L’avenir politique au Mali : Ni recommencement, ni renoncement

96
Mali: une seconde revendication de l’attaque de l'hôtel Radisson
L'hôtel Radisson à Bamako REUTERS/Joe Penney

Plus attentifs, plus réactifs, plus vigilants. Voilà ce que nous imposent d’être les événements du 20 novembre

« Il n’est nul besoin d’aimer le monde qui vient pour le voir venir ». Cette vérité proposée par l’écrivain Chateaubriand n’est guère discutable. Par contre, elle s’assimile difficilement. Le plus souvent, son acceptation se fait par paliers successifs, partant du rejet instinctif pour s’achever sur l’indispensable adaptation. L’aptitude au changement des individus, comme des communautés, s’exprime donc de manière laborieuse quand il s’agit de faire face à une situation exceptionnelle. Mais il n’y a rien d’étonnant en cela. En effet, nul ne se résout à procéder de gaieté de coeur à de profonds bouleversements dans son mode de vie, dans ses convictions et dans sa vision sur le monde. Nul ne se résigne sans déchirement à restreindre son espace de liberté personnelle et à élargir la part que prendra l’application du principe de précaution dans son comportement de tous les jours.
C’est en raison de ces résistances logiques que la réaction du monde à la montée du terrorisme n’a jamais revêtu un caractère universel, que la vigilance ne s’est manifestée que par éclipses et que la solidarité face aux ravages du fléau est restée trop souvent localisée. Cela en dépit des multiples mises en garde répétées dans les enceintes internationales. Faudrait-il rappeler à ceux qui se laissent aujourd’hui emporter par la vague de l’émotion planétaire que les attentats du 11 septembre 2001 avaient déclenché une onde de choc internationale quasi similaire à celle provoquée par les récents événements de Paris ; qu’ils avaient mis en route dans le monde occidental une alerte générale et inspiré des décisions relevant parfois de la pure paranoïa ; qu’ils avaient fait de l’insécurité la sensation la plus partagée sur notre globe ; qu’ils avaient donné naissance à la fameuse phrase « Nous sommes tous des Américains », donnée comme titre à son éditorial par le patron du journal « Le Monde », Jean-Marie Colombani et, depuis, adaptée à chaque mouvement de solidarité d’ampleur exceptionnelle ?
Faut-il aussi rappeler que certaines des solutions actuellement préconisées avaient été expérimentées par le passé ? La guerre lancée en Afghanistan par la coalition mondiale était supposée écraser Al Qaïda dans son fief identifié et libérer le monde de la hantise des attaques kamikazes. Mais la tactique du « morte la bête, mort le venin » n’a jamais pu être réalisée, malgré l’ampleur des moyens utilisés. Le terrorisme a continué à prospérer sur le terreau des erreurs commises en Afghanistan, puis en Irak. Il s’est insinué par les nombreuses failles laissées dans le dispositif mis en place pour le contenir. Et il se sent maintenant suffisamment organisé pour rééditer des opérations du type et du retentissement de celles perpétrées il y a vingt-quatre ans.

PAS DE SOUMISSION À LA FATALITÉ. L’Etat islamique a-t-il commis une erreur stratégique en allant aussi loin qu’il l’a fait en frappant la France et la Russie ? A-t-il sous-estimé la vigueur des représailles militaires qui pourraient notamment le priver des ressources tirées de la vente de « son » pétrole ? Ces interrogations ont leur sens, mais les réponses qui y seront données dans le proche avenir ne prendront pas en compte toutes les dimensions du péril. L’histoire récente démontre, en effet, l’impact limité des frappes aériennes et mêmes des interventions au sol. Par opposition, elle met en relief le rôle d’armes fatales que jouent les agresseurs infiltrés et surtout l’attractivité qu’ont su développer les recruteurs auprès de certaines couches sociales des pays par eux visés. Si on prend en compte ces caractéristiques partagées, ce qui se passe au Mali n’est pas fondamentalement différent de ce qui s’est déroulé en France, ni de ce qui tourmente le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad.
Dans la réponse à donner aux entreprises extrémistes, il y aura toujours un volet « affrontement armé et traque militaire » qu’il faudra accepter par nécessité de sécurité autant que par impératif politique. Mais tout comme 24 ans auparavant, le principal défi restera celui de la prévention et du renseignement. Et tout comme 24 ans auparavant, ce défi reste le plus complexe à relever. L’intensification des attentats suicides au Cameroun, au Niger, au Nigéria et au Tchad indique bien que l’ennemi renoue immédiatement avec les formes les plus meurtrières de la guerre asymétrique dès lors qu’il perd les positions territoriales qu’il pensait définitivement acquises.
Le montage rudimentaire des opérations suicides basées sur le sacrifice d’un nombre réduit de kamikazes rend celles-ci extrêmement difficiles à prévoir et quasi impossibles à empêcher, une fois le mécanisme infernal enclenché. Il faut donc à nos compatriotes s’accoutumer à l’idée que la tragédie de vendredi dernier peut se répéter.
Mais l’acceptation de réalités nouvelles n’est pas synonyme de soumission à la fatalité. C’est pourquoi, il est indispensable de faire le bilan de nos acquis et de nos interrogations dans un combat qui est passé à une phase supérieure. Sur les réseaux sociaux, nos compatriotes dans leur large majorité avaient exprimé un agacement perceptible à l’égard de certains commentaires de la presse internationale qui laissaient penser que notre pays n’avait rien entrepris, ni rien appris depuis les attentats de La Terrasse et de Sévaré. La première attaque citée représentait notre baptême du feu en matière d’attentat. Nos lacunes étaient donc ressorties de manière assez nette aussi bien dans la faiblesse de la protection des lieux (très prisés par les expatriés de Bamako) que dans la reconstitution exacte des événements. Ce qui n’avait pas empêché les services maliens de repérer assez vite l’un des exécutants, Mohamed Mounirou Cissé, sans toutefois réussir à le prendre vivant et d’appréhender trois complices du tireur.
Sévaré reste pour nous un cas dominé par une certaine confusion. Le scénario, autant qu’il est possible de le reconstituer, ressemble à celui d’une tentative de prise d’otages maladroitement menée par un commando inexpérimenté et qui aurait mal tourné. Les agresseurs se sont retrouvés piégés à l’intérieur de l’hôtel sans même pouvoir retenir en boucliers humains la poignée d’occupants qui s’y trouvaient. Dans le tourbillon des péripéties, on peut relever une tentative de neutralisation des terroristes avec l’implication des FAMAs avant l’arrivée du Peloton d’intervention de la gendarmerie nationale (PIGN), une réticence à la collaboration de la part de la MINUSMA et une prise de distance (logique) des éléments de Barkhane.

