Gouvernance- MAEP : Un Mali émergent à l’horizon 2025

0

Après la campagne d’information et de sensibilisation autour du thème ‘’renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local’’, la commission nationale de gouvernance du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP), a procédé, à la clôture de ses activités le 8 janvier dernier au CICB. La communication était assurée par M. Daouda Koné, expert à la commission nationale de gouvernance du MAEP/Mali. Selon le rapport d’évaluation sur notre pays : «Le rêve d’un Mali émergent à l’horizon 2025 est envisageable. Mais à quelles conditions ?

D’entrée de jeu, rappelons que la cérémonie de clôture de l’atelier, était marquée par la présentation du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) de même que le rapport d’évaluation de la République du Mali en 2009.Un atelier qui s’inscrit, en effet, dans le cadre d’un grand programme du ‘’renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local’’. Il a regroupé les représentants des six communes du district de Bamako et les organisations de la société civile.

Le rapport d’évaluation du Mali (conclusions et perspectives) a mis en exergue les enjeux et les défis, les forces et les faiblesses de la gouvernance au Mali. La perspective est par conséquent d’agir sur les contraintes relevées, d’anticiper sur les risques identifiés en vue de transformer les capacités et atouts majeurs du pays en foyers de richesse, de croissance et de développement durable. Il ne fait aucun doute qu’avec de la détermination, un effort concerté de reformes et une volonté politique, le rêve d’un Mali émergent à l’horizon 2025 pourrait être réalisé.

M. Daouda Koné, le principal exposant a saisi cette occasion pour mettre en relief les missions et les objectifs du MAEP. Selon lui, « le MAEP est un instrument conçu par les Africains pour justement leur permettre de savoir comment faire face aux défis qui se posent à eux. C’est-à-dire, avoir suffisamment de ressources pour pouvoir identifier ses défis, de renforcer leur performance et aussi en fonction des moyens qui leur sont disponibles », a-t-il affirmé.

C’est la raison pour laquelle M. Koné ajoutera que : «Le Mali étant un pays vaste de par sa superficie et sur le plan administratif, la commission nationale a estimé que pour obtenir une pérennisation, il faut surtout une meilleure implication des populations à la base dans ce processus. »« Il fallait sensibiliser à la base.

Il a renchéri par la suite que depuis 2015, certains formateurs ont été formés pour chaque région. C’est dire que  dans chaque cercle du Mali, il y a eu des activités de sensibilisation que nous clôturons aujourd’hui à Bamako. C’est que nous sensibilisons à la base les acteurs qui sont les citoyens eux-mêmes. Parce que rien n’est fait s’il n’y a pas une implication des citoyens», a indiqué M. Koné.

 

Il faut noter que le Mali est engagé dans le MAEP depuis 2008 et a lancé son processus en 2009 qui a été couronné par son évaluation par les chefs d’’Etats et de gouvernements.

Pendant toute cette période, le travail a été fait au niveau national et une commission nationale  a été installée et qui avait ses démembrements dans chaque région.

Mountaga DIAKITE

PARTAGER