Ansongo : risque d’affrontement entre Peuls et Arabes

0

La tension est très vive, présentement, entre Peuls et Arabes, dans le secteur de Tegouloutène, cercle d’Ansongo. Tout est parti, selon notre source, de l’enlèvement, mardi soir, d’un notable arabe dont le véhicule a été brûlé par des individus présumés peulhs, il y a de cela quelques jours. Informé de ces faits, le chef d’une milice arabe (évoluant dans le secteur) se serait rendu sur les lieux et aurait enlevé le chef de l’autre tribu. Pour le moment, les deux communautés ethniques n’en sont pas encore à l’affrontement même si elles se regardent en véritables chiens de faïence et ne sont pas loin d’être à couteaux tirés. Des bonnes volontés se sont mises, en mission, pour éviter tout accrochage entre Peulhs et Arabes dans ce secteur qui connaît déjà une présence très importante de jihadistes.

Équipements militaires : laissez les «pro» s’en occuper

Qu’est-ce qu’ils ont et qu’est-ce qu’ils gagnent à étaler et à mettre sur la place publique le peu d’équipements que nous parvenons à acquérir si difficilement ? C’est la très légitime question que la majorité des Maliens se posent depuis qu’il ne se passe plus un seul jour sans que l’on nous présente des blindés débarquant à Bamako-Senou en provenance des Emirats Arabes-Unis. Désormais, c’est à chacun son temps d’Atalakou (auto-promotion) sur les antennes de la télévision nationale. Et personne ne boude son plaisir ; à commencer par le diplomate malien en poste auprès du pays donateur, un certain Sidibé (plus connu sous le nom de Colon). Il a accompagné, en personne, le dernier lot de blindés et, sur les antennes de l’ORTM, on avait l’impression qu’il les avait acquis de sa poche. Gérant d’agence de voyage de son état (très proche de SBM), catapulté ambassadeur, il faut dire qu’il ne savait pas ce qu’il faisait.

 «Soyez des francs-tireurs… »

Devant la presse pour lui présenter ses vœux de nouvel an, le chef de l’opposition, Soumaïla Cissé, lui a adressé une belle invite : « continuez à dénoncer les dérives insupportables d’un régime réduit à l’inertie. Continuez à interpeller l’opinion publique malienne et internationale. En un mot, continuez à jouer pleinement votre rôle de 4ème pouvoir. Votre rôle de sentinelle de la démocratie. Écrivez, analysez, soyez-vous mêmes, vos lignes éditoriales vous appartiennent, la démocratie est votre sacerdoce. Soyez des francs-tireurs contre l’inaction, contre le non-respect de la parole proférée. Tirez sur nous, opposition, majorité, société civile, car vous êtes les garde-fous contre la dérive, la déchéance et la corruption». Il faut dire que le député élu à Niafunké ne s’est pas  épargné lui-même. Et face aux graves défaillances du pouvoir et à son incapacité à rétablir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire, le chef de file de l’opposition dira qu’aucune amélioration n’est à signaler au cours de l’année 2019. Au contraire, dit-il, faute d’un leadership incontesté et incontestable, au plus haut sommet de l’Etat, la situation ne fait qu’empirer aux dépens d’une population meurtrie et désespérée. Constat unanime et objectif.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here