RAPIDEMENT ET RAISONNABLEMENT. Par rapport aux deux épisodes précédemment évoqués, les opérations lancées par le PIGN vendredi passé se caractérisent par une plus grande réactivité face à l’événement et une maîtrise des choix faits aussi bien dans l’évacuation des clients de l’hôtel que dans l’organisation de l’assaut final. Les témoignages des rescapés de la prise d’otages sont d’ailleurs unanimes sur le professionnalisme des forces de sécurité et l’image très forte du gendarme portant à califourchon un otage pour le sortir de l’hôtel illustre à elle seule la distance franchie par les services maliens de sécurité depuis mars dernier en termes d’organisation et d’état d’esprit.
Deuxième progrès indiscutable accompli, celui constaté dans la gestion de la communication. Nos lecteurs s’en souviennent sans doute. Aucune reconstitution cohérente n’avait été livrée à nos compatriotes sur les événements de Sévaré. La synthèse sommaire proposée à la fin des événements avait laissé prospérer les versions contradictoires concernant le moment d’arrivée des terroristes, le plan initial de ceux-ci (certains leur prêtaient le projet absurde d’attaquer la base de Sévaré avant de se déporter vers l’hôtel) et sur les raisons de l’assaut tenté contre l’hôtel avant l’arrivée du peloton d’intervention. Vendredi dernier, les autorités ont fait le choix de la de clarté à donner aux événements. Il est vrai que dans les affaires de terrorisme, savoir donner à temps une information forcément limitée, mais crédible relève d’un art difficile. Cependant, mieux vaut s’y essayer que d’avoir à assumer tous les dégâts causés par un black out maladroit qui ouvrirait le champ à la rumeur et aux interprétations fantaisistes.
Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a su trouver à la fois le bon tempo et la juste tonalité pour restituer les principales étapes de l’opération. Le bénéfice premier tiré de cette attitude est tout à fait évident. L’opinion nationale a été rapidement et raisonnablement édifiée sur l’extrême délicatesse de la situation, la détermination des agresseurs, l’importance des premiers résultats (les évacuations des occupants) et la complexité de l’assaut final. Cette mise en lumière des faits est certainement pour beaucoup dans le jugement globalement élogieux que nos compatriotes ont porté sur les forces spéciales maliennes.
Autre élément positif à relever concernant l’intervention au Radisson Blu, l’innovation enregistrée dans le traitement d’une prise d’otages. A notre connaissance, c’est sans doute la première fois que des éléments de forces spéciales venant de trois pays différents et d’une mission onusienne unissaient leur expertise dans la neutralisation de terroristes. La collaboration s’est, en outre, faite en parfaite intelligence. Il faut espérer que l’image très positive qui en est sortie incitera nos partenaires à apporter aux forces de sécurité maliennes des appuis supplémentaires en formation et en équipement. Car la menace est partie pour s’intensifier et se complexifier.
Ce bref relevé des acquis fait, il reste à aborder deux questions incontournables. La première alimentera inévitablement les débats dans les semaines à venir : la prise d’otages était-elle évitable ? A notre avis, elle l’aurait été très difficilement face à un ennemi déterminé et qui envoie ses exécutants à la mort. La nécessité de renforcer le renseignement revient en litanie, et à juste titre, depuis vendredi dernier. Mais ce renseignement ne constitue pas en lui-même la panacée pour prévenir de manière absolument efficace les attaques terroristes.

