Difficile résolution de la crise sociopolitique au Mali : Après tant de manifestants tués, IBK peut-il encore se maintenir au pouvoir ?

7

Tous les grands analystes politiques sont unanimes à reconnaître qu’un régime qui se rend coupable de massacre de sa population a toujours mal fini. Au Mali, malheureusement, c’est le cas aujourd’hui, alors qu’on pensait qu’après la révolution de 1991, personne ne pouvait imaginer que l’on allait connaitre ce que le pays a connu les 10, 11 et 21 juillet 2020, où les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles et sans sommation sur des manifestants mains nues et souvent dans un lieu de culte, faisant beaucoup de morts et de blessés. Le bilan macabre qui s’élève à plus d’une dizaine de morts et plus d’une centaine de blessés,  fait froid dans le dos. Le M5 RFP, après ce qu’on pourrait qualifier de tuerie dans son camp, est-il dans les bonnes prédispositions morales à dialoguer avec IBK ? Le régime résistera-t-il à cette violente  tempête? Fera-t-il exception à cette règle, selon laquelle  après le massacre des populations civiles non armées, aucun régime ne survivra à cet orage ?Les jours du régime ne sont-ils pas comptés ?

Après des rixes mortelles entre manifestants mains nues  et forces de l’ordre lourdement armées, il serait difficile que les deux camps en conflit, à savoir le M5 RFP et le régime IBK, puissent se rencontrer et surtout accorder leurs violons.En conférence de presse le mardi 14 juillet 2020, les leaders du M5 RFP ont laissé entendre que le mémorandum, qu’ils avaient élaboré après avoir concédé à leur autorité morale qui est l’imam Dicko, le point relatif à la démission d’IBK, est désormais  caduque et qu’il n y a qu’une seule et unique revendication maintenant, la démission pure et simple du Président de la République. Ils l’ont dit et répété à satiété avec force conviction qu’IBK ne pourrait plus gouverner le Mali, car en plus du fait qu’il y ait les mains tachetées de sang, ils sont persuadés qu’IBK  ne jouit plus de légitimité pour se maintenir encore au pouvoir.

Qui a pu induire le Président de la République dans cette fatale erreur ? Qui a tiré et qui a donné l’ordre de tirer. Quand un régime se réduit à des tels questionnements ce qu’il est aux abois. Le scénario qui se passe  actuellement au Mali rappelle fort opportunément celui de 1991 sous Moussa Traoré, où après le vendredi noir un certain 22 mars 1991, certains caciques de l’UDPM ont abandonné le navire ivre, en l’occurrence Djibril Diallo secrétaire politique de l’UDPM et d’autres. 29 ans après ce souvenir macabre de 1991, l’histoire vient de se répéter avec  un autrecarnage. Et l’ironie de l’histoire c’est également un autre vendredi, en l’occurrence le  10 juillet qu’il y a eu ce carnage. Comme en 91,  certains caciques de la Majorité ont, soit rejoint le Mouvement  du 5 juin,  ou ont  prisleur distance pour ne pas être complice. La seule lueur d’espoir qu’IBK a est le soutien de la Communauté internationale, qui, en mesurant les conséquences d’une interruption du processus démocratique, craint un embrasement général. Donc elle plaidera auprès des manifestants d’accepter qu’il achève son mandat. Le M5 RFP, aujourd’hui en situation de force, acceptera l’offre de la Communauté internationale, si et seulement si IBK aussi sera  prêt à accepter de se contenter du titre honorifique de Président, proposé par le M5 RFP, mais également  et en se débarrassant de tous les éléments qui sont  sources de discorde. Cette petite ouverture est une véritable aubaine pour IBK afin de sauver son seul fauteuil. S’il  refuse ce compromis, il finira par subir le même sort que son grand républicain, le Général Moussa Traoré, car aucune armée ne pourra supporter éternellement un homme et son clan, surtout quand ils tuent des populations civiles. Il n y a plus trente mille solutions pour IBK, qu’il  négocie son maintien au pouvoir avec le M5 RFP pour préserver son honneur.  Pour ce faire la seule dissolution de la Cour Constitutionnelle ne règlera pas la crise, qu’il accède aux autres revendications pour la paix et la stabilité au Mali.

