Bras de fer au sommet : Comment et pourquoi Tereta a perdu la bataille

86

Vendredi 15 janvier 2016, le ministre-Secrétaire Général de la présidence de la République, Mohamed Alhousseyni Touré, a lu, sous l’oeil des caméras de l’ORTM, le décret n°2016-0022 portant réaménagement de l’équipe gouvernementale. 3 départs sont à signaler: ceux de Bocary Téréta, ministre du Développement Rural; de Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances; et de Maître Mamadou Gaoussou Diarra, ministre chargé de la Promotion des Investissements et du Secteur Privé. Le départ de Téréta, quasi-patron du parti au pouvoir,  ne surprend, en vérité, que ceux qui n’avaient pas pris la juste mesure du bras de fer qui l’opposait au chef de l’Etat.

Bocary Téréta, docteur en alimentation animale,  fait partie des cadres qui, en 2001, suivent IBK lorsque celui-ci, mis en minorité au sein de l’ADEMA, démissionne de ce parti pour prendre la tête du RPM. Devant ses visiteurs, IBK aime vanter les talents d’organisateur de Téréta. Ex-Secrétaire Général de l’ADEMA, ce dernier effectue un travail de fourmi pour faire, en un temps record, du RPM le deuxième parti malien en termes de poids électoral. Accessoirement, Téréta, inamovible Secrétaire Général de RPM depuis 2001, consolide ses propres liens avec les structures de base d’un parti dont les militants ne jurent que par lui. C’est donc le plus naturellement du monde qu’il caresse le rêve d’occuper la primature quand son frère et ami IBK est élu à la magistrature suprême en 2013. Mais les choses ne sont pas si simples…

La joute contre Oumar Tatam Ly

Au lendemain de son élection, IBK annonce avec fracas qu’il n’y a pas deux commandants dans son bateau et que son pouvoir n’est pas un gâteau à partager. Au RPM, on pense que ces propos visent les ex-officiers putschistes dirigés  par le général Sanogo. On se trompe. Et on ne tarde pas à s’en apercevoir: le chef de l’Etat, loin de confier la primature à un cacique du parti, sort de son chapeau un personnage inconnu du sérail: Oumar Tatam Ly. IBK ne se contente pas de nommer Ly; il ne tarit pas non plus d’éloges sur l’intéressé, répétant à cor et cri: “Monsieur le Premier Ministre, vous  Vous avez ma confiance, toute ma confiance !”.

Les choses se corsent quand le bruit court, de sources crédibles, que le président mijote une vaste mouvance politique dont il confierait les rênes à Oumar Tatam Ly, lequel serait, plus tard, appelé à lui succéder. Le sang de Téréta ne fait qu’un tour. Il redoute comme la peste la concurrence du nouveau Premier Ministre en lequel il voit un intrus venu ramasser les fruits de dix ans de lutte contre les systèmes ADEMA et ATT. Téréta est conforté dans ses craintes par le fait qu’IBK lui-même déclare à tout venant qu’il ne doit son élection à aucun parti. Au fond, le président n’a pas tort: il a fallu un concours exceptionnel de circonstances, notamment un putsch militaire et une invasion rebelle, pour qu’IBK, dont le parti ne comptait que 11 députés, batte dans les urnes le candidat de l’URD (36 députés) auquel s’étaient ralliés le PDES (17 députés), le PSP (2 députés) et bien d’autres.IBK a donc des raisons de penser et de dire qu’il doit son élection à d’autres forces que le RPM et qu’il ne court aucun risque à s’affranchir de la tutelle de cette formation. D’ailleurs, autour de lui gravitent une multitude d’autres partis et de personnalités dont beaucoup ont volé au secours de sa victoire dans les derniers mois de la campagne électorale: au sein de cette galaxie, on récense une infinité d’experts alors que le RPM souffre d’un déficit de cadres. Si le chef de l’Etat préfère Oumar Tatam Ly à Téréta pour occuper la primature, c’est aussi parce que le premier, peu politique, n’est pas susceptible de lui faire de l’ombre. Banquier émérite, Ly s’y connaît, de surcroît, en chiffres: en lui, le FMI et la Banque Mondiale trouvent à qui parler.

Téréta prend son mal en patience. Evitant toute bataille frontale, il manoeuvre en coulisses. Il apporte ainsi au Premier Ministre une longue liste de cadres du RPM qu’il souhaite voir nommer aux hauts postes de l’administration. Refus catégorique d’Oumar Tatam Ly qui lui fait part de son intention de soumettre lesdits postes à un appel à candidatures afin de sélectionner les prétendants les plus méritants. En clair, les cadres du RPM sont désormais promis au plus noir avenir: dans une compétition transparente, ils ne supporteraient pas la comparaison avec les technocrates bédonnants de diplômes qui peuplent l’échiquier politico-administratif.

Téréta tient-il à manifester en haut lieu sa mauvaise humeur ?