LA MIGRATION DES ESPRITS. L’illustration en est donnée par la situation qui prévalait jusqu’à hier à Bruxelles. Les autorités belges avaient reçu des informations précises sur les projets des extrémistes. Mais se trouvant dans l’impossibilité de neutraliser les éventuels kamikazes, elles ont été contraintes à la précaution extrême et à la prise d’une mesure inédite depuis la deuxième Guerre mondiale. Elles ont été obligées de maintenir le niveau maximal d’alerte (celui qui est instauré en cas de menace sérieuse et imminente) pendant trois jours et de paralyser pratiquement toute activité dans la ville. L’exemple belge démontre donc toute la difficulté à déjouer une opération extrémiste, même lorsque le renseignement vous a mis en alerte.
La deuxième question concerne l’avenir du processus mis en route par l’Accord pour la paix et la réconciliation. Ce processus ne devrait pas connaître des difficultés supplémentaires de mise en œuvre, puisque les groupes terroristes ne figurent pas parmi les parties signataires et sont désignés par le document comme des ennemis à combattre et à neutraliser. Le constat a été fait, ces dernières semaines, d’une notable réduction des tensions dans le Nord du pays et d’un vrai rapprochement entre la Plateforme et la Coordination. Aujourd’hui, le point le plus important à établir est de savoir ce que les différents mouvements politico-militaires apporteront à la lutte anti-terroriste. Eux qui disposent d’une irremplaçable connaissance du terrain sur lequel se meuvent les éléments d’AQMI, des Mourabitounes et d’Ansar Dine. Eux qui connaissent aussi l’entrelacement des intérêts entre les groupes terroristes et les filières du crime organisé. Eux qui ont vu à un moment ou à un autre passer dans leurs rangs des hommes qui se trouvent aujourd’hui de l’autre côté de la barrière.
Ainsi que le soulignaient les présidents Sall et Keïta, le monde qui vient nous impose de nouvelles postures dans nos vécus nationaux. Il nous oblige à être plus attentifs dans la détection de tout ce qui peut favoriser la migration des esprits vers le radicalisme. Il nous impose de nous montrer plus réactifs face aux indices de comportements extrémistes. Il ne nous laisse d’autre choix que celui de la vigilance au quotidien pour que l’endormissement ne nous amène pas de nouveaux traumatismes. Il nous propose de faire nôtre la devise « ni recommencement, ni renoncement ».
Ni recommencement, parce que si nous ne pouvons pas nous mettre entièrement à l’abri de futures épreuves, nous devons éviter que celles-ci ne découlent de la répétition d’erreurs anciennes. C’est pourquoi, il faut saluer sans réserve les progrès déjà accomplis par les forces d’intervention et persévérer à affiner nos méthodes d’endiguement du terrorisme.
Ni renoncement, car nous ne pouvons donner prise au découragement devant la succession d’obstacles qui se dressent sur le chemin du redressement et qui ébranlent un pays déjà fragile. Nous ressentirons certainement dans le proche avenir le contrecoup de l’opération qui a frappé l’hôtel le mieux sécurisé de Bamako. A l’instar des touristes qui se déroutent de Paris, des partenaires se donneront un temps d’évaluation de la situation avant de reprendre le chemin de Bamako. En ces difficiles circonstances, accepter ce que l’on ne peut pour le moment changer relève du réalisme. Il faut surtout éviter de laisser glisser celui-ci vers la résignation.

G. DRABO

SOURCEessor.ml
PARTAGER

96 COMMENTAIRES

  1. La prise d’otages survenue tôt dans la matinée dans ce grand hôtel huppé de la capitale malienne est ce soir terminée, selon une source militaire malienne. Un assaut a été donné par les forces d’intervention spéciales qui essaient toujours de déloger des assaillants retranchés dans les étages supérieurs de l’hôtel. Le bilan fait état d’au moins 21 morts. Le quartier est toujours bouclé par les nombreuses forces de l’ordre maliennes et étrangères.
    l’attentat commis vendredi dans l’hôtel Radisson à Bamako est un acte terroriste Mais cela n’a pas empêché la France de nous aider.
    IBK tout le mali entier te soutient

  2. Que tu sois du Mali, de la Côte d’Ivoire ou de la France que sais-je encore? Nous sommes tous des citoyens du monde. Nous devons bâtir un monde paix et d’amour pour tous et pour les futures générations.
    Ces actions terroristes d’extrême cruauté sont destinées à nuire à ce dessein commun. C’est à nous de lutter pour l’obtenir.
    Vive le Mali !
    Abat les terroristes

  3. Que tu sois du Mali, de la Côte d’Ivoire ou de la France que sais-je encore? Nous sommes tous des citoyens du monde. Nous devons bâtir un monde paix et d’amour pour tous et pour les futures générations.
    Al-Mourabitoun, un groupe constitué essentiellement de Touaregs et d’Arabes, basé dans le nord du Mali, affilié à al-Qaida et dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, a posté un message sur Twitter en disant qu’il était à l’origine de la prise d’otages. Une revendication qui ne pouvait pas être immédiatement vérifiée.
    C’est à nous de lutter pour l’obtenir.
    Vive le Mali !

