La course pour Koulouba : Et le président de la République est …

11
Le Palais de Koulouba
Le Palais de Koulouba

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, les Maliens sont désormais dans l’attente des suffrages exprimés dans les urnes. Si, jusqu’à l’heure, aucune tendance n’est véritablement dégagée, beaucoup se mettent à imaginer les résultats. Allons-nous assister à un second tour classique IBK/Soumi ? Y aura-t-il une surprise, et si oui laquelle ? Autant de questions qui tiennent en haleine tout un peuple.

Le silence était de légion lors de la fermeture des bureaux de vote où les dépouillements étaient effectués. Un silence qui contraste avec le brou haha de la campagne présidentielle, qui fut festive et bon enfant. Maintenant que les Maliens sont dans l’attente ou même dans l’expectative, malin qui peut prédire l’issue de cette présidentielle.

D’ores et déjà, une victoire dès le premier du président sortant est à exclure. En 2013, à la présidentielle, alors qu’il était au sommet de sa popularité, il ne put accomplir cette prouesse. Et ce n’est pas aujourd’hui, son charisme à l’épreuve du pouvoir et face à un bilan plus que mitigée, qu’il pourra soulever le takokelen ; même si, en toute logique, le président sortant devra être le premier de ce premier tour, suivi de très près par son challenger Soumaila Cissé. Et d’ailleurs, ce dernier pourrait, aussi, être en tête de ce premier tour. Car à l’inverse d’IBK, Soumi a beaucoup plus de soutiens qu’en 2013. Les deux se partageront donc, selon toute vraisemblance, les deux premières places.

A qui pourrait donc revenir la troisième marche du podium ? Avec le ralliement de Moussa Mara, et aussi grâce à son charisme naturel, Cheick Modibo Diarra semblait assez populaire. Il l’était d’autant qu’il faisait de l’ombre, dans certaines localités, à des poids lourds de ce scrutin. Cependant, son aura semblait avoir perdu de sa superbe, faute certainement à sa campagne présidentielle discontinue due, selon des indiscrétions, à des problèmes financiers. Néanmoins, celui qui semble avoir conquis cette troisième place honorable et honorifique est Modibo Sidibé. Selon un récent sondage effectué dans la dernière ligne droite de la campagne, par des organes de presse en ligne et des radios de proximité, l’ancien Premier ministre a fait un bond considérable, allant même jusqu’à titiller Soumi (21,78%) et IBK (23,67%). Ce sondage sur un échantillon de 10280 électeurs  le crédite de plus de 20% des voix. Et si l’on prend en compte le contexte assez volatile des dernières heures de la présidentielle mais aussi, le sérieux du projet de société de Modibo Sidibé ajouté à son image d’homme d’Etat, ce sondage pourrait être une réalité dans les heures qui viennent. Certains pensent même que la surprise pourrait venir de lui, et qu’il pourrait ravir cette deuxième place qualificative pour un second tour où tout sera désormais possible.

Dans tous les cas, les écarts se sont considérablement resserrés avant le vote. Et le suspense est à son comble. D’autres candidats qui pourraient obtenir un score honorable tels qu’Aliou Boubacar Diallo, Mamadou Diarra ou Cheick Modibo Diarra auront leur mot à dire lors de ce second tour qui semble inévitable. A coups surs, ils pèseront dans la balance et joueront le rôle d’arbitre. Jusqu’à l’heure, la question que se posaient tous les Maliens en refrain, souvent avec un brin de plaisanterie, demeure toujours : Boua ba bla ou Boua ta bla ?

Ahmed M. Thiam

[email protected]

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Vous semblez connaître les missions du Président de la République han ? la proprété aussi de la ville de bamako lui incombe. je ne le savais pas. Attendons les résultats. beaucoup risque d’être surpris INCHALLAH

  2. En 2013, le MALI réussissait un 1er “exploit” en élisant à 77,6% (!!!…) un vieux bon à rien magouilleurs.. ………ALORS QUE TOUT LE MONDE LE CONNAISSAIT POURTANT!

    LA suite, on la connait helas:
    – Famille et proches aux postes clé du pays,

    – vols magouilles et détournements divers à répétitions,

    – sanctions internationales, la Une des médias internationaux avec son frère mafieux,

    – 5 ans de “tourisme présidentiel” en Boeing au lieu de gouverner,

    – Tous les corps sociaux (sans exception!) en grève,

    – L’armee à l’abandon au point que le monde entier est contraint d’envoyer des renforts militaires,

    – Un dormeur molasson et incompétent à la Sécurité alors que le pays est infesté de DJIHADISTES armés,

    – Des conflits inter-ethniques sanglants,

    – Une “capitale” insalubre qui croule sous propres ordures,

    – Des populations entières sans eau courante ni électricité, etc etc etc etc…

    Si d’aventure ce même MALI réussissait LA PROUESSE HISTORIQUE d’élire une deuxième fois (!…) LE MÊME tocard irresponsable, nous deviendrons dès lors UNE RISÉE PLANÉTAIRE!!!🤔🤔🤔

    • “Un dormeur molasson et incompétent à la Sécurité alors que le pays est infesté de DJIHADISTES armés”

      qui les a armés et encouragés?

      réponse tes toubaboudens franSSais avec leur destruction de la lybie et leur soutien aux mmmlllnlnllamm qui ont pactisé avec les djihadistes…

      Mais bon, tu n’as même pas une demi couille pour reconnaîtrre!

      • Peu importe qui les a armés et encouragés, ils sont chez nous et nous devrions nous defendre. C’est ce que font les autres.

    • Le Mali aura son salut en renvoyant IBK. Mais il ne s’agira pas de le battre a l’election presidentielle, mais aussi engager des poursuites contre lui et ses proches afin qu’ils remboursent l’argent detourne au prejudice du peuple malien. IBK est un mal, il doit partir, mais surtout son systeme de gouvernance ou le vol a ete institutionalise comme mode de gestion. La chute de ce despote permettra au Mali de retrouver son unité .

    • Nfp,
      Vous avez, comme beaucoup de nos compatriotes, oublié la Disparition du journaliste Touré. Une disparition forcée et étouffée avec la complicité ce régime de cleptocrate criminel.
      Le flot incessant des événements semblent avoir couvert ce drame terrible.Tout le monde a oublié à l’exception des parents, des proches et amis de ce Monsieur Touré.
      Le nouveau gouvernement devra tout mettre en oeuvre pour rechercher, identifier, juger et punir les coupables.
      Si rien n’est fait dans ce sens, le Mali aura sur son front le stigmate de cette souillure.
      A ce jour, je peine à croire qu’un journaliste ait pu disparaître au Mali, un pays sensé libre et démocratique.

      Les Maliens, conscients du caractère nuisible de ce régime, ne voterons pas pour sa réélection.
      Mais il est sûr que tout sera mis en oeuvre par tous les moyens frauduleux pour réconduire le président sortant. Une tradition ancestrale sous nos cieux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here