Toujours est-il qu’informé du projet de Koulouba de confier la présidence de l’Assemblée nationale à  Abdramane Niang, il joue des pieds et des mains pour écarter celui-ci de la liste présentée par le RPM aux législatives de Téninkou.Il faudra toute l’obstination de la 1ère vice-présidente du parti,  Kéita Rokiatou Ndiaye, pour que Niang soit maintenu dans la course :  à la requête de la dame, la Cour Constitutionnelle invalide la liste RPM qui ne comporte pas le nom de Niang. Téréta manque d’en venir aux mains avec la vice-présidente. Il rumine sa revanche. Il a plus d’un tour dans son sac comme il prouvera lors de la désignation du président du parlement. Après les législatives, IBK envoie, en effet, le Premier Ministre Ly dire aux députés du RPM que son choix pour le perchoir est Abdramane Niang. Téréta entre aussitôt en scène: il mobilise le ban et l’arrière-ban du parti pour faire élire au perchoir Issaka Sidibé. Pour réaliser cet exploit, Téréta s’est appuyé sur  Karim Kéita, fils du chef de l’Etat, député de la commune 2 de Bamako et…gendre d’Issaka Sidibé. Karim, que l’on perçoit souvent comme porteur officieux de la parole présidentielle, partage d’ailleurs avec Téréta une forte hostilité envers Ly: il n’aurait pas supporté que le Premier Ministre lui ait conseillé de se tenir en marge du scrutin législatif et de se faire plus discret pour ne pas nuire à l’image de son père…En fin de compte, la providence sert Téréta. Ulcéré par le refus d’IBK de chasser certains poids lourds du gouvernement,  Oumar Tatam Ly rend le tablier.

La tête de Mara

Le Secrétaire Général du RPM n’en hérite pas pour autant de la primature. Cette fois, IBK la confie, non à un technocrate comme Ly,  mais à un an cien adversaire politique: Moussa Mara, président du parti “Yelema”. Malgré les efforts de Mara  pour complaire au parti présidentiel, Téréta et ses compagnons le regardent de haut et l’écartent brutalement d’un poste qu’il convoite : la présidence de la Coalition de la Mouvance Présidentielle (CMP). Le RPM  ne rate plus une occasion de dénigrer le Premier Ministre. A en croire ses détracteurs, Mara n’aurait été nommé à la primature que sur un coup de tête d’IBK après que celui-ci eut reçu la lettre de démission de Ly. Les mêmes contempteurs chantent sur les toits que Mara courtise les leaders religieux, électorat naturel d’IBK, et qu’il provoque des visites officielles à l’intérieur du pays à seule fin d’occuper, avec les moyens de l’Etat, le terrain électoral aux dépens d’IBK. La campagne produit-elle des effets ? On ne sait. On sait, en revanche, que le séjour mouvementé de Moussa Mara à Kidal et la triste débâcle militaire malienne qui s’ensuit, le 24 mai 2014, ne sont pas du tout étrangères au limogeage du Premier Ministre.

Modibo Kéita dans le collimateur

Nommé chef du gouvernement, Modibo Kéita, vieux commis de l’Etat et homme d’expérience, juge utile de lever les préventions du parti majoritaire contre sa personne. Rendant visite à Téréta et consorts, il leur assure être là pour “juste 12 mois”. Sans tenir compte de l’ordre solennellement adressé par IBK aux ministres de respecter Modibo, on se met, au RPM, à compter les semaines et les jours qui séparent le Premier Ministre de sa date de départ annoncée. On croit toucher au but quand, contre toute attente, IBK confie à l’hebdomadaire Jeune Afrique n° 2866 du 19 décembre 2015 que le Premier Ministre, qu’une insistante rumeur disait fatigué et demandeur de repos, ne bougera pas de son poste. “Modibo est un homme estimable à tous égards, que le peuple malien et tous nos partenaires apprécient. Il n’était pas demandeur, il est venu et il restera”, martèle le chef de l’Etat. Il n’en faut pas plus pour déchaîner  contre le vieux chef du gouvernement une campagne outrancière de déstabilisation. La presse foisonne soudain d’articles remettant en cause l’intégrité de Modibo Kéita, accusé d’avoir distribué à ses enfants 5 logements sociaux, ce qui reviendrait à détourner “la part des pauvres”. Les articles sont longuement relayés par les sites WEB et les radios. Si personne ne peut prouver que Téréta soit l’inspirateur de cette cabale, nul ne peut nier, par contre, qu’elle a un lien direct avec l’annonce présidentielle du maintien de Modibo Kéita. Nul ne peut nier non plus que la campagne profite au RPM dont l’appétit pour la primature est notoire. Le cas de Téréta s’aggrave  quand, mardi 12 janvier 2016, une foule de jeunes du RPM inondent la rue qui fait face à la résidence du chef de l’Etat à Sébénicoro. Les jeunes gens scandent le nom de Téréta; ils brandissent des pancartes portant la mention: “Téréta Premier Minstre”.

La colère d’IBK atteint des niveaux stratosphériques.

 Le lendemain, mercredi 13 janvier 2016, il prend la parole en conseil des ministres pour dénoncer vertement “ceux qui manipulent les jeunes et la presse” à des fins personnelles. “N’est pas Premier Ministre qui veut”, lance le président sans citer de noms. IBK ajoute que la campagne de dénigrement initiée contre son Premier Ministre ne réussira pas. Puis, s’adressant à Modibo Kéita, il tonne: “Monsieur le Premier Ministre, vous avez toute ma confiance et je vous demande de poursuivre, en toute sérénité, la tâche que je vous ai confiée, sans vous laisser distraire par des personnes de mauvaise foi!”. IBK, en guise de défi, émet même l’idée de rattacher dorénavant la commission  de distribution des logements sociaux à la primature (sous-entendu: le Premier Ministre n’aura qu’à distribuer les logements – et pas seulement 5 –  à qui bon lui semblera). Le chef de l’Etat finit par souligner, comme son habitude, qu’il ne doit son élection à aucun parti. Cette dernière phrase a le don de faire sortir Téréta de sa réserve. D’un ton plutôt vif, le ministre du Développement Rural se plaint qu’à tout bout de champ, le président humilie le RPM. “Certes, vous n’êtes pas l’élu du RPM, mais ce parti a bel et bien contribué à votre victoire”, fait valoir Téréta. Le président lui enjoint de se taire, lui demandant de quel droit il lui réplique. Au sortir du conseil, le sort du ministre est scellé: l’hôte de Koulouba, encore furieux, demande à Modibo Kéita de lui proposer une nouvelle équipe gouvernementale où Téréta ne figurerait pas. Recevant, jeudi 14 janvier 2016, les voeux de nouvel an du gouvernement, le président revient à la charge. “Monsieur  le Premier Ministre, je vous réitère mon entière confiance”, assure IBK. Avant de mettre fin, le lendemain, aux fonctions ministérielles du Secrétaire général du RPM.

En vérité, IBK ne s’attache pas pour rien à la personne de Modibo Kéita. Déjà Premier Ministre sous Alpha Oumar Konaré, ce vieux routier  qui en impose par son âge, sa haute taille et sa fine connaissance des arcanes étatiques, a redonné à l’activité du gouvernementale la sérénité qui lui manquait: il a interdit, par exemple, que les ministres polémiquent sur les projets de décisions soumis au conseil des ministres, leur faisant savoir que “le conseil est un lieu de décision et non d’élaboration des décision”. En outre, Modibo a évité à son président de cadet une funeste épreuve lorsqu’après les caricatures du Prophète (paix et salut sur lui) par Charlie Hebdo, en janvier 2015, les musulmans projettent une marche de protestation à Bamako: le Premier Ministre, concient des risques d’affrontement, lève l’interdiction de la marche imprudemment prononcée par le gouverneur. Enfin, il est difficile de qualifier le Premier Ministre de corrompu: son nom n’est cité dans aucune scabreuse affaire; quant aux logements sociaux qu’il aurait reçus, le reproche est sans doute léger: c’est, depuis ATT, une vieille tradition pour les hautes personnalités publiques de recevoir un lot de logements…

Que peut le RPM ?

Que Téréta se soit battu avec la dernière énergie pour obtenir la primature ne constitue pas une faute en soi: Secrétaire Général d’un parti au pouvoir, il a le droit d’avoir de hautes ambitions. Par contre, il aurait tort de croire qu’après avoir perdu la manche, il remporterait une quelconque guérilla politique contre le président de la République. Jamais, dans l’histoire, un parti malien n’a vaincu un chef d’Etat en exercice. La raison ? Le vrai pouvoir réside à Koulouba et à Koulouba seul: les contre-pouvoirs constitutionnels et les militants ne sont que des mirages. Téréta rebondira peut-être un jour si, dans l’infortune qui le frappe, il se tient clos et coi; mais il sera proprement chassé du parti s’il engage un nouveau bras de fer. Exactement comme Mohamed Lamine Traoré et IBK lui-même lorsque, du haut de la présidence et forts du soutien du Comité Exécutif du parti ADEMA, ils avaient cru possible d’affronter la machine politici-administrative conduite par le président Alpha Oumar Konaré.

 

Tiékorobani

PARTAGER

86 COMMENTAIRES

  1. C’est vraiment regrettable de voir une telle situation car des personnes qui sont des compagnons de lutte en arrive à cette extrême. Le président IBK a donné plusieurs avertissements pour que cette situation n’en arrive pas là mais hélas les faits sont là et on doit bien l’analyser afin de ne pas nous tromper dans nos choix car le président IBK ne veut que le bien du Malien et on doit le soutenir dans ses décisions même si elles ne plaisent pas à tous. Avec le temps nous en verront le bien fondé.

  2. Le problème au RPM c’est que chacun se bat pour ses intérêts personnels et après deux ans IBK sait qui est qui et qui fait quoi donc il travaille “avec ceux qui ont l’amour du Mali” dans l’âme”; alors laissons les histoires de partis et misons sur les compétences.

  3. Au Mali, certains hommes politiques font de la politique du ventre. Ils vont là où ils ont leur intérêts. C’est le cas de Dramane Dembélé, Bafotigui Diallo, Bakary Koné, Bocary Treta parce qu’aucun politique adhérant à l’idéologie de son parti ne le trahira jamais quelques soit le motif.

  4. IBK est le président des maliens et non du RPM par conséquent s’il y a des citoyens compétents qui ne sont pas de son parti et qui peuvent travailler pour le pays, je cautionne qu’il travaille avec eux pour les intérêts du pays. LE MALI D’ABORD!

  5. Le RPM doit revenir sur terre, ses membres doivent réfléchir avant d’agir. IBK n’a jamais fait de la discrimination. Il l’a toujours dit qu’il veut travailler avec ceux qui sont prêt pour aider le Mali quelque soit son bord politique, chose que Tréta et certains membres du parti ne partage pas mais entre le bien du pays et les humeurs de certains individus; il faille bien choisir le pays.

  6. Je crois que si nous en sommes arrivé là c’est bien par la faute de Tréta car le président de la république n’a jamais jugé ces ministres et autres membres d’institutions sur les paroles. Il a toujours vérifié les faits et les faits ont condamnés cette fois ci le ministre Tréta.
    On peut être co-fondateur d’un parti politique et ne pas forcement occuper des hautes fonctions car la gestion des affaires du pays est une affaire de compétence et je crois que le premier ministre Modibo en a plus que Tréta.

  7. Le président IBK n’a pas limogé Tréta et Igor pour faire plaisir à qui que ce soit mais avec les dérives de Tréta la sanction s’imposait. Comment comprendre que des personnes veulent prendre en otages une institution aussi importante qu’est la primature pour une question de parti politique. Bien que le premier ministre Modibo n’est pas membre du rpm; il travaille pour ce pays et il est donc inadmissible que des personnes comme lui mettent les bâtons dans les roues fut-ils secrétaire général du parti au pouvoir. Toute personne qui a des compétences reconnus doit pouvoir les mettre au profil du pays sans distinction aucune.
    Le Mali n’appartient pas au rpm encore moins à tréta, de la même manière IBK n’est pas le président de rpm mais de tous les Maliens.

  8. Le premier ministre Modibo kéïta est un grand homme qui connait les aspirations des populations de ce pays car ayant servi dans plusieurs domaines et pendant de longues années. Son programme montre qu’il a une belle optique de développement pour pays. Mais celui-ci ne semble pas depuis un certain bénéficier de l’aider politique de certains membres du gouvernement et de certaines personnes véreuses (notamment Tréta) qui veulent toujours marquer sa gestion du sceau de l’échec à travers des campagnes de dénigrements et de désinformation à son endroit ce qui n’est pas du tout normal pour un pays qui sort de crise et qui a besoin de la compétence de tous ses fils.
    Nous devons donc l’aider avec le président IBK à apporter d’abord la paix, la justice dans notre pays et l’essor économique que nous attendons tous.

  9. Le président de la république a une très bonne vision pour notre pays parce qu’ayant été responsables de plusieurs domaines.
    Cependant, il ne bénéficie plus depuis un certain moment de l’apport de certains collaborateurs avec lesquels il avait l’ambition de réaliser son ambition pour ce pays pour de simple questions de leadership au niveau du gouvernement. Il est acculé de toute part par des détracteurs prétendant qu’il n’a pas de vision pour le pays. Situation qui je penses à susciter ce recadrage gouvernemental afin que les choses puissent bouger pour le bien de la population. Chose à laquelle nous devons osez y croire et de notre modeste contribution y participer.

  10. « Cette boutade du président IBK lors de la rencontre avec les leaders de la mouvance présidentielle à Ségou a été très significative »
    En effet, cet acte est salutaire car il fallait faire savoir aux brebis galeuses qu’elles ne sont pas intouchables et qu’elles sont là pour travailler pour le peuple alors ceux qui ne font pas convenablement leur travail seront inquiétés. Évidemment c’est ce qui a été fait.

  11. Moi je pense que tous ceux qui sont à la majorité présidentielle pour profiter des faveurs du pouvoir en place doivent comprendre qu’avec IBK ça ne marche pas comme cela.En ce moment,c’est la qualité qui doit prévaloir au Mali d’aujourd’hui.Donc ne vous mettez pas à compter sur vos partis pour accéder à des postes dont vous n’avez pas le mérite.

  12. Appartenir au RPM seulement ne suffit pas pour prétendre au poste de premier ministre du mali en ce moment.
    On peut bien sûr être de la majorité présidentielle mais la qualité indispensable pour occuper ce poste est la capacité.
    Je pense que Tréta a mal compris cela et en a fait les frais.

  13. La primature ou un poste ministériel ne sont pas forcement les seuls endroit où un citoyen peut servir son pays.
    Si Tréta n’a pas eu la primature pour une raison ou pour une autre,il peut effectivement attendre car il ne suffit pas d’être du RPM pour prétendre à la primature mais il faut aussi avoir les qualités requises.

  14. Le Mali n’est pas un gâteau dont chacun viendra se servir et partir.Si le RPM pense que c’était forcement son tour,moi je viens lui dire ce n’est le tour de personne.C’est plutôt le tour de celui qui peut être capable mettre notre pays sur les rails par son expérience et son dévouement.
    Que cessent alors les discours divisionnistes pour le bien être du pays.

  15. IBK n’est pas venu au pouvoir pour faire plaisir à quelqu’un.
    Ce qui compte en ce moment c’est l’intérêt de notre pays.
    Si la personne capable vient du RPM,elle sera nommée.Mais si elle vient d’un autre parti elle sera aussi nommée.
    Dans tous les cas c’est le Mali qui gagne.

  16. Le limogeage de Tréta doit être compris sous plusieurs angles.
    D’abord,il faut dire que ce monsieur a été coupable de plusieurs scandales financiers qui ont mis à mal la crédibilité du président et de son parti.
    Ensuite,il est à la base d’une division de membres au sein du parti présidentiel pour juste faire de tort à IBK.
    Enfin,pour cette histoire de primature il a montré aux yeux de tout le monde que ce qui le préoccupe c’est sa petite personne et non le Mali.
    Son départ est donc salutaire car mon n’a que faire des égoïstes…

  17. C’est pas parce qu’on est Secrétaire Général du RPM qu’on doit être forcement nommé premier ministre.
    Si le président juge bon que d’autres personnes en dehors de sa famille politiques sont plus aptes à occuper ce poste,je vois pas du tout le problème.
    Il faut dire que c’est gourmandise qui a fait perdre Tréta.

  18. Le Mali a en ce moment besoin d’un premier ministre d’expérience et travailleur car après le coup d’état il faut noter le Mali est revenu de loin avec le président IBK et tout le monde sait que Modibo Kéïta est la personne appropriée..
    On ne fera donc jamais plaisir aux caprices de Tréta en lui confiant un dossier qu’il ne maitrise pas du tout.
    Il aurait dû se contenter de son poste de ministre car c’est ce qui lui convenait.
    Mais hélas!!!

  19. Je ne sais pas du tout sur quoi compte Tréta dans ce pays mais je pense qu’il serait mieux qu’il ressaisisse car un individu ne peut absolument rien devant un État.
    C’est mieux pour lui de faire profil bas car il est d’avance perdant de tout bras de fer avec le président.

  20. Monsieur le journaliste, vous n’êtes ni juriste, ni administrateur civil pour critiquer le gouvernement en rendant la justice au coupable.Alors on limoge toujours ceux qui ne fassent pas leur boulots
    Vive IBK, vive le gouvernement

  21. Mon cher Tiecorobani, pour servir la nation, ce n’est pas une question de préférence de personne. S’il a été congédié c’est qu’il y a une bonne raison. C’est la gestion d’un Etat et non d’une famille.