  4. Une attaque terroriste contre un pays est une attaque contre l’humanité tout entière.
    le monde entier lutte contre le terrorisme.
    Mes sincère condoléance à la famille des disparus
    mes encouragement aux force de l’armé pour leur patriotisme. nous sommes tous devenus des soldats
    Soyons le bouclier de l’autre

  5. Une attaque terroriste contre un pays est une attaque contre l’humanité tout entière.
    le monde entier lutte contre le terrorisme.
    Mes sincère condoléance à la famille des disparus
    IBK : «La situation est préoccupante mais elle n’est pas désespérée»
    Vive la sécurité malienne -vive IBK

  6. L’attaque qui s’est terminée par l’intervention conjointe des forces maliennes et étrangères, notamment françaises, a été menée une semaine après les attentats qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI). Dans un discours à la Nation diffusé par la télévision publique dans la nuit de vendredi à samedi, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta sollicite l’armé malienne,americaine et française pour ce soutient apporté à la libération de ce hotel.
    VIVE IBK-VIVE LE MALI ET LA PAIX

  7. Le Conseil de sécurité a adopté ce matin à l’unanimité la résolution 2227 (2015) qui proroge le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) jusqu’au 30 juin 2016.
    L’armée malienne doit savoir qu’elle a le soutien de toute sa population dans sa lutte contre ces terroristes .
    Merci à nos soldats pour leur engagement et leur sens de la patrie.
    VIVE LE MALI

  8. Nous ne pouvons pas avoir 100% de sécurité et aussi 100% des respect de la vie privée et zéro inconvénient. Nous avons des choix à faire en tant que société.
    Alors notre choix à nous les malien c’est la paix et l’amour ensuite il y a aussi le respect de l’autorité qui est IBK
    Merci à l’armée malienne de nous avoir sauver lors de cette attaque

  9. La liberté est toujours à défendre mon cher absalon
    Nous constatons tous que ces terroristes veulent appliquer la Charia pour bafouer notre liberté(notre démocratie).
    Soutenons IBK et les forces armées pour continuer toujours à nous défendre et pratiquons la tolérance et la paix
    Les différents articles que nous constatons pollues et salissent l’image de IBK
    Si nous sommes en désaccord entre nous il n’a plus de protection et le terrorisme s’abattra sur nous .
    IBK est la vrai solution

  10. Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.
    Alors chers maliens nous sommes déjà un peuple libre à travers IBK alors si si nous voulons avoir la sécurité totale il faudrait que nous soyons le miroir de l’autre.La sécurité commence d’abord par nous.
    psalmodions l’armé malienne pour son soutien à notre sécurité

  11. “Plus attentifs, plus réactifs, plus vigilants. Voilà ce que nous imposent d’être les événements du 20 novembre”.
    Le titre de cet article en plus d’être évocateur nous enseigne sur l’essentiel et c’est ce sur quoi nous devons nous baser de nos jours pour espérer éradiquer le terrorisme.

  12. Il y a au moins des journalistes qui ont le sens du discernement dans ce pays. Je qualifierai cet article de magnifique car il est éclairé et sa lumière viendra éclairer les plus sceptiques qui pensent que la question du terrorisme ne concerne que le président et son gouvernement.
    Nous sommes tous concerné et nous devons apporter notre contribution dans ce combat.

  13. Vous l’avez dit cher journaliste; les états-unis ont lancé la “WAR OF TERROR” contre l’Irak dans le but de tuer le mal dans l’oeuf mais hélas ils n’ont fait qu’endurcir ce mouvement.
    De ce point de vue donc comment devons nous mener ce combat?
    Aux autorités compétentes de nous rassurer et définir leur plan d’action mais ce que je demande personnellement à mes concitoyens c’est la coopération avec les services de sécurités et la vigilance.

  14. Ta sécurité passe par moi, la mienne passe par toi !
    Voici ce que nous devons nous mettre en tête de nos jours avec cette histoire de terrorisme.
    Nous devons être les gendarmes l’un de l’autre et appeler les autorités compétentes en cas de problèmes. Avec l’implication de tous je crois que nous y arriverons.

  15. Je salue la promptitude avec laquelle nos forces de sécurités ont répondu à cette attaque. Leur intervention spontanée a permis de limiter les dégâts. Je leur réitère donc mes félicitations et mes encouragements à toujours continuer de nous rendre fier d’elles.

  16. Merci à nos forces de sécurités pour leur intervention rapide pendant cet attentat car leur réponse rapide à cet attentat a permis de limiter les dégâts.
    Merci aux forces internationales pour leur soutien.

  17. En de telles situations il faut que l’unité nationale soit notre leitmotiv. Nous devons dépasser les problèmes de personnes et nous mettre à la disposition de nos autorités. Nous devons dépasser les problèmes de personnes et nous battre pour l’intérêt du pays.

  18. Les dirigeants de certaines puissances mondiales bien que sachant les sources d’enrichissements des terroristes n’ont pas daigné faire quelque chose pour tuer ce mal dans l’œuf et voilà ce qui nous arrive aujourd’hui. Le temps de la prise de conscience au plan national comme internationale est arrivé. Nous populations et nos dirigeants devons travailler en synergie pour arrêter ce massacre d’innocents.

  19. Le terrorisme ne connait pas de frontières comme l’a si bien dit le président de la république.
    Alors il faut que les populations se donnent la main pour que le monde puisse dépasser cette phase difficile de son histoire. Disons non au terrorisme !

  20. Tous unis pour mettre hors d’état de nuire ces bandits qui sont dans la nature. J’appelle tous mes frères à aider nos forces de sécurité pour que ces terroristes soient traduits devant la justice et paye de leurs actes.

  21. Je reconnais que d’énormes progrès ont été faits dans le domaine de la sécurité mais beaucoup reste encore à faire. Il faut que les autorités chargées de la sécurité puissent entreprennent des formations pour nos forces de sécurités pour que ceux-ci puissent être capables de riposter face à la menace terroriste.

