Election partielle à Ansongo : Le ministre fait le point avec des réformes majeures

0

En charge de l’organisation matérielle et technique des élections dans notre pays, le département de l’Administration du Territoire à travers le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga est en passe de faire face à la tenue d’une élection législative partielle dans la circonscription d’Ansongo, dans la région de Gao. C’était l’objet d’une rencontre avec le collège électoral au département. Le Ministre Maïga envisage d’autres mesures permettant à notre pays d’éviter la tenue périodique de l’élection partielle avec les députés suppléants, en cas de vacance de poste.

Une fois de plus le Mali doit faire face à l’organisation d’une élection législative partielle dans la circonscription d’Ansongo, dans la région de Gao et le ministre de l’Administration Territoriale, accompagné de ses proches collaborateurs, a tenu à faire le point du scrutin. L’entrevue en question a été tenue avec le collège électoral, représentant la classe politique y compris l’opposition. Le dépôt des candidatures a été clôturé le 25 de ce mois de novembre. La CENI, la DGE et la Cour Constitutionnelle joueront leur rôle respectif dans le processus. Le premier tour est prévu pour le 10 janvier 2016 et le 31 du même mois se tiendrait le second tour. La proclamation des résultats finaux pourrait intervenir en début de février 2016. Il incombe alors à la classe politique de se mobiliser pour le relèvement du taux de participation  Les conditions matérielle, technique, financière et sécuritaire, seront réunies, assure M. Abdoulaye Maïga, ministre de l’Administration Territoriale. Il y a lieu de rappeler que cette élection partielle occasionnera d’énormes dépenses, estimées à des centaines de millions à l’Etat malien dont il convient de solutionner au regard de l’évolution de la situation. Dans la même dynamique le chef du département de l’Administration du Territoire entend apporter une réforme majeure dans la tenue périodique de l’élection législative partielle à prendre en compte courant 2018. Il s’agit de la prise en  compte des suppléants députés en cas de vacance de poste afin d’éviter l’organisation des élections législatives partielles qui ne profite point au pays. En si peu de temps, notren pays vient d’organiser des élections législatives partielles dans pas mal de circonscription notamment à Yorosso, en commune V du district de Bamako et maintenant à Ansongo dans la région de Gao suite au décès de l’honorable Bonzi. Ce point de vue assez important pour le ministre doit faire l’objet d’une forte réflexion de la classe politique. La
mission est confiée à la commission de relecture du code électoral et de la charte des partis politiques.

Traoré Mah Bellem

PARTAGER