Crise de leadership au sein du Pdes : Séméga s’oppose à l’exclusion de Bittar et de cinq autres

0

La Commission de discipline du PDES, dirigée par le 12ème vice-président du parti, Cheick Oumar Sow, et comprenant, entre autres, l’honorable député Hamadaou Sylla , vient de proposer au président du PDES, Hamed Diané Séméga, " l’exclusion totale " du parti de Jeamille Bittar et de 5 autres membres de la Comité Directeur National (CDN) et la suspension de 4 autres membres pour une durée de six mois. 

Parmi les personnalités convoquées au siège du PDES, à l’ACI 2000 le mercredi 26 octobre 2011, pour avoir participé au lancement de l’UMAM, le 22 octobre 2011, il y avait le 1er Vice-président du parti, Jeamille Bittar, le président des jeunes, Amadou Koïta, Hamane Touré, Secrétaire chargé de l’Education, Cheick Oumar Coulibaly, Commissaire aux comptes, Seydou Sidibé, Secrétaire aux transports et à la mobilisation urbaine, Bourama Mounkoro, Secrétaire à l’Emploi et à la Formation professionnelle, Samba Lamine Sow, Secrétaire à l’aménagement et Alhéry Kéïta, Secrétaire en charge du protocole.

A part Jeamille Bittar, pour des raisons que l’intéressé avait évoquées dans une correspondance adressée à N’Diaye Ba, le 26 octobre dernier, les personnes susmentionnées avaient répondu à l’appel de la Commission de discipline. Etaient également présents à cette rencontre les députés Hamadaou Sylla, Secrétaire à la stratégie et à la prospective et Mme Haïdara Aïchata Cissé, 19ème Vice-présidente, Mahamane Assoumane Touré, Secrétaire aux investissements et au secteur privé.

Dans un document intitulé "Procès verbal", même s’il ressemble plutôt à un rapport provisoire car non encore signé – certainement en entendant que le président du PDES, Hamed Diané Séméga ne l’avalise -, il est écrit qu’après «l’introduction du président de la Commission, les intéressés ont, au préalable, demandé au président la légitimité de la Commission. Ils ont déploré la manière par laquelle ils ont été convoqués (voie d’huissier) le traitement inégal des membres du PDES, dénoncé un règlement de comptes de certains responsables envers eux».

Le président a expliqué que la création de la présente Commission est statutaire et légitime et a fait preuve de beaucoup de retenue par rapport aux provocations. Cela n’a pas été accepté par les mis en cause et de ce fait, ils n’ont pas voulu débattre de la question tout en exigeant la présentation du mandat de la Commission…Le président a libéré les mis en cause tout en leur faisant comprendre que la Commission n’est pas tombée d’accord sur un point. La  Commission est restée pour faire un projet de propositions de sanction au président du parti ". Dans ces conclusions, la Commission a proposé à "l’exclusion totale"  Jeamille Bittar et tous les autres membres du CDN présents à l’audition de la Commission de discipline le 26 octobre 2011 ; quatre autres membres du parti sont proposés à six mois de suspension du PDES.

 

Il reste à savoir maintenant quel sort sera réservé à ces propositions de la Commission de discipline. Selon certaines sources, à la réception dudit rapport, le président du PDES, Hamed Diané Séméga, l’aurait tout simplement déchiré et mis à la poubelle. Quant à Jeamille Bittar, rappelons qu’il a avait, dans une correspondance en date du 26 octobre et adressé à l’intéressé, dénié au 2ème vice-président du parti, N’Diaye Ba, le pouvoir de le convoquer devant une quelconque commission. Il avait, toujours dans la même missive, soutenu également que "le Secrétaire général du parti (Maharafa Traoré, par ailleurs ministre de la Justice, ndlr) n’avait aucun pouvoir d’initier une lettre circulaire qui relève du chantage et de l’intimidation cherchant à priver les citoyens maliens de leur liberté d’expression".

Le 1er Vice-président du PDES et parrain de l’Umam avait aussi demandé à ses camarades du parti de relire les textes de l’organisation, car, selon lui, ils ne sont  point devant une situation de candidature quelconque, le PDES n’ayant ni choisi ni investi un candidat et officiellement aucun dépôt n’a été fait à ce jour". Compte de tenu de l’épreuve de forces actuelle au sein du PDES, il est presque exclu que le président du parti aille dans le même sens que les membres de la Commission de discipline.

Mamadou FOFANA

Commentaires via Facebook :