PELE MELE : Les breves de l'Indépendant

0

Tabaski : Fête du mouton ou fête sur le mouton?

La grande fête de l’Aïd El Kébir donne lieu chaque année à d’abondantes bombances. Dans chaque famille musulmane ou presque la viande de mouton coule à flot. Pourtant, il ne plait à personne d’aller à l’abattoir, à commencer par les moutons eux- mêmes, surtout pendant un jour de fête. Mais Dieu le Tout Puissant a ainsi fait que pendant que les hommes remplissent leur panse avec un appétit pantagruélique, les moutons ralent. Mais, de grâce, qu’on ne nous dise pas en plus que c’est la fête du mouton. On fête sur les moutons.

Choguel au congrès du MPR : Le tigre se fait dévorer par sa proie

"Né dans l’opposition, le MPR a acquis ses titres de noblesse dans l’opposition. Il a connu des moments de douleur et des heures de gloire dans l’opposition. Mais aucun parti né dans l’opposition ne souhaite mourir dans l’opposition parce que la vocation d’un parti c’est la quête et l’exercice du pouvoir. L’idéal pour tout parti politique est d’être présent à toutes les joutes électorales mais l’avenir est à celui qui sait attendre son heure"
Profession de foi du chef des tigres, Choguel Maïga, au congrès MPR.Après avoir gouté aux délices du pouvoir, mangé du fruit de l’arbre interdit, il y a longtemps que le tigre en sa forêt ne crie plus sa tigritude. Il s’est fait dévorer par sa proie. Du lion, roi de la brousse au tigre de Bornéo, il n’ y a pas grande différence sauf que le premier est puissant et majestueux tandis que le second est féroce et sanguinaire. Cette férocité s’est particulièrement manifestée dans l’action politique au temps de Alpha où les chats rayés voulaient mettre le pays à feu et à sang. C’était le temps de l’extrémisme et du révisionnisme pour la relecture de l’histoire. Autre temps, autres mœurs aujourd’ hui on nous dit que le tigre est devenu agneau. La vérité est qu’a cause de la politique du ventre le tigre s’est aplati devant le prince du jour en renonçant à la quête et à l’exercice du pouvoir. L’heure du tigre ne viendra jamais. Il attendra aux calendes grecques.

ATT-Tiébilé : le point de non retour?

Echange de bons procédés, le leader du Parena, Tiébilé Dramé a rendu hier une visite politique à IBK le chef des gens qui tissent leur toile dans son palais de Sébénikoro. Déjà la visite qu’IBK avait rendu au siège du Parena avait suscité colère et indignation chez le roi ATT qui avait envoyé à Tiébilé une demande d’explication. Celui-ci est monté en toute hâte à Koulouba mais rien n’ a filtré de leurs entretiens. ATT a-t-il oublié qu’on ne piétine pas impunément la dignité d’un homme? C’est sûr, en tout cas, que Tiébilé n’a pas oublié son rendez – vous avec le juge. Il rumine sa colère. Avec le général, est-ce déjà le point de non retour ?. S’il a été convoqué pour sa première rencontre avec IBK, cette fois-ci ne risque-t-il pas d’être embarqué manu militari à destination du palais présidentiel où on pense que trop c’est trop. Walahi, ATT est puissant mais Dieu est tout puissant.

Tiébilé et la théorie des yeux de Moussa Traoré

Malgré toutes ces grosses couleuvres qu’on tente de lui faire avaler de gré ou de force le président du Parena tergiverse. En effet le dernier congrès du parti n’avait pas besoin de donner mandat au comité exécutif pour la désignation ou non d’un candidat à l’élection présidentielle de 2007. Il était lui-même souverain pour le faire. Que c’est dur de quitter un ami. Le Parena regarde encore dans les yeux du prince. Est- ce le retour de la théorie des yeux du général Moussa Traoré, comme l’a dit le célèbre avocat Me Binké Kamité lors du procès crimes de sang ? Répondant à la question de savoir "qui à donné l’ordre de tirer.", il a dit que Moussa n’avait pas besoin de donner l’ordre de tirer et qu’il suffisait seulement qu’on le garde dans les yeux. Pourquoi donc toute cette valse hésitation ? Partira ? Partira pas ? L’ancien ministre des affaires étrangères de la transition, des zones arides et semi-arides sous Alpha ne veut pas franchir le Rubicon. On le lit dans ses yeux.

Mamadou Lamine Doumbia

Commentaires via Facebook :

PARTAGER