Patrouilles d’envergures à Bamako : Le Ministre Traoré assure, mais ne rassure pas

2
Le ministre de la sécurité et de la protection civile Salif Traoré
Le ministre de la sécurité et de la protection civile Salif Traoré

Les attaques à mains armées dans la ville de Bamako et environ faisaient partie du quotidien des populations de la capitale avec son lot de victimes sans que personne ne lève le petit doigt pour trouver une solution. Au-delà des vols des engins à deux roues qui étaient devenus un phénomène de mode, les bandits, pour éviter tout risque de se faire rattraper après le forfait et créer la psychose, tiraient à bout portant sur les usagers pour ensuite prendre leurs engins.

Mais il a fallu le braquage dans le parking d’Ecobank, le jeudi 27 octobre dernier, vers 13 heures, sur les barbes et les moustaches de nos autorités qu’une véritable mobilisation se fasse autour de la question de protection des personnes et de leurs biens dans la capitale.

En visionnant cette vidéo du braquage d’Ecobank, les maliens sont restés sans mot devant l’audace des bandits ayant perpétré le coup, mais aussi la déception de l’inexistence d’un système de sécurité, car malgré les coups de feu tirés par les malfrats en plein jour, aucune réaction des forces de l’ordre qui avaient pourtant dans éléments à quelques mètres de l’endroit.

«Ce braquage a été un déclic sans pareil, car personne n’avait pensé que les bandits allaient attaquer un endroit comme cela et en plus en plein jour. Cela a été considéré comme une humiliation pour le Ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, le général de Brigade Salif Traoré.

En plus de cela, les nombreuses attaques aux portes de Bamako ont montré que les mesures sécuritaires étaient pénétrables et que les bandits étaient libres d’organiser et de planifier leurs plans en toute liberté et les mettaient en exécution comme ils le veulent. Cela a touché le Ministre dans son orgueil de chef militaire et il n’a pas hésité à déployer les gros moyens», a précisé un analyste de la scène nationale.

En effet, depuis le braquage sanglant d’Ecobank, tout a changé. En jour, comme de nuit, des patrouilles sillonnent les quartiers de Bamako et environs pour traquer les bandits et les couper les ravitaillements.

«Depuis quelques jours, nous avons constaté un renforcement systématique du cordon sécuritaire autour de Bamako. Des hommes en armes, des gilets pare-balles, des casques, des voitures au niveau de certains ronds-points de la capitale, des fouilles des coffres des voitures etc. sont entre autre le quotidien des populations qui ne demandent pas moins si leur sécurité passe par là. Cette action a diminué d’un pourcentage élevé les petites attaques, les vols de motos et autre banditisme dans la capitale et aux environs.

Ce que je me pose comme question est de savoir comment le Ministre Traoré a eu les moyens pour organiser et surtout financer toute cette logistique en quelques jours. S’il avait les moyens déjà existants, pourquoi avoir attendu tout ce temps pour l’implémenter alors que des Maliens étaient abattus par balles en longueur de journée pour leurs motos ou autres raisons plus ou moins économiques. Cette mesure efficace sera d’actualité jusqu’en ?», Telle est la remarque faite par M. Karamoko Kanté, un habitant de Kalaban-Coro Plateau qui a apprécié les nouvelles mesures sécuritaires, mais reste perplexe quand à ta durée.

Une chose est sûre et certaine aujourd’hui, c’est que la ville de Bamako est bouclée et partout, les éléments des forces de sécurité qui sont déployés sur le terrain semblent faire de l’initiative sienne pour la bonne exécution et dans ce cadre, ils ne n’hésitent pas à même fouiller sous les capots et l’intérieur  des voitures en plus des coffres.

Cette mesure a permis au Ministre de la sécurité de redorer son blason, de prouver qu’il est l’homme de la situation en assurant la sécurité des populations, mais elle ne rassure point, car les gens ont un sentiment qu’elle est initiée que pour le 27ème sommet Afrique-France devant se tenir dans notre capitale et qu’après tout redeviendra comme avant.

Une chose est sûre, Bamako ne sera plus jamais comme avant après le braquage d’Ecobank, soit les autorités trouvent une solution comme elles le fait bien maintenant, soit les populations trouveront les moyens (en s’armant aussi) pour défendre leurs vies et leurs biens face aux bandits armés et plus décidés que jamais.

A bon entendeur…

Abdoulaye TRAORE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. ce que je retien Mr le journalisle le président et ses gouvernement sont Môle face aux probléme sécuiritaire les maliens et leurs biens sont plus protége

  2. DE LA POUDRE AUX YEUX, ON NE VOIT RIEN A TRAVERS LA VILLE. NOS AUTORITÉS ONT INTÉRÊT A PRENDRE LEUR RESPONSABILITÉ POUR-ASSURER LA SÉCURITÉ DE LA POPULATION AVANT QU’ELLE NE PRENNE SA RESPONSABILITÉ EN SE PROCURANT DES ARMES POUR ASSURER LEUR PROPRE SECURITE. TROP DE PAROLE POUR RIEN.

Comments are closed.