6ème Congrès ordinaire de l’UDD : Tièman Hubert Coulibaly appelle à la transformation des 67 partis politiques de la CMP en un seul

1
Tiéman Hubert Coulibaly
Tieman Hubert Coulibaly,

L’Union pour la démocratie et le développement (UDD), présidée par Tièman Hubert Coulibaly,  fraichement confirmé à son poste de ministre de la Défense et des Anciens Combattants par le Président de la République, a tenu ce week-end, son 6ème congrès ordinaire. Cette grande instance du Parti de la colombe a été ouverte au Palais de la culture et s’est clôturée au CICB en présence de son Président.

C’est devant une salle archicomble, à tel point que Tièman Hubert s’est demandé s’il n’aurait pas fallu prendre le Stade du 26 mars, que le Président de l’UDD s’est adressé aux militants de son parti. Ils étaient venus en masse, de l’intérieur et de l’extérieur du pays.

De Kayes à Kidal, toutes les structures du parti ont répondu présentes à cette rencontre. Les anciens du parti, notamment le Président d’honneur, Me Hassane Barry, Issa Paul, les Présidents de la Coordination des femmes, Mme Kéita Gertrude Kéita, et des jeunes, Hassèye Dicko, tous était là, en rangs serrés.

Devant ses militants, le Président de l’UDD a engagé les congressistes à discuter du futur de leur parti, pour dégager ses nouvelles orientations. Plus précisément, il les a invités à se pencher sur le cas spécifique de l’Alliance des forces démocratiques (AFD), plateforme politique de 18 partis politiques appelée à former avec l’UDD une seule formation politique.

Dans la logique de ce rassemblement, le Président de l’UDD a formulé le vœu de voir les 67 partis membres de la Convention des partis politiques de la majorité (CMP) se regrouper au sein d’un seul, derrière le Président de la République. Il a invité les congressistes à travailler sur un projet unique, basé sur les aspirations du peuple et a appelé à plus d’unité la majorité présidentielle.

Evoquant le processus de réconciliation, Tièman Hubert Coulibaly a indiqué que les Maliens ont élu IBK pour qu’il ramène la paix et estimé que le conflit qui a secoué notre pays «n’aura jamais de solution militaire. Il n’y a pas de solution militaire entre Maliens. Elle n’est que pour les terroristes».

Auparavant, le Président de l’UDD avait fait observer un instant de recueillement en mémoire des victimes des attaques de Ouagadougou, de l’hôtel Radisson et autres au Mali. Selon lui, 2012 a été pour le Mali un tournant historique, avec la survenue d’évènements inattendus dans notre pays.

«Le régime démocratique a été bousculé et renversé», a-t-il déclaré, avant de rappeler le combat pour défendre la Démocratie et la République. Indiquant au passage que ce n’était pas pour défendre un quelconque régime, à l’époque.

Avant son intervention, les Présidents de la Coordination des femmes et des jeunes et le Secrétaire Général du Conseil exécutif de l’UDD avaient invité les militants à rester mobilisés pour affronter les échéances futures et pour que le parti engrange des succès lors des prochaines consultations électorales.

La Présidente Gertrude Kéita a dit «un grand merci» au Président de la République pour l’adoption de la loi instituant des mesures incitatives pour la promotion du genre dans les fonctions nominatives et électives. De son côté, sur un ton d’engagement, le Président des jeunes du Parti de la colombe a soutenu que la marche de l’UDD pour la conquête du pouvoir était irréversible.

Des partis amis ont également manifesté leur amitié à l’UDD lors de ce 6ème congrès ordinaire.

Youssouf Diallo   

PARTAGER

1 commentaire

  1. Faire de 18 partis politiques un seul parti politique ou des 67 partis politiques de la majorité presidentielleen un seul parti, oui l’idée est louable mais sa mise en oeuvre relève de nomination d un athée ignorant une seule sourate du coran comme imam de la grande mosquée.
    Le règne du moi, l egocentrismezt devenu une religion au Mali.
    C est cette culture de l egocentrisme, de prendre l ascensseur au lieu de l escalier qui a fait flerir tous ces partis politiques, faisant de notre pays le 1er pays d Afrique ayant le plus grand nombre de partis politiques.
    L idée ezt louable mr coulibaly mais et mais comment y parvenir? Quand faudrait il le faire? Quels moyens de coercition peux t on disposer pour y arriver? Faudtait il faire appel a la loi sur la vie des partis politiques et associations pour y parvenir? Wait and see

Comments are closed.