MINUSMA : Nouveau contingents togolais déployés

0

Dans le cadre de la contribution du Togo à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), 140 éléments des forces armées viennent de rejoindre Bamako, signale, le vendredi dernier, Togo Réveil. Il s’agit essentiellement de médecins, d’infirmiers et de policiers. Les soldats togolais sont présents au sein de la Minusma depuis sa création.

 

Ansongo :

Inauguration du port de  Tassiga

Le Pont de Tassiga a été inauguré par le préfet du cercle,  le jeudi dernier à Tassiga, située à 30 km d’Ansongo. Ce pont a été endommagé depuis 2012 par les djihadistes. Sa réhabilitation a coûté plus de 300 millions de franc CFA à l’État. Les populations ont accueilli avec joie le pont, mais craignent des attaques qui sont fréquentes sur la route.

 

Bourem :

Trente millions de francs CFA  investis dans les activités

Plus de trente millions de francs CFA ont été investis dans les activités génératrices de revenus (AGR) à Bourem. Cet appui vise à l’amélioration des conditions de vie des femmes, filles et hommes victimes de la crise. Les activités tournent autour de l’embouche de petits ruminants, du maraîchage, etc. Ces activités ont été financées par le DDRG et mises en œuvre par le SEAD dans les Communes de Bourem, Taboye et Tarkint.

 

Koulikoro :

Bilan  des accidents  de la circulation

8 morts et 202 blessés, c’est le bilan des accidents de la circulation routière survenus dans la région de Koulikoro du 1er au 30 juin 2019. C’est ce qu’indique le rapport mensuel de la direction régionale de la protection civile de Koulikoro. Selon le rapport, les sapeurs-pompiers ont effectué 3 secours à victimes au cours du mois dernier. Un cas de violence basée sur le genre a été aussi signalé dans le rapport.

 

Lybie :

44 migrants tués…

Au moins 44 migrants ont été tués et une centaine blessée dans une frappe contre un centre de détention près de la capitale libyenne  Tripoli, un raid condamné, le mercredi dernier, par la communauté internationale et dénoncé comme un possible «crime de guerre» par l’ONU.

La frappe aérienne menée, mardi tard le soir à Tajoura, a été attribuée par le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli aux forces rivales de Khalifa Haftar engagées dans une offensive pour s’emparer de la capitale d’un pays plongé dans le chaos depuis 2011.

Le centre de détention abritait environ 600 migrants, en majorité érythréens et soudanais, et deux de ses cinq hangars ont été touchés et fortement endommagés, selon le responsable du centre Noureddine al-Grifi. «Ce carnage ignoble et sanglant» est «une conséquence des plus horribles et tragiques» de «l’absurdité de cette guerre», a estimé l’émissaire de l’ONU, Ghassan Salamé, dans un communiqué de la Mission des Nations unies en Libye (MANUL).

Selon le texte, au moins 44 migrants ont péri et plus de 130 ont été grièvement blessés dans ce centre à Tajoura, une banlieue est de Tripoli.

Quelque 120 migrants étaient détenus dans le hangar n°3 quand il a été touché à 23heures, a indiqué  M. Grifi. Sur le sol du hangar, restes humains, couvertures maculées de sang, débris et morceaux tordus de la structure métallique du bâtiment entourent un cratère de trois mètres de diamètre.

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here