  22. Je pense qu’au-delà de la coopération internationale demandée par le président Poutine il doit avoir la coopération au sein des nations même. Tous les fils et les filles des différents pays doivent coopérer avec les services de sécurités et de renseignements en leur fournissant des informations pour l’avancée de leurs investigations dans la traque de ces terroristes.

  23. A mes compatriotes voudrais demander de collaborer avec les services de sécurité en signalant tous mouvements suspects et toutes personnes suspectes pour que dorénavant ce genre d’attaques puisse être évité.

  24. Chers frères Maliens, en ces moments difficiles, nous ne devons ni céder à la panique encore moins nous diviser. Nous pouvons ne pas être d’accord mais auparavant il faut que l’ennemi commun identifié soit loin de nous. Tous à l’union sacrée derrière nos autorités !

  25. Tous les peuples doivent parler la même langue de nos jours face à ce mal qui est au plus profond de nos sociétés. Sans réelle coopération nous ne pouvons pas à bout de cette plaie mondiale.

  26. La problématique du financement des groupes terroristes est vraiment complexe.
    Nous constatons avec peine le haut niveau d’équipement de ces groupes et cela suscite beaucoup de questions.
    Ils possèdent des armes très sophistiquées,des moyens de déplacement que même certains Etat n’ont pas pour leurs armées,une technologie de pointe un nombre impressionnant de combattants dont ils s’occupent sans peine.
    Ils possèdent des ressources financières très importantes.
    Mais d’où tirent ils tout cela?
    La lutte pourra véritablement aboutir lorsque nous trouveront des réponses à toutes ces questions.

    • Vous avez vraiment raison Mr Mahma.Il arrivent même souvent qu’on se demande si se sont pas les grandes puissances qui les financent.
      Ils utilisent la technologie américaine ou japonaise,
      Ils utilisent des véhicules russes ou japonnais ou américains;
      Ils ont des armes russes et ils des comptes bien fournis en banque dans des pays que toute ses grandes nations connaissent.
      Il ne faut pas aussi et surtout oublier que la source de leur financement c’est le pétrole.
      Tout porte donc à croire que ces grandes puissances savent d’où vient le financement de ces groupes terroristes
      Mais il y a un espoir car ces mêmes terroristes s’attaquent à ces grandes puissances aujourd’hui nous pouvons penser que c’est le début d’un divorce certain.

  27. Pour combattre efficacement cette nébuleuse il faut une union qui puisse permettre de mettre nos efforts ensemble.
    Tous les pays sans exception doivent s’unir pour mettre hors d’état de nuire car aucun pays ne combattre ces terroristes tout seul.

  28. Le fléau du térrorisme serait vaincu dans notre pays une bonne fois pour toutes, le MALI sera l’un des pays les plus enviés du monde !!! Il suffit juste que nos dirigeants, notamment l’opposition arrête de ne penser qu’à son ventre et qu’elle fasse prevaloir l’intérêt de la nation !!!

    • vous avez tout à fait raison.Mais si nous voulons vraiment aller à la paix,il va falloir aller tout seul car notre opposition est tellement irresponsable qu’elle ne montera jamais à bord du train de la paix que le président IBK met à la disposition de tous les maliens
      Mais ce processus ira à son terme;même si ces irresponsables refusent de collaborer avec le gouvernement.
      Vive le Mali dans la paix….

  29. Il faut reconnaitre que nos FAMAs ont été bien formées dont nous ne pouvons que nous en rejouir. Les forces spéciales également ont fait monte de leur détermination et dévouement sans oublier le PIGN pour leur promptitude

  30. La religion ne transforme pas les hommes en criminels, mais ce sont les criminels qui utilisent la religion comme alibi de leur soif de pouvoir

  31. Si l’opposition malienne pouvait, ne serait ce qu’une seule fois dans sa vie, mettre les intérêts du pays devant les siens, et suivre le regime dans ses initiatives de sortie de crise ça serait mieux !!!

  32. Les groupes terroristes multinationaux ont généralement plusieurs sources de financement et de soutien logistique et s’autofinancent, souvent, par des activités criminelles. Dans leurs réseaux de soutien figurent aussi des entreprises commerciales, des associations et des organisations non gouvernementales à caractère légitime (l’argent sale). Ordinateurs, téléphones par satellite et d’autres produits de la technologie moderne sont pour eux des outils d’organisation et de communication particulièrement efficaces. Ils s’en servent pour coordonner et appuyer leurs actions, récolter de l’argent, diffuser l’information et la propagande (la technologie de pointe)

  33. Les djihadistes veulent créer une barrière entre les états islamiques et les autres pays. Ils se disent musulmans extrémistes. C’est un problème à traiter avec réflexion

  34. L’avenir politique de notre pays est tout tracé, il suffit juste que l’opposition malienne cesse de faire ses conneries vis-à-vis du régime en place, et qu’elle se voit en responsable de ce pays maintenant, il est vraiment temps !!!

  35. Ils utilisent les jeunes innocents avec des faux enseignements islamiques. C’est une vraie gangrène qui doit nous mener à réfléchir sur l’éducation de nos enfants

  36. Les leaders de l’Afrique et du monde entier devrons apporter leurs soutiens, pour montrer que le combat contre le terrorisme n’est pas que des mots….