  22. Mon cher journaliste, arrêtez de donner des raisons sur le limogeage de l’ex-ministre Tréta. N’essayez pas de donner des raisons que vous n’auriez pas attendu de la part de nos autorités. Il serait sage que vous cherchiez les vraies causes de ce débarquement. C’est le rôle d’un journaliste d’aller chercher les informations vraies pour éclairer nos lanternes.

  23. TRETA est limogé car c’est un véritable criminel, un mauvais homme.
    Toutes ces rumeurs sont l’œuvre des politiciens et certain journaliste qui disent du mal au président de la république.

  24. TRETA a été limogé car il est responsables de cette bassesse. Cela sera un exemple pour les ministres de notre pays ».

  25. A mon avis, l’heure n’est pas aux polémiques suite au limogeage de certains ministres dont nombreuses voies trouvent qu’ils ont été parfait dans l’accomplissement de leur mission, mais au travail. Je pense que si son parti, c’est qu’il y a une raison valable. Ceux qui sont partis ne valent pas mieux que leurs remplaçants. L’avenir nous en dira plus.

  26. Franchement, nous finirons jamais d’être servis par ces journaleux. Il y a quelques jours que ceux-ci publiaient par ci et par là le remaniement. Aujourd’hui, le nouveau gouvernement a été formé. Voici qu’on cris pourquoi d’autres sont partis au détriment d’autres ? Que voulez-vous mon cher Tiecorobani ? Est-ce des personnes indispensables pour la cause du pays ? Je dis Non. Des personnes compétentes comme ces deux, notre en possède autant. Il s’agit de leur donner leur chance. Et c’est ce que le président a fait.

  27. Je pense que les résultats de ce ministre à la tête de son département ne fait pas de lui une personne indispensable. Donc, arrêtez mon cher Tiekorobani de dramatiser les choses. Il y a des personnes aussi compétentes que lui.

  28. Je pense qu’on a pas à crier au scandale parce que tel ou tel ministre est parti au détriment de l’autre. Pourquoi c’est pas tel ? Si ces deux ministres sont pas partis c’est qu’il y a de bonnes raisons. Evitez mes chers journalistes d’alimenter les polémiques pour des histoires des hommes alors que de nombreux défis nous attendent.

  29. Monsieur le journaliste, épargnez nous de vos sentiments personnels. Il s’agit de l’avenir du pays et non d’une famille. Le ministre Tréta a fait ce qui devrait faire et nous lui en savons gré. Cependant, il faut aller de l’avant au lieu de soulever des polémiques.

  30. Si les journalistes peuvent se doter d’un minimum d’objectivité et de responsabilité en arrêtant de nous pomper l’air avec les histoires de limogeage de Tréta et Igor. Ce sont de vaillants et loyaux fils de la nation qui sont venus servir celle-ci et qu’aujourd’hui la force des choses ont fait qu’ils ne sont plus dans la nouvelle équipe. C’est un poste nominatif, chacun vient apporter sa part dans l’édification de la nation et s’en va.
    Donc qu’on arrête de nous faire croire le contraire.

  31. J’aimerais éclaircir certaines opinions surtout ces journaleux qui veulent tout faire pour mettre le feu au sein du RPM. Il faut que vous ( Journaleux) compreniez une chose que la Nation Malienne ne repose pas sur la seule tête de Tréta. Si, son employeur a jugé mieux de le congédier, qu’on ne fasse de cela un scandale ?
    D’ailleurs, des compétents comme Tréta, il y en a autant. De grâce foutez nous la paix !

  32. Si le directeur de la CMDT a été demis de son poste dans le scandale des engrais frelatés, dis moi pourquoi pas son ministre car à ma connaissance, il n’était pas content à l’annonce de cette nouvelle de limogeage de son direction. Tréta n’est pas le président de la république malienne qu’il aille géré le parti

  33. Le problème pour vous les journalistes maliens, est que vous manquez de formation de journalisme à proprement dit. Vous avez tant clamé ce remaniement, il est fait pourquoi nous fatiguer avec de tels articles à la con.
    Ils ont failli en quelque sorte à leur mission sinon ils resteraient à leur poste

  34. Le RPM doit comprendre que le président sait ce qu’il veut. Ce parti doit savoir qu’il n’a pas porté le président IBK pour venir se remplir les poches mais pour travailler.
    Si Tréta est parti c’est qu’il ya une belle raison et il peut être appelé pour d’autre mission. Ce n’est pas seulement ministre qu’on peut servir son pays

  35. Le président IBK doit son élection à l’ensemble du peuple malien. C’est vrai qu’il est issu du RPM mais cela ne doit l’obliger à forcément prendre des gens qui ne pensent qu’à leur intérêt personnel. Mr Tréta se prenait pour le président de la président au point d’en vouloir aux personnes par IBK.

  36. Le président a bien prévenu que tout ceux qui seront cité dans un quelconque scandale partira du gouvernement. Alors que Tréta nous prouve le contraire qu’il ne sait rien des scandales dont il est accusé Monsieur le journaliste

  37. Il faut que les journalistes comprennent que pour servir son pays, on na pas besoin d’être ministre. S’ils étaient autant reconnu de tous pour leur travail, ils auraient servi tous les présidents qui sont succedés à la tête du Mali

  38. Le RPM est rempli d’opportunistes et d’incompétents. IBK veut le développement du pays et donc il ne saurait travaillé avec de telles personnes de peur de mettre notre pays en retard.

