trafics de drogue.
    Qu’ils continuent à collaborer avec ces personnes ne doit pas étonner,mais ne pas comprendre que l’image du Mali est en jeu,il faut douter de leur patriotisme.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. Pauvre mali, si le ridicule ne tue pas avec cette junte. Badaw, malick diaw, assimi goita, soyez à la hauteur pour ce pays, vous et vos services secrets sous les clim des V8. La population mérite plus que ça.

  5. La polémique, quelle polémique Il est membre du cnt non ? Vous aimez trop les problème même dans votre propre maison vous ramenez des problème. Il y’en assez.

  6. Quelle polémique??
    Il semblerait que RFI soit la seule à connaitre cette supposée polémique??

    Voilà pourquoi les gens n’hésitent pas à brûler les maisons de vos correspondants, et les commerces français en Afrique comme au Sénégal ou au Niger…..c’est des ragots comme cela qui vous attirent des casses.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here