    Vive le Mali sans terroriste
    Vive l’Afrique sans terroriste
    Vive le monde sans terroriste
    Abbas le terrorisme…
    ……… 😀 😀 😀 …………
    L’union fait la force,
    Nous sommes tous le Mali,
    Nous sommes tous des hôtels Radisson Blu
    Et nous détestons tous le terrorisme.

  37. Avec une telle avancée du terrorisme et la débauche des jeunes qui se transforment en djihadistes doivent attirer l’attention de tout le monde. C’est un phénomène mondial et un réel problème

  38. Les organisations internationales doivent unir leurs forces pour mettre fin à l’avancée du terrorisme en Afrique et maintenant le monde entier.

  39. Le Mali a une armée républicaine et dévouée et qui ont reçu des équipements depuis l’avènement IBK. Nous souhaitons que se tendra sur toutes les autres forces afin de lutter efficacement contre ce fléau mondial.

  40. Moi j’appelle tous les maliens à faire preuve de beaucoup de vigilence et de prudence !! Nous devons éviter les regroupements massifs, il y va de notre sécurité, nous devons pas prendre cela à la legère !!!

  41. Je salue nos forces de sécurité et de défense la promptitude et le courage avec lesquels ils ont amorcé cette situation.
    Le peuple leur remercie pour ce travail de républicain et de patriote

  42. Tout le monde doit se mobiliser contre cet acte qui est devenu est fléau mondial.
    Le terrorisme est un frein au développement. C’est une manière de créer la psychose dans le pays.

  43. Avec une telle avancée du terrorisme et la débauche des jeunes qui se transforment en djihadistes doivent attirer l’attention de tout le monde. C’est un phénomène mondial et un réel problème.

  44. Les états africains sont appelés à former une union pour freiner cette violence , au Mali au Nigeria, au Cameroun et au Niger. Mettons-nous ensemble
    Oui il faut se pose la question de savoir aujourd’hui c’est le Mali ” A qui le tour”
    Luttons tous ensemble

  45. Il faut lutter sans merci contre le terrorisme. Contre tous les terrorismes, celui des pauvres, souvent spectaculaire et aveugle, comme celui des puissants, plus sophistiqué ou ciblé, celui des organisations apatrides, comme celui des Etats, ennemis ou alliés. Il faut lutter tous les terrorismes, car la terreur est toujours injustifiable, tout comme la vengeance. C’est pourquoi la réponse juste à ce phénomène doit être mise dans un cadre de légalité voire de légitimité et ne consiste plus, donc, à s’engager dans une guerre sans limite de longue durée.

  46. “Nike” je suis parfaitement d’accord avec toi, Le moment est un moment de sacrifice.
    Nous sommes des maliens fiers…

  47. ***Nous avons tous assister à ce qui s’est passé dans l’hôtel et nous sommes au courant que les assaillants ont été tué, nous sommes conscient que ses assaillants ne sont pas seul.
    C’est un acte idiot de mettre en doute cet Etat d’urgence que le président vient de décréter.
    Mr. Le journaliste il faut dire aux maliens au tend que tu peux que cet Etat d’urgence nous devons le respecter, si tu les aimes comme les aimes ton président.
    Nous savons tous de quoi ses terroristes sont capables.
    Que bénis ce peuple innocent qui dit la paix par tous moyens.***

  48. Nous avons une armée forte et compétente, une armée sur laquelle nous gardons tous nos confiances. Nous avons aussi le soutien des autres pays frère qui nous accompagnent dans cette lutte de terrorisme.
    Nous sommes et seront toujours avec notre armée…
    Vive le Mali unis…

  49. La décision du président est une décision noble, j’invite mes frères et sœurs maliens à prendre acte de cette décision comme il se doit.
    Cet Etat d’urgence est surtout dans l’intérêt des maliens.
    Pourquoi se poser des questions sur son application ?

  50. Evitons le danger au tend qu’on le peut.
    Nous n’avons pas à confondre les choses, ceci n’est pas d’une discussion inutile.

  51. Ce conseil des Ministres extraordinaire a pris la bonne décision, ce deuil national de trois jours à compter de ce lundi, puis d’un Etat d’urgence sur «l’étendue du territoire» pour une dizaine de jours sont d’une nécessité capital.
    Nous devons le respecter et le prendre de manière réglementaire. L’autorité se souci de son peuple, nous sommes face à une situation délicate et nous devons prier pour que la stabilité puce Reigner au Mali.

  52. Notre gouvernement n’est pas notre ennemi, respectons cet état d’urgence comme on nous demande de le faire.
    Que Dieu vient en aide au MaliBa …

  53. Le monde est fait face à un problème beaucoup plus qu’effrayant. Ces terroristes sortent de nulle part, mais ils causent trop de dégâts. Imaginez, chaque jour des centaines de vie sont arracher par leurs fautes.

  54. Le Mali a été assez bousculé ces derniers temps, mais cela n’empêche l’armée malienne est assez aguerri pour faire face à ces bandits désormais. Soutenons-les, ayons confiance à nos autorités respectives et à notre armée.

  55. #Nous sommes tous Bamako, tous les cinq continents du Monde sont devenus ces derniers temps Mali. En tant que malien, j’en suis reconnaissant, et convie tous ces continents à s’unir pour bannir le terrorisme.

