Mali: le projet de révision constitutionnelle trouve l’opposition sur son chemin

4

Plus d’une trentaine de partis politiques et d’associations représentés dans deux coalitions et invités à retirer officiellement une copie du document ont choisi de boycotter jeudi 11 avril à Bamako une rencontre avec le chef de l’État malien Ibrahim Boubacar Keïta. Avant la présentation, ils exigent l’ouverture d’un dialogue sur la vie de la nation, sur les crises qui secouent le pays.

L’opposition malienne montre à nouveau ses muscles, boycotte une rencontre avec le président malien et accuse son gouvernement de mettre la charrue avant les bœufs au sujet de la réforme constitutionnelle, notamment nécessaire pour appliquer des dispositifs de l’accord de paix d’Alger.

Explications du président du Front pour la sauvegarde de la démocratie, membre d’une des coalitions de l’opposition : « Toute réforme doit provenir de ce dialogue politique, parce que les réformes institutionnelles sont d’abord politiques. Et nous estimons que c’est une fuite en avant, c’est un déni de réalité, c’est un manque de responsabilité. Et cela démontre à suffisance que monsieur Ibrahim Boubacar Keïta, jusqu’à présent, n’a pas la mesure réelle de la situation que vit le Mali. »

Et si le processus de révision se poursuit sans opposition malienne ? « Vous savez, on dit souvent que la force appelle la résistance. »

La démarche du gouvernement malien au sujet de la réforme constitutionnelle est également contestée par l’ancien Premier ministre malien Modibo Sidibé, qui a cependant accepté par courtoisie dit-il la rencontre avec le président Keïta.

Par RFI Publié le 12-04-2019

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. DE LA RÉVISION:
    LES CRITERES DE CONSTITUTIONNALITÉ DE CETTE RÉVISION NE SONT PAS REMPLIS.

    QUE LES CRITERES DE CONSTITUTIONNALITÉ DE CETTE RÉVISION NE SOIENT PAS REMPLIS EST UN FAIT ÉVIDENT, NUL BESOIN DE LE DÉMONTRER.

    LES VOLEURS DE LA RÉPUBLIQUE , APRES AVOIR COMMIS DES CRIMES ÉCONMIQUES AVEC SUCCES PAR LA CORRUPTION DES AMES PROCHES DES CERCLES DE DÉCISION, S’ ADONNENT MAINTENANT AU CRIME CONTRE LA CONSTITUTION, SON VIOL.

    QUEL REFLEXE PAVLOVIEN..!!! SUIVANT LES MEMES MÉTHODES LOUCHES, ILS PENSENT POUVOIR MODIFIER LA CONSTITUTION, PAR LA CORRUPTION DE QUELQUES AMES FAIBLES, ET TOUT CELA POUR FAIRE PLAISIR Á LA FRANCE FASCITE ET Á SES TERRORISTES ISLAMISÉS DU NORD-MALI.

    L’ ACCORD DE “PAIX” SATANIQUE SIGNÉ PAR CES MEMES CORROMPUS DE BAMAKO EST ILLÉGAL, ILLÉGITIME ET NUL, CAR SA GÉNESE EST LA VIOLATION FLAGRANTE PAR LA FRANCE DE L’ INTÉGRITÉ TERRITORIALE DU MALI, EN INTREDISANT Á L’ ARMÉE RÉPUBLICAINE DE RENTRER DANS KIDAL.

    IBK ET SA SUITE PEUVENT JOUER SEULEMENT DEUX CARTES, DEUX EN TOUT:

    1- ACCEPTER DE MOURIR EN LARBINS-MAUDITS DE LA FRANCE SOUS LES BATONS DE SON PEUPLE .
    2- ACCEPTER DE MOURIR EN FILS DIGNE DU MALI SOUS LES BALLES DE LA FRANCE FASCISTE ET MAUDITE.

    LA TROISIEME CARTE EXISTAIT AU TOUT DEBUT DU PREMIER MANDAT D’ IBK, MAIS ELLE FUT DÉTRUITE PAR IBK LUI-MEME…DONC N’ EN PARLONS PAS…..MAIS LUI ET SA SUITE N’ AURAIENT DU PAS MENTIR AU PEUPLE MALIEN Á PROPOS DE KIDAL ET IL FALLAIT DIRE LA VÉRITÉ ET TOUTE LA VÉRITÉ EN TEMPS RÉEL….

    HÉLÁS ..MAINTENANT SEULE LA MORT VA TRANCHER…!!!

  2. Les Algériens n’ont pas encore fini de régler leurs comptes avec le système fossilisé du FLN par Bouteflika interposé que les Soudanais viennent de sceller le sort de leur président Omar-El Béchir chassé du pouvoir par des émeutes de la faim, pardon du pain dont la hausse du prix a mis le feu aux poudres.
    Ces deux épisodes remettent au centre du jeu politique son vrai maître qu’est le PEUPLE SOUVERAIN. En Algérie, ce peuple a le visage d’une jeunesse déterminée à écrire une nouvelle histoire loin de l’éternelle exaltation de la guerre d’indépendance et de l’autoglorification de ses acteurs. Au Soudan, ce sont les femmes qui sont à la pointe du combat contre l’autocrate. Qui ne se souvient de cette photo d’une dame surplombant et haraguant la foule à partir du toit d’une voiture. Un peuple qui refuse dit NON!
    C H S
    Maliens voici la solution telle qu’à nous montrée par les algériens et les soudanais. descendez dans la rue et foutez ce président merdique au dehors avant le gnouf!

  3. Je ne sais pas exactement à quoi joue ce régime.
    Nos écoles sont fermées depuis plusieurs mois, nos hôpitaux sont pourris, nos populations meurent par centaines, notre système judiciaire n’a aucune crédibilité, environ 2/3 de notre pays échappent au contrôle de nos forces armées..etc. En quoi une révision constitutionnelle pourrait résoudre ces problèmes ?

  4. Monsieur le président, rien de durable ne tiendra lorsqu’il y a la mauvaise gestion.
    le jour où il y aura la rigueur et la bonne gouvernance, soyez sûr de la fin de tous les problèmes. tout le reste, rencontre avec les familles fondatrices (qui n’a pas sauvé moussa traoré, passé maître dans ce jeu), les religieux, acceptation sans conditions à l’extérieur, ne servent en rien.
    lorsque dans un pays, quel que soit le poste qu’on occupe, on peut prendre dans les caisses de l’état 1000f sans respecter les règles de gestion, ce pays, le mali, ira à sa perte.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here