BREVES : Pas de changement dans la stratégie de la force Barkhane au Mali

0

L’attaque terroriste de vendredi dernier ne va pas changer la stratégie de la force Barkhane au Mali. C’est son commandant en chef qui l’a annoncé hier lors de sa rencontre avec le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kéita. Selon lui, il convient de mettre davantage l’accent sur la coopération militaire entre les pays du G5 et les forces étrangères pour “mieux lutter contre le terrorisme”.

Au micro de nos confrères de l’ORTM, le général de division Patrick Brethouss, commandant en chef de la force Barkhane au Mali, a assuré que “pour ce qui concerne la stratégie de Barkhane, elle ne change pas. Elle vise à combattre les terroristes, à les maintenir sous pression en permanence, à ne leur laisser aucun repos, aucun répit jusqu’à ce que nous les fassions prisonniers ou que nous les éliminions. Donc, nous continuons à intervenir auprès du peuple malien dans la durée et la stratégie ne changera pas. Il faut combattre les terroristes et les convaincre que la solution pour le Mali ce sont les accords de paix, la paix et la prospérité pour le Mali”.

 

Ségou : journée de réflexion pour la paix et l’unité nationale

Une journée de réflexion pour la paix et l’unité nationale s’est déroulée mercredi matin à Ségou. Organisée par la commission nationale de lutte contre les armes légères, elle consistait à partager la vision de la société civile en matière de paix et d’unité nationale avec les autres acteurs.

 

Gao : des ouvriers sur un chantier découvrent un engin explosif

Les ouvriers qui travaillaient sur un chantier ont découvert mercredi un engin explosif. L’engin a été trouvé dans le bâtiment de la direction de la douane au quartier “Château”, qui servait de cache aux jihadistes pendant l’occupation. Une équipe de déminage composé d’éléments des FAMa et de la Minusma a dégagé l’engin avant de l’emporter.

 

Bourem : une formation sur les soins prénatals et le paludisme

25 obstétriciennes, matrones ont bénéficié d’une formation sur les soins prénatals et le paludisme à Bourem. Cet appui vise à améliorer les connaissances et les compétences des participantes sur ces questions. La formation a été financée par l’Unicef, exécutée par le CS-Réf de la localité. Elle va durer 5 jours.

 

Diré : vaccination de chimio-prévention contre le paludisme

La campagne de vaccination de chimio-prévention contre le paludisme a été lancée mardi matin dans le cercle de Diré. Plus de 27 000 enfants de 3 à 59 mois seront vaccinés lors de ce passage. Cette campagne a été financée par l’Unicef. Elle prendra fin le 28 novembre.

 

Les travailleurs saisonniers de la CMDT en colère

La grève de 72 h des banques est largement suivie à Koutiala notamment dans les caisses d’épargne. Ce mouvement affecte la clientèle qui redoute de ne plus pouvoir obtenir de l’argent. C’est le cas des travailleurs saisonniers de la CMDT qui attendent leur salaire.

 

Sikasso : échanges sur les évolutions climatiques

Une quarantaine de représentants de l’Etat et de la société civile échangent sur les évolutions climatiques à Sikasso. L’objectif de cette rencontre est d’impliquer les populations dans la mise en œuvre de mesures d’adaptation aux changements climatiques. La rencontre est organisée par l’Agence pour l’environnement et le développement durable. Elle est financée par le Pnud et la Coopération allemande.

 

ATTAQUE DE L’HOTEL RADISSON

Divergence autour de l’interpellation du ministre de la Sécurité par Karim Kéita

Pour avoir des explications sur l’attaque terroriste du vendredi dernier contre l’hôtel Radisson Blu, le député Karim Kéita, président de la Commission de la Sécurité intérieure et de la Protection civile de l’Assemblée nationale, va interpeler cet après-midi, le ministre de la Sécurité intérieure et la Protection civile, le colonel-major Salif Traoré.  Le successeur de Sada Samaké à la tête du département de la Sécurité intérieure et de la Protection civile va ainsi faire sa première comparution devant les élus de la Nation. Le Colonel-major Salif Traoré va édifier les élus de la nation sur les dispositions sécuritaires de protection de l’hôtel Radisson Blu depuis l’attentat du restaurant La Terrasse en mars dernier, le déroulement exact de l’attaque du 20 novembre, les mesures  prises pour sécuriser les autres établissements hôteliers et autres endroits stratégiques de la capitale et des villes à l’intérieur confrontées à des menaces terroristes, l’évolution de l’enquête etc.

Toutefois, cette interpellation n’était pas du goût de tous les députés de la majorité présidentielle dont certains la jugeaient « trop précipitée  et inopportunes alors que les enquêtes sont en cours concernant l’attentat de la semaine dernière qui a fait 22 morts dont 2 terroristes».  Ils demandaient alors son report.

Maliki Diallo

 

 

FUNERAILLES NATIONALES

La Nation a rendu hier un dernier hommage aux victimes de l’attentat de Radisson

Hier notre pays a rendu un hommage à tous les disparus  de l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu. Ces funérailles nationales ont réuni le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le Premier ministre, Modibo Kéita,  les membres du gouvernement et les présidents des institutions ainsi que des diplomates et organisations présentes au Mali.

L’attaque de l’hôtel Radisson, qui a eu lieu le vendredi 20 novembre à Bamako, a fait 22 morts, parmi lesquels deux assaillants tués, et six blessés. L’enquête est en cours  pour interpeller d’éventuels complices.

 

 

MIGRATION

Un incendie tue 18 migrants maliens en Algérie

Dix-huit immigrants dont deux enfants ont été tués et 37 autres blessés dans un incendie qui s’est déclaré mardi à 3 h du matin dans un centre d’accueil à Ouargla, à 800 km au sud d’Alger. Les victimes sont toutes de nationalité malienne, a confirmé hier des sources officielles.

Dix-huit migrants maliens  sont morts en Algérie dans un incendie d’origine accidentelle dans leur centre d’accueil, un fait rare dans ce pays qui attire nombre de subsahariens depuis que la Libye voisine a plongé dans le chaos. «L’incendie s’est déclaré mardi à 03h00 (02H00 GMT), tuant 18 personnes et blessant 43 autres à Ouargla (800 km au sud d’Alger)», a déclaré à l’AFP le colonel Farouk Achour de la Protection civile algérienne, joint au téléphone. Selon l’agence APS, deux enfants et trois femmes font partie des personnes décédées. Une autre source à la Protection civile a fait état de 50 blessés.

«C’est un court-circuit qui a provoqué l’explosion d’un (système de) chauffage et l’incendie», a expliqué à l’AFP Saïda Benhabiles, présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA).

Le centre d’accueil a été ouvert en l’an dernier pour abriter les migrants arrivées par milliers ces dernières années, principalement du Mali et du Niger, pays avec lesquels l’Algérie partage une longue frontière.

Plus de 650 personnes se trouvaient dans ce centre, un immense hangar équipé et à charpente métallique, mis à leur disposition

PARTAGER