  56. Dans une lutte comme celle contre le terrorisme, le Mali n’est pas le seul pays concerné. Tous les pays occidentaux et africains sur les pieds d’œuvre d’éradiquer ce terrorisme à jamais.

  57. Vive le Mali sans terrorisme, ces bandits ont beau fait jamais ils ne pourront faire de notre chère patrie leur nid. Nos dirigeants, nos forces de sécurité œuvrent jour et nuit pour lutte contre le djihadisme.

  58. Le président IBK l’a dit pendant son discours au peuple, il a demandé aux maliens d’être vigilant.
    « Le Mali est un peuple hospitalier mais il faut savoir qui on accueille chez soi et dans quelles conditions. Tout le monde doit redoubler de vigilance », a exhorté le chef de l’État.

    Oui Mr. le président nous devons redoubler de vigilance, Le Mali est exposée au terrorisme à cause de sa situation géographique, mais tant que nous sommes vigilant comme vous le dite, les maliens sortirons indemne de tous ses atrocités.
    Nous accompagnons les mots de notre président, nous le respectons.
    Nous sommes d’une nation qui gagne, nous croyons vaincre le terrorisme.

  59. Je suis fier de notre armée sans elle on n’en serais pas là aujourd’hui. Grace à elle, cette opération de l’attaque de l’hôtel Radisson Blu fut un succès. Bravo à vous !!!

  60. Vert, Jaune, Rouge le Mali est l’un et indivisible, quoi qu’il advienne le Mali restera débout. Nous nous bâterons pour cela, cet héritage légué par nos parents ne demeurera pas une coquille vide.

  61. De vous à moi, nous savons tous que nul ne saura lutter contre ces terroristes définitivement. Cette attaque perpétrée en plein cœur de Bamako est un acte à condamner et à éviter dorénavant. Cette lutte est un combat de tous les jours.

  62. Chers compatriotes nous nous ne laisserons pas abattre par des individus de mauvaise foi. Ces vaut rien qui attaque par surprise et qui tuent des innocents vont tous payés tôt ou tard leur crime.

  63. Un Peuple-Un But-Une Foi
    Vive un Mali uni et fort
    Vive un Mali sans terrorisme
    Vive le Monde sans terrorisme

  64. Félicitation à la FAMA, nous sommes ravis de leur courage. 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛
    Et Merci à l’armée française et américaine pour leurs soutiens à notre armée, merci pour cela. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

  65. La lutte contre le terrorisme au MALI commence à porter fruit. Le Mali seul ne pas lutter contre le terrorisme. La communauté internationale doit aider le Mali, pour mieux affronté le problème.

  66. La lutte contre le terrorisme est une lutte très ardant. Le terrorisme est fléau qui vit partout dans le monde entier. Main dans la main nous pourrons combattre le terrorisme.

  67. Tous ces attaques sont perpétré dans le seul but d’intimidé l’Etat et sa population, c’est pour déstabiliser le pays et tirer profit de la situation. Les malfaiteurs veulent mettre en cause et même faire annuler l’accord signé le 15 Mai et le 20 juin. Le gouvernement met tous en n’œuvre pour mettre fin à ces actes ignobles. Restons mobilisé derrière notre armée et l’Etat.

  68. La lutte contre le terrorisme et lutte universelle et ardente. Le fléau sévit partout dans le monde entier, même les grande puissance sont sous la menace, elle est devenue comme un bâton dans les roues dans l’évolution du monde. Les terroristes nourrissent en eux et son motiver par des arguments diaboliques et déraisonnable.

  69. Je profite de cette occasion et je me joins aussi aux dits du président de la république. Tous le MALI est ne deuil et toute la population malienne présente ces condoléances aux familles attristées nationalement comme internationalement. Et aussi toute la population malienne condamne avec la plus grande rigueur cet acte ignoble barbare et lâche.

  70. Ceux sont des lâches, des barbares des temps modernes, des islamistes radicales et diaboliques et des assassins. Ce sont des illettrés et intégristes vis-à-vis des recommandations du saint CORAN.

  71. Les terroristes se cachent derrière la religion islamique pour faire du mal, ils transforment les dits du CORAN pour en tirer profit. L’islam est une religion authentique, une religion de paix et de respect et une religion qui prime l’amour de son prochain.

  72. Les terroristes n’ont peur d’aucune cible, s’y décide de frapper, alors ils y mettent tout en œuvre pour pouvoir parvenir à leur fin. Les grande puissances ne leurs effrayent point. Ce sont des malades qui encouragent des idéologies sordides et inhumaines.

  73. J’invite la communauté internationale à prendre au sérieux le problème du terroriste au MALI. Le cas du Mali est est très différent que celui de plusieurs pays, le Mali est on peut dire nouveau dans le domaine du terrorisme, elle ne dispose pas de matérielle et formation adéquat pour faire face cet fléau.

  74. Tous les terroristes sont les ennemis de notre pays. Même si l’attaque est revendiquer l’un ou l’autre, le but est d’éradiquer le terrorisme sur le sol malien.

  75. Bravo aux forces de sécurité et aux forces étrangères qui sont avec nous depuis 2012 pour la stabilisation de notre pays et toutes mes condoléances aux familles victimes de cette sauvagerie de ces lâches terroristes. Je demande à tous les maliens de s’investir dans la traque de ces voyous, mécréants.

