Le Mali souffre d’une décadence réelle causée par la corruption

8

Dans une analyse de la crise sociopolitique qui secoue le Mali depuis juin 2020, Modibo  Seydou Sidibé, professeur d’économie à Duke University, aux États –unis a, pensé que la Nation malienne souffre d’un mal particulier qui est la corruption devenue durant les vingt dernières années, la première industrie au Mali.  

Dans son numéro 3091 paru en août 2020, le journal ‘’Jeune Afrique’’ sous la direction de François Soudan, publiait l’analyse d’un jeune universitaire qui dresse un tableau sombre de la gestion du Mali, avant de projeter une lueur d’espoir pour une sortie de crise. Toute chose qui veut dire que les Maliens à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur ont leur regard sur la gestion de leur patrimoine commun : le Mali.

Au  prime abord, Modibo Seydou Sidibé a souligné que le rassemblement sur la place de l’indépendance des « associations de la société civile et de partis politiques » pour créer un mouvement dénommé ‘’Espoir Mali-Koura ‘’ (nouveau Mali) a été une bonne chose, une arme de lutte politique. L’objectif de cette lutte, dit-il, c’était de dénoncer « la mauvaise gouvernance du pays » et d’appeler à l’avènement d’une nouvelle République. Une initiative qui, de son point de vue, passerait par ‘’la démission de toutes les institutions de l’État : l’exécutif, le législatif et le judiciaire ». C’est ce qui a d’ailleurs été fait.

Le professeur d’économie visiblement est conscient que le Mali souffre de la décadence ‘’réelle’’ causée par la corruption depuis bientôt soixante ans ». À l’entendre, ce mal particulier a engendré toutes les difficultés économiques et sociales. Selon lui : «on peut relier toutes les crises maliennes des vingt dernières années au partage des fruits de la corruption », a affirmé l’universitaire qui cite comme illustrations de cette thèse : le coup d’État de 2012 perpétré par la junte militaire à cause de la corruption dans tous les secteurs économiques et sociaux comme la douane, les impôts, les marchés publics, la police, la justice, les hôpitaux, etc. Il conclut que  « La corruption ne conduit pas uniquement au gaspillage des maigres ressources publiques, elle asphyxie l’appareil productif et fait du pays un paradoxe économique. Bien que très peu de personnes aient un travail stable, Bamako achète presque tout à l’étranger ».  Et d’ajouter que la corruption a biaisé l’arbitrage des acteurs économiques, rendant l’importation presque toujours plus profitable que la production locale. Ceci explique le retard constaté dans la montée en puissance de l’office du Niger, annoncée à maintes reprises. Elle n’a jamais eu lieu et le gouvernement subventionne l’importation du riz.  Pour l’universitaire : l’insuffisance des guichets pour payer une amende, la lenteur dans la délivrance d’un compteur électrique et le racket des policiers sont incompréhensibles », selon monsieur Sidibé. Malgré tout ce diagnostic macabre, le professeur d’économie ne perd pas espoir. Pour lui, pour désespérante que paraisse la situation malienne, elle n’est pas sans solutions. La lutte contre la corruption ne saurait être un slogan, mais plutôt un projet sociétal, un travail de longue haleine. « Cette lutte suppose l’identification des facteurs qui conduisent les individus à s’approprier du bien collectif », dit-il. Partant, il invite d’agir simultanément sur deux leviers : sanctionner plus lourdement les agents publics corrompus et accroître les bénéfices de la non-corruption pour les usagers. De son point de vue, le Mali, berceau des grands empires, a besoin d’un leader déterminé à reprendre en main le destin du pays, conscient de sa riche histoire et à la hauteur des défis du monde moderne. Le professeur pense également que combattre les maux liés à la corruption offre une lueur d’espoir à cette jeunesse que le désarroi a poussée vers les extrêmes. « C’est un préalable afin de bâtir une nation plus juste, plus solidaire, un pays qui offre une perspective à une génération qui n’aspire qu’à l’émigration », a conclu l’universitaire qui s’est montré convaincu que tout acte de corruption doit comporter un risque non négligeable de perte d’emploi.

   Seydou Diarra  

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Le Mali a deux enemis : les maliens malhonnêtes et la France qui défend ses intérêts au détriment du Mali ; que la France sache qu’elle sera dominée par d autres puissances surtout si elle ne laisse pas le Mali en paix ! Le Mali n’est pas une puissance mais on ne l’attaque pas impunément ! Que les maliens malhonnêtes sachent que la malédiction est sur eux et leurs fin est proche ! Maliens dignes fils du Mali levez-vous et engagez-vous , combattez l enemi interne : les assoiffés de pouvoir , les délinquants financiers . Vive le Mali !