  39. Tréta et Igor ont fait leur travail et il est temps de partir. Ce sont des postes nominatifs pas un royaume mon cher journaleux sans formation. Ils ont remplacé d’autres donc si à leur tour s’ils sont remplacés cela fait quoi. Ils ne sont pas les seuls à servir ce pays

  40. IBK a une belle raison de les écarter donc arrêter de nous faire croire autre chose. Nous savons tous ce qu’on vous a donné. Je porte à ta connaissance que c’est l’argent volé à l’état malien.
    Vous êtes tous des journalistes pourris

  41. Tréta est à la tête de la commission de l’agriculture à l’assemblée nationale donc il peut continuer son travail.Il faut savoir que s’il s’avère qu’ils sont meilleurs ils reviendront pour continuer leur mission

  42. Près de deux cents associations ont gravités autour d’IBK pour l’amener a KOULOUBA il n’a pas menti en disant que c’est pas le RPM qui la élu. Nous voyons beaucoup de députés aujourd’hui mêmes RPM qui servaient plus tôt le mouvement citoyen.
    Messieurs du RPM Vraiment laisser le gouvernement travaillé

  43. TERETA est un homme benit, toi IBK, Dieu le tout puissant ne fera pas attendre ton ingratitude envers le RMP
    C’est aujourd’hui que tout le monde te cotoie, alors que tout le monde disait que tu es un soulard.

    Que Dieu te paye toute ta trahison.

  44. IBK peut se taper la poitrine pour dire qu’il est le seul capitaine du bateau Mali, certes c’est vrai, malheureusement ce sont pendant les 5 ans que tu as fait la meme chose que Alpha te connais. Tu as oublié les moments ou tu pleurais devant le peuple RPM quand ils cotisent pour aller feter ton anniversaaire, c’est maintanant qu’on a su que tu avait une famille, karim ton fils a des quotas dans tout. Les cadres sont placés par lui ou ta femme. Un pouvoir jamais vu au Mali, pendant toutes les républiques qui ont succedé, le tien est le plus médiocre, ta famille voleuse, toi meme IBK voleur, vous volez à Koulouba, tout ce que vous avez nommés. Meme ATT, n’a pas trahi ses amis. Dieu va te combattre

  45. Il n’a pas la culture de la propriété intellectuelle, pour un universitaire qui s’approprie des idées des autres sans les citer. Les cadres ont plus besoin de probité.

  46. Le président de la république a très fait de mettre à la porte cet incapable de Tréta, car pour le développement de ce pays tous les maillons faibles du gouvernement doivent disparaitre !!!

  47. Le Ministre Tréta, du moins l’ancien ministre ne pouvais être reconduit dans ce gouvernement une fois de plus, car depuis sa nomination, il n’a fait que poser des actes d’un irresponsable dans ce pays, donc obliger qu’il soit viré !!!

  48. IBK a eu raison de virer Tréta de son gouvernement, car les incompétents n’ont pas leur place dans ce gouvernement de valeur et de prestige !!! Seul les plus charismatiques peuvent rester !!

  49. Tréta n’avait absolument pas le mérite de rester au sein de ce gouvernement, c’est plus qu’un incapable et il l’a démontré plusieurs fois de par ses actes de négligence et de cruauté !!!

  50. IBK s’étonne de ne pas entendre “sa majorité” mais comment vous pouvez défendre quelqu’un qui vous humilie tous les jours? Sa majorité c’est d’abord le RPM. Dire qu’il a été élue par le peuple et non par le RPM est un non sens, car tous les présidents en démocratie sont élus par le peuple mais c’est un PARTI ou groupe de parti qui le présente ou s’il est indépendant une association. Dans le cas d’IBK cest le RPM qui l’a proposé comme candidat et le RPM fait parti aussi du peuple. Nous sommes dans la bouffonerie la plus abjecte quand il ose dire en tant que ” démocrate” que son parti ne l’a pas élu. Cela est-il suffisant pour tirer à boulet rouge sur des hommes et femmes, souvent au prix de bien de privilège, qui ont tout sacrifié pour donner vie à la démocratie, au fait partisan. Cette posture irresponsable d’IBK est un cas d’école.
    En fait ce que moi je vois, IBK veut revenir à l’ADEMA. Ce parti il ne l’a quitté que lorsqu’il en a été chassé et toutes ses actions me confortent dans cette hypothèse.

  51. Tréta a perdu cette bataille depuis le jour où il a été nommé Ministre, il se devait de remplir au mieux la mission qui lui avait été assigné !!! Il a tout foutu en l’air depuis longtemps !!!

  52. Le Ministre Tréta n’était pas à la hauteur des attentes du président de la république et de son premier ministre, il s’est planté dans l’accomplissement de sa tâche !! On lui a laissé le temps de se rattraper, il n’a pas pu le faire !!

  53. Tréta Bocari à complètement faillit à sa mission, il a été une erreur monumentale dans le gouvernement du président de la république, et il n’a pas su se rattraper !!!