  76. La communauté internationale ne doit pas minimiser le cas du Mali, ces gens ne connaissent pas de frontière, ils n’ont pas de nationalité, ils sont partout et ils sont contre tout le monde sans exception.

  77. Je suis malien, je suis les personnes victimes du terrorisme et je condamne ces comportements inhumains des frères qui se servent de notre religion pour pécher ou commettre des massacres sauvagement. Qu’Allah sauve l’islam !!!!

  78. L’islam est une religion de tolérance, d’amour, de pitié et de sagesse. L’islam condamne l’atteinte à son prochain jusqu’à ce que lui faire perdre sa vie c’est le pire. Qu’Allah le tout puissant nous sauve !!!

  79. Je condamne fermement ces actes inhumains posés par des individus malhonnêtes et opportunistes qui profitent de la religion pour pécher alors que la religion est une chose sacrée et nous savons tous que l’être humain aussi est sacré.

  80. Je suis malien, je suis musulman, je condamne ces barbaries, je condamne le terrorisme et je ne veux pas qu’on se cache derrière le nom d’Allah pour faire des bêtises.

  81. Je suis parfaitement sûr que les occidentaux et les africains ainsi que tous les continents du monde vont s’unir pour en faire une coopération à fin de lutter contre le terrorisme pour toujours. 8) 8) 😯 😯

  82. Oui nous sommes maliens et nous sommes tous ce qui ont été une fois victime de la sauvagerie de ces bandits qui se cachent derrière la religion pour faire leur banditisme. Que Dieu sauve les musulmans.

  83. Je suis pour une coalition entre toutes les forces de la Communauté Internationale pour mettre fin à l’hégémonie des terroristes. Après la France ils frappés fort au dans la capitale malienne avec comme bilan une vingtaine de morts et de blessés. 💡 💡 💡

  84. Toutes mes condoléances aux victimes de cette prise d’otages et bravo à nos forces de sécurités et celles des pays amis qui étaient sur places avec les nôtres.

  85. Nos forces de sécurités nous ont prouvé encore qu’elles ont les compétences et les capacités de bien garantir notre sécurité malgré qu’elles manquent de moyens adéquats pour bien accomplir leurs missions. Mais avec la volonté et l’amour du pays, elles font leurs mieux. Vive nos services de sécurité !!!

  86. Mes sympathies vont à l’endroit des familles ayant enregistré de victimes dans cette prise d’otages. Ces terroristes ont mal compris la religion. On ne doit pas massacrer des innocents au nom de la religion. C’est un péché grave. :mrgreen: :mrgreen: 😆 😆

  87. La communauté internationale doit se mobiliser derrière tous les pays qui sont cibles du phénomène djihadiste ou terroriste. C’est un problème international, parce qu’un seul terroriste est un danger pour l’humanité même. Donc ensemble pour vaincre le terrorisme.

  88. Toutes mes condoléances aux pays ayant enregistré de victimes dans cette prise d’otages revendiquée par les groupes terroristes Al-Mourabitoune et Aqmi. Le Mali est de cœur avec ces pays. Le gouvernement malien a décrété le deuil national et l’état d’urgence pour encore des enquêtes approfondies sur ces terroristes. 💡 💡 😆 😆

  89. Mes sympathies vont à l’endroit des familles ayant enregistré de victimes dans cette prise d’otages. Ces terroristes ont mal compris la religion. On ne doit pas massacrer des innocents au nom de la religion. C’est un péché grave.
    Laissez-moi vous dire que les forces de sécurité et de défense du Mali ont montré leur capacité de faire et leur détermination à protéger les populations. 💡 💡 💡

  90. Mes condoléances les plus sincères sont pour les familles des victimes. Je remercie les forces de sécurité maliennes et étrangères qui ont pu déloger ces terroristes après plus de dix heures de tires. Bon courage aux forces de sécurité pour traquer les trois suspects annoncés le lendemain de la prise d’otage. ❓ 👿 👿 💡 💡 💡

  91. Mes condoléances les plus sincères sont pour les familles des victimes. Je remercie les forces de sécurité maliennes et étrangères qui ont pu déloger ces terroristes après plus de dix heures de tires. Bon courage aux forces de sécurité pour traquer les trois suspects annoncés le lendemain de la prise d’otage. 😛 😛 💡 💡 💡

  92. Je crois que les forces de sécurité n’ont rien à se reprocher après cette attaque terroriste. Elles ont fait ce qu’on attendait d’elles. LA population malienne ne s’était jamais sentie aussi fière et confiant envers l’armée malienne. 👿 👿 💡 💡 💡

  93. Toutes mes félicitations aux forces de sécurité et de défense. Vraiment elles ont montré de quoi elles sont capables pour assurer la sécurité et la défense de cette patrie.

  94. Les militaires maliens ont été à la hauteur dans cette attaque terroriste de l’hôtel Radisson Blu du vendredi, 20 novembre 2015. Nous sommes fiers de nos forces de sécurité et de défense. De la même manière je fais confiance aux autorités en place pour doter ces mêmes forces des moyens qui leur faut pour bien protéger la population civile. 💡 💡 😆 😆 😆

Comments are closed.