En somme, le Mali traverse l’une des épreuves les plus difficiles de son histoire. A la gravissime crise sécuritaire vient de se greffer la crise politique, le menaçant désormais dans ses fondements. Faut-il le sauver ou le laisser s’effondrer ? Seul IBK et son régime pourraient répondre à cette question.

Youssouf Sissoko.

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Boua le ventru a un mepris inegalie contre le peuple Malien qu’il n’ a jamais connu en verite. Celui qui vole du budget de la defense Nationale a commis un crime de haute trahison, celui qui tue son propre peuple a commis un crime de haute trahison, Boua a commis deux grand cimes de haute trahison et contre l’Humanite, il doit aller a la Hayes pour rencontrer Fatou.

  2. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

    “Après tant de manifestants tués, IBK peut-il encore se maintenir au pouvoir ?” . NON..!!!

    TRES CHERS MALIENS,

    ET LE RÉGIME IBK ET LE M5 SONT FOUTUS….!

    AUCUNE DE CES DEUX ENTITÉS EXOGENES N’ A D’ AVENIR AU MALI Á COURT ET MOYEN TERMES.

    C’ EST FINI….!!

    FINI AVEC LE CONFUSIONNISME ARABE ET/OU FRAMCAIS…!

    FINI LE CONFUSIOONISME COLONNE VERTÉBRALE DE L’ INGÉNIERIE SOCIALE ET SPIRITUELLE ARABE-FRANCAISE-ABRAHAMIQUE…!

    PLACE Á LA SIMPLICITÉ DANS L’ ACTION SOCIALE FONDÉE SUR L’ AXIOME EMPIRIQUE SUIVANT:

    – “Gàbugu ká kɔ̀rɔ mísiri yé ” (LA CUISINE EST PLUS ANCIENNE QUE LA MOSQUÉE) ….!

    OUI, CELA FAIT PEUR AU MALIEN COMMUN: SANS IBK ET SANS M5….!!

    C’ EST POURTANT SIMPLE, LE POUVOIR, LA LÉGITIMITÉ APPARTIENNENT AU PEUPLE COMME NOUS LE DISONS TOUS. MAIS, DANS LA PRATIQUE , BEAUCOUP DE NOUS IGNORENT Á QUOI RESSEMBLE OU VOIRE S’ IDENTIFIENT LE POUVOIR ET LA LÉGITIMITÉ DU PEUPLE.

    COMME GUIDE:
    https://youtu.be/wF-otRbvvUc

    EN MOINS DE 20 MINUTES TOUT EST DIT…..CHAQUE PHRASE PESE….TOUT VIENT DE CHEZ NOUS…RIEN DE CONFUS…LE PEUPLE EST RESPONSABILISÉ ET NON INFANTILISÉ PAR UNE “CONSTITUTION-SIMULACRE” QUALITÉ LAIT EN POUDRE DESTINÉ Á L’ ALIMENTATION ANIMALE EN EUROPE.

    CHERS MALIENS, SORTEZ DU PIEGE IBK-DICKO-CEDEAO…..!

    SUIVEZ LA VOIX-VOIE DE L’ AUTHENTICITÉ AFRICAINE….!!!

  3. Ceux qui faisaient partis des manifestations et qui ont tentés de renverser notre stabilité politiques sont des criminels ; je ne parle pas de tous les manifestants mais ceux qui ont pilles , volé et brulés nos institutions eux sont la honte du mali et faut les punir severement

  4. Ce qui est écœurant, c’est de constater que la CEDEAO et le CAMP Présidentiel se fichent totalement des manifestants qui sont morts sous les balles de Forces de l’Ordre ” inconnus “.

    On sait pas qui a tiré.

    On sait pas qui a donné l’Ordre de tirer sur des Gens désarmés et réfugiés dans et devant une mosquée.

    On parle de la mort de manifestants aux Délégués de la CEDEAO et au Camp Présidentiel…, et, eux ils répondent…, “… le maintient de IBK, ils parlent d’élection partielle ou de dissolution du Conseil Constitutionnel… ”

    Normal, c’est pas leurs enfants qui sont morts… ???

    Des Gens sont morts… !

    C’est pas humain !

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here