  2. #Moussa Traore / UDPM /23 années de galère / Échec Total
    #Amadou Toumani Toure / CTSP /transition avec les espoirs en attente.
    #Alpha Oumar Konare /ADEMA PASJ /Un historien et pourtant toutes ses actions prouvent autre chose
    Il ne fait que des monuments inutiles lorsque les Maliens ont besoins de ponts ,de routes et d`échangeurs /cas de la tour de l`Afrique /de l argent jeté par la fenêtre /cette tour avec ses bouchons qui étouffe tout Bamako.
    Pire il brûle les armes du pays au nom de quel paix?
    pire il refuse de lutter contre la corruption et pourtant qui était son créneau avant son arrivée au pouvoir /A la fin de son mandat il fait du spectacle faisant semblant de lutter contre la corruption avec quelques arrestations sans saisir leurs milliards détournés ,ces gens seront libérés plus tard et mènent la belle vie avec l`argent volé au détriment des populations en souffrance
    #Amadou Toumani Toure / MAJORITE PRESIDENTIELLE /Gros travailleur mais refuse de mettre fin a la corruption et pourtant c`etait un des points phare de la révolution de mars 1991/ il manque d`initiative Alors /la france avec la complicité de certains fils du pays s`empare du pays pour voler l`or et certains miner-eaux rares au nord Mali /l`or est un élément sacré /ces gens seront maudits par la malédiction de l`or tôt ou tard.
    #Amadou Aya /CTSP
    Les populations espèrent mais aucune action de leur part pire ils pillent les banques du pays soif d`argent..
    #Ndioncounda /transition
    Monte au pouvoir mais aucune action notable sur les attentes des populations /toujours le statuquo…les gens continuent de piller les ressources du pays en toute impunité aucune lutte contre la corruption beaucoup plus de milliardaires encore et encore……
    #IBk /RPM /Une gestion clanique familiale pitoyable toujours des milliardaires sur les ressources de l`état. un vrai partage de gâteau au détriment des populations
    pire /l`armée n as pas le droit de faire des actions offensive sans la france /pendant ce temps la france et certains fils du pays volent l`or et les ressources rares du pays au nord Mali.
    Il est chassé du pouvoir par les populations en colère et des militaires de bonne volonté……….

    • FAAROH DIT "CORRUPTION EST NATURELLE EN PAYS ISLAMISE".🗿POUVOIRS DES GOUVERNANTS (RICHESSE DU VOL DES CHOSES PUBLIQUES, FORCE POUR VIOLENTER LES POPULATIONS)! PEUPLES VIVANT D ESPOIR DE JUSTICE APRES LA MORT!🗿

      ALORS, VOUS VOYEZ BIEN CE QU IL YA EN COMMUN A TOUS CES GOUVERNEMENTS QUE VOUS VENEZ DE CITER?

      OUI! BEN, LA CORRUPTION CIMENTE TOUT AU MALI, C EST LA CHOSE QUI LIE LES MALIENS, C EST LA RELIGION DES MALIENS, C EST LA SAINTETEE SUPREME!

      COMPAREZ LE MALI A TOUS LES PAYS MUSULMANS A PLUS DE 50% , ALORS, VOYEZ-VOUS? LE MEME SCENARIO!

      🗿LE RESPONSABLE POLITIQUE OU ADMINISTRATIF NE PEUT PAS ETRE PAUVRE DANS UN PAYS ISLAMISE! PAUVRETEE VEUT DIRE QUE LE DIRIGENT N EST PAS AVEC DIEU, PUISQUE C EST DIEU QUI L A MIS AU POSTE DE RESPONSABILITE DONC L ARGENT QUI EST A CE POSTE LUI EST DISPONIBLE POUR S ELEVER AU NIVEAU D UN ROITELET, UN EMIR,UN PRINCE, UN SEIGNEUR: Y ENTRAINER TOUT SON ENTOURAGE!

      DANS UN PAYS ISLAMISE, EN AFRIQUE OU AILLEURS, LE POUVOIR A DEUX INGREDIENTS A SAVOIR LA RICHESSE ET LA FORCE DESTRUCTRICE, DES DEUX POUR RASSURER QUE LE PAUVRE RESTE DOCILE, PEUREUX, PRIEUR, FENEANT, NOURRI D ESPOIRS : L’ ESPOIR SANS FIN DANS SA VIE ET L ESPOIR QU APRES LA MORT DIEU FERA JUSTICE QU IL N A PAS EU VIVANT!

  3. Eh pourtant les trois vieux chefs d’état de la CEDEAO,ils soutient toujours de regime corrompu au lieu de peuple et non, Les maliens qui doivent maifier ce organisation .

    • La CEDAO n’a rien a voir dans cette histoire c’est le peuple qui met le bulletin de vote dans l’urne et s’il y a vole de votes alors le peuple doit se lever comme il a fait au Mali et finallement la CEDAO ne vas que respecter la decision du peuple. Les peuples doivent lutter contre la corruption et refuser d’accepter le detrournement du denier public.

  4. Tres vrai, et quand la corruption rentre dans une societe elle est une gangrene qui tue tous les organes du corps: defence, economie, societe, c’est ce que vous voyons aujourd’hui au Mali ou ATT nous a dit “be bi ba bolo”, ou “je ne vais pas faire honte aux chefs de Famille” alors ATT va garder dans ses tirroirs tous les raports du Verificateur General et Boua le ventru IBK en sera de meme. Les fonctionnaires milliardaires sont apparus sous AOK avec Boua le ventru IBK comme Premier Ministre, le reste a vous de choisir et de tirer vos conclusions!

    • Quand nous avons des valeurs morales et de vertu renversees dans notre societe ou les voleurs sont applaudis et les gens correctes sont traitees de cons ou de maudits! Quand les gens disaient a Boua le ventru IBK l’enfant MAUDIT de Sebenikoro et a son regime de ne pas voler le denier public nous avons entendu la replique de l’idiot Mahamadou Camara leur dire qu’ils sont des Ba-Gnangow. Voici le Mali d’aujourd’hui alors que l’on nous dit tous les jours que nous sommes a 95% Musulmans et le vol est totallement interdit par la religion Musulmane. Que sommes-nous au fond?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here