Brèves : Ping-pong

0

Me Mamadou Ismaïla Konaté, l’avocat d’Oumar Mariko ne décolère pas après la « dissociation » des dossiers qui a amené la mise en liberté de Bouba Fané et le rejet de la requête du président du Sadi, Dr. Oumar Mariko. Dans un tweet, il a dénoncé : « pour les mêmes faits, les mêmes causes/poursuites, les mêmes personnes, un parquet audience la remise en liberté pour un seul le 28/12 et deux autres le 04/01…trois poids/deux mesures pour une distribution singulière de la justice ».

Le parquet de la Commune IV mis en cause, à apporter la bonne information qui est que les demandes n’ont pas été formulées ensemble !

Cours de Droit

Comme pour prendre sa revanche, le communiqué du parquet, en réaction au tweet de Me Konaté revient sur des notions de droit. « L’expression « remise en liberté » qu’il utilise, n’existe pas en droit pénal processuel malien où on ne parle (cf. code de procédure pénale) que de « mise en liberté » tout court et même non plus de « liberté provisoire ». Ça a tout son sens en matière pénale.

Ensuite la « distribution de la justice » comme il dit, c’est l’apanage du juge et non du parquet qui est partie au procès donc partial, partiel et non inféodé au droit comme le juge. » Dont act !

L’affaire Bakary Togola n’est pas finie

La junte ne décolère vraiment pas contre les juges de Bakary Togola. La chancellerie se bat pour mettre la forme, car, il était question de juste révoquer les mis en cause. Pour beaucoup, au niveau de la junte, ce n’est pas innocent.

Changement de gouvernance à la BMS

Dans un communiqué envoyé à notre rédaction, la BMS annonce son changement de gouvernance. Texte intégral.

A compter de ce jeudi 30 décembre 2021, M. Lanfia Koïta nommé Directeur général de la Banque malienne de Solidarité il y a un mois est confirmé dans ses fonctions par la Commission Bancaire de l’Union monétaire Ouest Africaine, en remplacement de Monsieur Alioune Coulibaly, démissionnaire.

Dans une correspondance adressée au président du conseil d’administration de la Banque, cette institution de l’Uémoa stipule que « l’examen des documents fournis fait ressortir que Monsieur Lanfia Koïta satisfait aux conditions de nationalité, d’honorabilité, de formation académique et d’expérience professionnelle requise par la réglementation bancaire pour exercer les fonctions de dirigeant d’un établissement de crédit de l’Uémoa ».

Bon vent au nouveau Directeur général de la BMS-SA !

Le président du Conseil d’Administration de la BDM-SA

Dr. Bokary Treta

Réparations

Le Conseil des ministres du mercredi 29 décembre 2021 a décidé de la réparation des préjudices causés par les violations graves des droits de l’homme.

Des projets de texte sont initiés dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de réparation. Ils ne concernent pas les victimes de crises spécifiques ayant déjà bénéficié de réparations particulières à travers des accords spécifiques et dont les droits sont éteints.

Pour dépasser ces crises, parvenir à l’instauration d’une paix durable et à la réconciliation nationale, la reconnaissance des violations commises et la réparation des préjudices subis par les victimes sont nécessaires.

RETRAITE : Trois ans de plus

Pendant que dans certains pays on se bat pour diminuer l’âge de la retraite, au Mali, on veut encore être au travail, même grabataire. Ainsi, le combat de tous ceux qui ne veulent pas aller à la retraite a abouti avec l’adoption de la loi n°2019-024 du 05 juillet 2019 portant modification du statut général des fonctionnaires a consacré le relèvement de 3 ans des âges de départ à la retraite du personnel régi par le statut général des fonctionnaires.

Les jeunes n’ont qu’à attendre !

 

Dette OMH restructurée

Le ministre de l’Economie et des Finances, annonce un plan de restructuration des dettes de l’Office malien de l’Habitat (OMH).

Pour répondre au besoin de logement des populations, le gouvernement a engagé un vaste programme de construction de 50 000 logements sociaux dans lequel, outre la subvention du prix de cession des logements, il prend en charge le foncier et le coût des travaux de viabilisation des sites.

Dans le cadre de la réalisation de ce programme, le déséquilibre entre le délai de remboursement des promoteurs immobiliers et celui de récupération des loyers ont entraîné un surendettement de l’Office malien de l’Habitat.

 

OMH : la stratégie

La mise en œuvre de ce plan de restructuration des dettes de l’Office malien de l’Habitat qui nécessite une implication de l’Etat et du pool bancaire, permettra d’assainir la situation financière de l’OMH et des établissements de crédit ayant participé au financement des programmes de logements sociaux ; de relancer les activités ; de pérenniser le processus et le dispositif de réalisation des logements sociaux avec des approches innovantes.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here