La Commission des travaux Publics de l’Assemblée Nationale : En deçà des attentes !

0
Etat d’urgence : L’Assemblée Nationale entérine la reconduction pour 3 mois

Depuis un certain temps, la commission des travaux publics en charge du contrôle de l’action gouvernementale dirigé par l’honorable Yiri Keita n’est plus que l’ombre de lui-même. Et pour cause, depuis son arrivée à la tête de cette commission, le contrôle est relégué au second plan, le travail bien fait n’est plus d’actualité, l’intérêt personnel prime sur celui du peuple. Conséquence, les sous de la commission ont pris la direction des poches du Président et ses amis. 

La commission des travaux publics de l’Assemblée joue un rôle très important dans le développement économique du pays, notamment dans le domaine du désenclavement. C’est pourquoi jusqu’à maintenant, elle était dirigée par des spécialistes en la matière.

« Rendons à César ce qui appartient à  César ». En d’autres termes, il faut l’homme à la place qu’il faut. Malheureusement dans un pays comme le nôtre, c’est le contraire. C’est triste, mais c’est ce qui se passe actuellement. C’est pourquoi, d’ailleurs, les caisses de l’Etat sont vidées inutilement.

En effet, ils sont nombreux à dénoncer le comportement peu orthodoxe depuis l’arrivée de l’honorable Yiri Keita à la tête de la commission des travaux publics.

En effet, le projet de loi portant modification de la loi n°99-004 du 02 mars 1999 régissant la circulation routière, date de dépôt n° 15-47/5L a été automatiquement renvoyé pour les prochaines sessions.

De sources dignes de foi, le fameux président de la commission n’a pas voulu associer les spécialistes en la matière. Et pour arriver à ses fins il a collaboré avec certains cadres médiocres  tapis dans l’ombre et qui n’ont d’autres soucis que de remplir leurs poches.

Quel gâchis !

De sources crédibles, depuis son arrivée à la tête de la commission,  certains membres de la commission ne bénéficient plus d’ordres de missions. Ainsi, ils sont mis à l’écart. Ce qui fait qu’ils vaguent à leurs occupations lors des réunions  de bureau. 

Le notoire président n’a d’autre souci que de se remplir les poches avec l’argent du contribuable, affirme notre source. C’est pourquoi, il fait cavalier seul. Il ne veut associer personne au travail. Pourtant, le monsieur a des compétences limitées dans le domaine.

Comment peut-on mener à bout le programme de société du président IBK ?

 

Nous y reviendrons

Yacouba Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER