Entre nous : De Wagner à la prorogation de la Transition : Le piège mortel ?

7

Le président de la République du Ghana, Nana Akufo-Addo, président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et du gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a effectué, hier dimanche, une visite de quelques heures à Bamako. Une visite qui intervient dans un contexte tendu entre le gouvernement de transition et l’organisme sous-régional, mis à rude épreuve avec les coups de force au Mali et en Guinée-Conakry. Face aux exigences relatives au respect du délai de la transition contenue dans la Charte et aux résolutions de la Cédéao, le gouvernement de Bamako met en avant la volonté souveraine du « peuple malien » de tracer son propre avenir. Le président de la transition et son gouvernement ne sont pas dans la logique de tenir les élections à la date prévue. Cela est clair maintenant. Or, l’institution sous-régionale continue d’afficher une certaine intransigeance vis-à-vis de la tenue des élections mais aussi de son opposition à l’arrivée au Mali de la société privée russe Wagner. Ce sont les résolutions phares de son dernier sommet sur le cas malien.

Que va faire donc la Cédéao ? Va-t-elle afficher une sorte de fermeté vis-à-vis des colonels de Bamako afin de montrer ses muscles aux Guinéens ? Va-t-elle continuer à afficher un seuil de tolérance face à ces situations au risque d’agacer davantage une frange importante de la communauté internationale ?  Voilà, quelques interrogations. C’est donc à une institution en quête de crédibilité que Bamako fait face.

Dans un article intitulé « De mal en pis – Le jeu du russe Wagner au Mali » publié, la semaine dernière, d’abord sur « AllAfrica.com » puis sur le site internet du centre d’études stratégiques de l’Afrique, deux chercheurs au Centre d’études stratégiques de l’Afrique, Joseph Siegle et Daniel Eizenga, estiment que la CEDEAO a un rôle clé à jouer pour bloquer l’accord avec Wagner. « La CEDEAO sert de garante à la transition malienne. Permettre à Wagner d’entrer au Mali aurait des conséquences longues et profondes pour la souveraineté, la sécurité, la gouvernance et la politique extérieure du pays, et aurait aussi des effets sur toute la région. Une décision aussi dangereuse ne devrait pas être laissée aux mains de Goïta, dont l’autorité qu’il revendique a été prise de manière anticonstitutionnelle », expliquent-ils avant d’ajouter : « La CEDEAO doit indiquer clairement que le rôle principal de Goïta est de faciliter une transition, et que tout accord avec un acteur étranger, d’autant plus au vu de sa sinistre réputation, doit attendre la mise en place d’un gouvernement démocratiquement élu. Si Goïta devait résister aux exigences de la CEDEAO, elle devrait le déclarer en violation du protocole de transition, le sanctionner, ainsi que d’autres membres de la junte, et les désister de leurs rôles de dirigeants de la transition. Les récents avertissements de la CEDEAO que la transition malienne doit rester sur la voie prévue pour les élections de février 2022 et que toute personne y faisant obstacle sera sanctionnée, est une bonne étape. Il faudra toutefois soutenir la CEDEAO. La communauté internationale démocratique devrait être prête à empêcher l’accès à la junte aux comptes publics de l’État malien. Cela mettrait en évidence la dépendance de la continuité de la junte envers la reconnaissance internationale. »

De Wagner à la prorogation sans oublier des menaces pesantes sur l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, le gouvernement de transition avec ses manœuvres actuelles s’enferme dans un piège mortel. Le président et le Premier ministre doivent avoir le courage de s’assumer. La fuite en avant ne règle rien. La propagande et le populisme ont des limites. « S’il n’est pas question pour les Maliens de se plier aux desiderata de qui que ce soit » comme l’a martelé le Premier ministre issu du M5-RFP récemment à Genève, il faut donc se préparer à subir certaines privations. Lesquelles ? Très tôt d’y répondre. Mais, le colonel Assimi Goïta n’est ni le Burkinabé Thomas Sankara ni le Ghanéen John Rerry Rawlings. Il n’a ni le charisme de l’un ni le leadership de l’autre, tous deux des véritables tribuns dont la justesse de la vision et l’éloquence ont emporté l’adhésion de leurs compagnons d’armes puis des milliers de leurs compatriotes.

Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Commencez par indiquez QUI a monter les 3 resau judeoteroriste ainnharouda a florence parly .
    demandez ensuite le contenu des officine de segou canada , et pourquoi des otages canadien , religion?

  2. Sans la presence de WAGNER il serait impossible de prolonger la transition SALVATRICE pour notre FASSO, cela etant clair, les fossoyeurs de la nation a l interieur comme a l exterieur doivent etre PREVENUS et maintenus au respect de ce PEUPLE MALIEN qui n a desormais d autres soutiens que son ARMEE FAMAs, donc, sachez que LA PSEUDO-DEMOCRATIE vient loin derriere TOUTES NOS PREOCUPATIONS ESSENTIELLES!