  54. La democratie malienne n’est pas encore née. IBK est un ingrat quoi qu’on dise. Treta n’est pas le seul à qui il a tourné le dos au RPM. Regarder Nancoman Keita qui a tout laissé du temps de ATT jusqu’à démissionner du gouvernement pour protester contre les fraudes électorales de 2007 contre IBK. A l’époque les Mint Youba ministre de la santé au nom du RPM ont quitté le parti pour continuer à manger chez ATT. Aujourdhui ce sont des repris de justice comme Blaise Sangaré, des traîtres du RPM comme Mint Youba qui sont à la présidence.
    Treta, s’il avait été demis au moment du scandale de l’engrais frélaté nous aurions compris, mais le démetttre parce qu’il a des ambitions d’ailleurs légitimes, n’est que pire méchanceté.
    Tout le monde a dénonce la “démocratie du consensus”, la création malienne et tout le monde a vu et vit les conséquences. Car il n’ y avait pas d’opposition.
    Aujourd’hui nous vivons, à notre grand désarroi, la même situation mais à l’envers. Nous avons une opposition mais pas de parti au pouvoir! qui l’eût cru?!!!
    La démocratie ne peut marcher sans le fait partisan. Ceux qui l’ont inventée on dit qu’elle repose sur deux pieds: pouvoir et opposition et si l’un des deux pieds manque, point de démocratie.
    On assiste alors à la courtisanerie et à la corruption comme on le voit maintenant. Il n’ ya pas de comptable de l’action et si ça tourne mal c’est le président le seul et unique responsable. ATT en est l’exemple vivant. Seul lui et sa famille souffrent aujourdhui.
    Nous étions à mille lieux de croire que IBK allait prendre ce même chemin.
    Dire que le peuple malien l’a élue n’est qu’un pléonasme, mais c’est le RPM ( dont il n’est pas le seul créateur) qui l’a présenté aux élections et dont les logaux et signes distinctifs ont permis aux gens de le voter. Se bomber le torse pour insulter et humilier ce parti n’est que de l’ingratitude manifeste.
    Aujourdhui nous sommes d’accord avec les opposants que ce président n’a aucune vision et donc n’avait aucun programme. Tout intellectuel honnête doit reconnaître qu’il navigue à vue.

  55. Tréta ne pouvais que pouvais que perdre cette bataille, en dépit de tout ce qu’il a pu faire au cours de son passage en tant que Ministre, le président de la république lui a laissé beaucoup de marge de manœuvre, mais il a persisté !!!

  56. Tréta croyait que quoi ? Qu’il allait continuer comme si de rien n’était, ou encore qu’il pouvait, disons qu’il allait même être premier Ministre ? C’est qu’il rêvait en plein midi !!!

  57. Je pense qu’une chose doit être claire pour les partisans de Treta Bocari, Treta Bocari ne sera jamais premier ministre de ce pays. il l’a déjà démontré étant dans le gouvernement qu’il n’est pas capable de le faire. Si Treta devenais premier ministre de ce gouvernement la population allait immédiatement perde toute sa confiance au régime d’IBK.

  58. Ce remaniement est un remaniement d’union nationale, le RPM ne doit pas considérer comme un remaniement qui leur est tant attendue. Le pays n’est point un gâteau dont tout le monde doit prendre sa part. Aucune personne de choix du RPM ne remplacera le PM Modibo Keïta.

  59. A la primature cela restera toujours un rêve irréalisable, un ministre qui a été incapable de gérer son département ministériel n’est pas surement capable diriger un gouvernement, surtout vie la crise dont traverse le pays. Treta n’est pas capable de diriger un gouvernement.

  60. Pour le bien du gouvernement Bocari Treta ne pouvait pas rester dans le nouveau gouvernement. Treta lorsqu’il était ministre n’a pas pu faire preuve de satisfaction. De scandale en scandale, ainsi se résume son séjour dans le fauteuil de ministre.

  61. Les membres du RPM doivent savoir qu’il n’est point obligatoire que le gouvernement d’IBK soit remplit des membres du RPM, cela porte atteinte à la démocratie du pays. Les membres du RPM doivent faire preuve de bonne foi et patriotisme.

  62. Avec Treta Bocari ou sans lui le gouvernement d’IBK sera toujours fonctionnel. Treta n’a pas pu faire preuve de responsabilité de confiance. De nombreux scandale ont été remarqués dans son secteur. L’irresponsabilité a marqué le secteur de Treta Bocari de son emprunte.

  63. Je pense que nous ne devrions pas créer de polémique autour du limogeage pure et simple de Bocari Treta, vue ses résultats en tant que ministre, il le méritait se limogeage. Le plus important doit rester l’intérêt général du pays.

  64. C’est à cause de la mauvaise gestion du rural dans ce pays qui a fait que la campagne agricole 2014-2015 a été jugée mauvaise par les hommes politiques et les détracteur. Ce qui a eu de l’impact sur le bilan de la gestion de l’actuel locateur de Koulouba.

  65. Tous les hommes politiques maliens, je veux dire les soi-disant hommes politiques maliens sont des assoiffés. Ils n’intègrent pas un parti politique parce qu’ils partagent l’idéologie de ce parti. Mais parce qu’ils voient en celui-ci un éventuel victorieux des élections du moment. C’est le cas du RPM. Sinon je ne vois pas pourquoi ce parti est contre le départ de Treta.

  66. ➡ ➡ ➡ Tous d’abord à savoir que c’est le premier Ministre qui nomme ses Ministres. Le Président de la République ne peut faire des suggestions au premier Ministre. Donc le PM est et reste le premier décisionnaire de son gouvernement. Ce remaniement arrive au bon moment, le peuple attend avec impatience.. ➡ ➡

  67. Ce n’est le départ de Bocari Treta qui m’a choqué mais celui de Mamadou Igor Diarra, le ministre de l’économie et des finances de l’Etat. Je suis plutôt content du départ de celui à la faute de qui le président de la république n’a plus de bonne image aux yeux des détracteurs suite à la présence des engrais hors norme dans notre pays.

  68. Monsieur le journaliste le départ de Bocari Treta a été une bonne solution pour notre agriculture et pour que les paysans fassent de nouveau confiance à l’actuel locateur de Koulouba. L’affaire des engrais frelatés a été une balle perdue pour le bilan d’IBK. 😛 😛 😛 😆 😆 😆

  69. Ce n'est pas une question de bataille, mais c'est l'intérêt du pays qui est en jeux. Le plus important pour le nouveau gouvernement reste le travail et de bonne résultat.

  70. Ibrahim Boubacar Keïta depuis son arrivée au pouvoir s’est montré disponible et prêt à placer toute personne qui a la capacité et le talent de mieux faire. Il n’a pas affiché l’image de celui qui prime l’intérêt du parti sur l’intérêt de toute la nation en plaçant les militants de son parti. Voilà pourquoi il a été exposé à toute sorte de critique de part et d’autre. Tantôt ma famille d’abord, tantôt mon parti d’abord. Il a bien fait pour Treta frelaté.

  71. La seule chose qui tourne autour de cette histoire du départ de Bocrai Treta, ministre du développement rural,est le fait qu’IBK, depuis son avènement au pouvoir, n’a nommé aucun militant du RPM à la tête de la primature. Je me souviens que la nomination de Moussa a suscité beaucoup de polémique au sein de ce parti. Car les collègues du président étaient tous mécontents de cela. C’est dommage pour ce pays de n’avoir aucun militant dans ce nouveau gouvernement.

  72. Le Mali est sur le point d’être un pays dans lequel même être président de la république est un sac à problème. Parce qu’on ne finira jamais avec les problèmes et les critiques bidonnes. Dès qu’on devient président, il n’y a plus question de parti ou de famille. C’est le pays qui compte. Donc que ce parti nous laisse tranquille avec l’histoire du départ de Treta.

  73. Ibrahim Boubacar avait bel et bien raison quand il disait qu’il n’a pas été élu par le RPM mais plutôt par le peuple. Qui peut dire le contraire ?
    Si certains militants apatrides de son parti on mal comprit cela, mais je ne sais comment ces personnes imaginent, franchement ?

  74. Les militants du RPM n’ont pas pu jusqu’à présent enterrer les cicatrices de la nomination de Moussa Mara. Ils voyaient en cette nomination une humiliation de la part de leur patron, Ibrahim Boubacar Keïta. Mais et pourtant je n’ai vu aucun problème en cela. ET aujourd’hui c’est le départ du seul militant qu’il avait dans le gouvernement qu’il n’arrive pas à comprendre.

  75. Rare sont des hommes qui ont intégré le parti présidentiel par plaisir et à cause de la conformité de son idée à celle dudit parti. C’est après le premier tour des élections présidentielles de 2013 que certaines personnes se sont vus dans une obligation, pas forcément une obligation en tant que telle, il s’agit de parvenir coûte que coûte à ses fins, d’être membre de ce parti. Ce sont aussi ces mêmes individus qui font tout pour fragmenter le parti majoritaire.

  76. Je ne sais pas d’où Tiékorobani tire ses informations, mais il a de la suite dans les idées. Ce type pourrait bien servir son pays. Son sang froid dans l’analyse est hors du commun.

  77. Il suit les conseils de son marabout 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  78. EXCELLENTE EXPERTISE POLITIQUE TRÈS FOUILLÉE de .CE FAIT POLITIQUE DONT VOUS FAITES CAS ET QUE IBK FÛT BÉNÉFICIAIRE EN SON TEMPS SOUS ALPHA CONTRE MAMADOU LAMINE TRAORE ,POSE L’ÉTERNELLE QUESTION DU PACTE AVEC LES AUTRES AVANT L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ET SA FAMILLE POLITIQUE POUR LA LÉGITIMITÉ DU POSTE ENTRE CES DEUX CAMPS. JE POSE UNE QUESTION “FAUT IL EN POLITIQUE AVOIR TOUT LE TEMPS RAISON OU SAVOIR GAGNER” OU” VAUT MIEUX L’APPARENCE DE LA VERTUE QUE LA VERTU E ELLE MÊME.

  79. Félicitations pour la qualité de l’article Tiékorobani! Certes, il est un peu orienté mais reste de belle facture.

  80. En réalité le parti politique n’est qu’un simple instrument pour accéder au pouvoir en Afrique.Et une fois ce pouvoir conquis nos dirigeants -qui ont peu de conviction-trahissent les idéologies de leur propre parti par jalousies ou par leurs egos.Ils règnent en maîtres absolus -ou monarques- en concentrant tous les pouvoirs: exécutifs, législatifs et judiciaiaires.
    Les membres du Gouvernement ou Cabinet ne sont en réalité que leshommes “politiques” du Président ou Monarque.
    Dans ce contexte le sort de Treta, ce Benoko Le Lion de la daba et du RPM et celui du PM sont entre les mains du Président qui use de son “Pouvoir discrétionnaire” pour les nommer et les limoger à tout moment à sa guise et cela sans voies de recours. 💡

  81. Le RPM n’est pas les propriétés privées de Ibrahim Boubacar Keita on a construit ensemble tout le monde c’est aujourd’hui lBK c’est un traître un caméléon faut jamais lui faire confiance c’est un soûlard 😈 😈 😈 😈 😈 😉 😈

  82. Treta doit garder sa dignité et prendre ses responsabilités IBK À trahir famille d’abord

  83. Le meilleur article que j’ai lu a’ propos du cas Treta!
    Tiekorobani, GOOG JOB!!!

  84. Très belle analyse de Tièkrobani.Au plaisir de vous relire encore et toujours…IBK a très bien fait de se débarrasser d’une personnalité comme Tréta plus pressé que la musique….RPM par ci RPM par là vous pensez que c’est le RPm seul qui a élu IBK?Si vous pensez que c’est le cas alors faites élire Tréta aussi comme président après lui IBK. 😉

Comments are closed.