    🙂 MEME LES SOUDANAIS , APRES EL BECHIR SONT SORTIS POUR RECLAMER UN GOUVERNEMENT PUREMENT MILITAIRE, ET DEMANDENT A ISOLER LES CIVILS -LARBINS DES OCCIDENTAUX , FONCTIONAIRES INTERNATIONAUX, EXPERTS MONDIAUX ET TOUS IDIOTS, DE L EXERCICE DU POUVOIR! 🙂

    FARO, KAFARO, MOUFARO, BAFARO

  3. “…le colonel Assimi Goïta n’est ni le Burkinabé Thomas Sankara ni le Ghanéen John Rerry Rawlings. Il n’a ni le charisme de l’un ni le leadership de l’autre, tous deux des véritables tribuns dont la justesse de la vision et l’éloquence ont emporté l’adhésion de leurs compagnons d’armes puis des milliers de leurs compatriotes.”
    QU’EN SAIS-TU Chiaka Doumbia? NI JERRY, NI MON HOMONYME NE SONT DEVENUS CE QU’IL ONT ETE EN UNE OU DEUX ANNEES. C’EST VRAI QU’IL N’A PAS L’ELOQUENCE DES LEADERS PRE- CITES, MAIS IL PEUT BIENTOT OBTENIR L’ADHESION DES MALIENS…. AUX COURS DES PROCHAINES ASSISE NATIONALES DE LA REFONDATION. ET SI DE LA TEMPETE ACTUELLE IL ARRIVE A POSER DES FONDATIONS SOLIDES D’UN MALI NOUVEAU, IL PEUT DEVENIR UN HERO POUR CERTAINS MALIENS.
    ON NE NAIT PAS HERO. CE SONT LE TEMPS ET LES CIRCONSTANCES QUI FONT D’UN HOMME OU UNE D’UNE FEMME UN HERO(INE).

  4. “.. deux chercheurs au Centre d’études stratégiques de l’Afrique, Joseph Siegle et Daniel Eizenga…”
    P. … T..IN DE MRD, QUI SONT CES PRESUMES EXPEETS EN VOIE DE … ????
    “…Permettre à Wagner d’entrer au Mali aurait des conséquences longues et profondes pour la souveraineté, la sécurité, la gouvernance et la politique extérieure du pays, et aurait aussi des effets sur toute la région. Une décision aussi dangereuse ne devrait pas être laissée aux mains de Goïta, dont l’autorité qu’il revendique a été prise de manière anticonstitutionnelle » DECIDEMENT POUR CES NEOCONS, LES MALIENS SONT TROP “QUOI DIRAIS-JE” POUR DECIDER DE QUI PEUT LES AIDER OU PAS

  5. Goita n’a nul besoin d’être Sankara ou Jerry mais tout simplement Assim Goita, n’en déplaise aux ennemis du peuple malien. De quel droit on veut empêcher un état souverain de lier des rapports de coopération avec qui il veut? Mettez vous dans la tête une fois pour toute que Assim est bel et bien le PRESIDENT de la République du Mali, pour avoir été investi par la juridiction compétente du pays, il est loin d’être le Sous-préfet de la France comme c’est le cas de la plupart des chefs d’état africains.

  6. Finaud 18 octobre 2021 à 12:46
    Bien vue, l’illustration de l’article : TAUPE SECRET.

    Répondre
    Finaud 18 octobre 2021 à 12:57
    Et un trombone pour suggérer que c’est de la flûte : il est très subtil, notre Laurent Lagneau.

    Répondre
    Dodo 18 octobre 2021 à 12:59
    Réaction russe :
    « Russophone, mensonge, manipulation, nous sommes des victimes, la France joue le jeu américain » etc…

    Répondre
    ss Votre commentaire est en attente de modération. Ceci est un aperçu, votre commentaire sera visible après sa validation.
    18 octobre 2021 à 13:40 Detournement renseignement duplessis devaux 97427 . Meurtres et dissimulationnde meurtres en reunion sur iggn s 2020 2780. detournement d’identiter , faux usages de faux , vol prile localisation bahgdadi . a salah hamouri via actu niger
    Répondre
    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Commentaire

    Nom *

  7. Le journaliste vendus le mali apertien au malien il est temps de rompre avec là France si il veut travailler 50-50 il est la bienvenue si il veut continuer comme avant on dit non il faut que il arrête le terrorisme aussi sino sa finira mal pour lui le peuple malien sont décidé de m’être fin à tout ces problème la même de quite les CFA est la CEDEAO il est faut

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here