MME Konté Fatoumata Doumbia à propos du prochain congrès du PASJ : ” Dioncounda et Alpha doivent saisir l’occasion pour se faire entendre “

7
Mme-Konte-Fatoumata-Doumbia, maire de la Commune I
Mme-Konte-Fatoumata-Doumbia, maire de la Commune I

” Nous sommes maintenant dans la phase de la mobilisation des ressources. Nous demandons aux cadres de contribuer à hauteur de souhait. Le budget de la tenue de ce congrès est estimé à 30 millions de F CFA. Or, aujourd’hui, (NDLR : jeudi 12 mars), nous n’avons pas encore 10 millions, mais nous pensons que ça va aller.

La salle est déjà réservée et les invitations sont en train d’être expédiées. Il n’y a aucun risque de report de ces assises au cours desquelles Dioncounda Traoré et Alpha Oumar Konaré doivent jouer un grand rôle “. C’est en ces termes que la vice-présidente du parti, Mme Konté Fatoumata Doumbia, le maire de la commune s’exprimait le jeudi dernier.

Pour ce qui concerne les enjeux, dira-t-elle, il s’agit principalement d’élire un nouveau président du parti, de renouveler le bureau du Comité exécutif (CE). “ N’oublions pas que le dernier bureau du CE compte 80 membres et plusieurs sont partis ou démotivés. Nous nous sommes rendu compte que ce bureau n’est pas efficace. La tendance est de réduire sa taille. Ce qui va nécessiter la relecture des textes du parti “, a-t-elle déclaré.

En outre, poursuit l’édile communal, l’autre aspect le plus important est relatif aux difficultés que le parti a rencontrées pour le choix de son candidat à la dernière élection présidentielle. “ Il va falloir que nous réaménageons cela “, indique-t-elle. Il s’agit, à la croire, à réfléchir à de nouvelles modalités de la mise en place de la commission qui recueille les candidatures pour le choix du candidat à la présidentielle, pour ne plus se prêter au ridicule.

L’autre enjeu, poursuit-elle, est de définir la stratégie électorale pour  mieux affronter les élections communales et régionales, en n’oubliant pas qu’il y a eu une certaine  démobilisation de certains cadres du parti.

A ce propos, ” il faut étudier le cas de ceux qui partent et reviennent. Quel nouvel engagement de militants ces cadres doivent-ils prendre ? Car, ce n’est pas normal que des gens se battent toute leur vie pour construire un parti et que d’autres le sabotent par leurs comportement et reviennent après pour dire qu’ils demeurent convaincus des idéaux de cette formation politique “.

A la question de savoir quel portrait robot elle peut faire du futur président du PASJ, Mme Konté a précisé d’abord que de tous les noms qui circulent, aucun ne lui a personnellement parlé de sa candidature.

Il faut souhaiter vivement, souligne-t-elle, que le prochain président soit quelqu’un capable de rassembler, un cadre bien évidemment, disponible, qui a une grande honnêteté intellectuelle et morale. Mais je suis déçu que tous ceux dont on parle ne me semblent pas remplir ces conditions. Ce sont des gens de clans et je me dis qu’ils ne valent pas mieux que moi.

Mme Konté est-elle alors candidate ? ” Je ne le suis pas. Car, pour le moment, c’est les moyens financiers qui me manquent. Et je dois dire que le futur président doit avoir un minimum d’autonomie financière “.

Qu’attend-elle des anciens présidents du parti ? ” Pour moi, les travaux du congrès seront dirigés par Pr Dioncounda Traoré, car Tiémoko Traoré est le président par intérim. Dioncounda est obligé de s’investir pour qu’il y ait un minimum de cohésion au sein du parti. Il est aujourd’hui l’une des personnalités susceptibles d’être écoutées par le CE et par la base du parti.

De même, je souhaiterais qu’on mette Alpha Oumar Konaré dans le programme du congrès. Qu’il intervienne à l’ouverture ou à la clôture. Il est temps vraiment pour Alpha de s’adresse au peuple ADEMA et au peuple malien. Il nous a toujours dit qu’il ne sera jamais un ancien militant. Il doit saisir cette occasion pour se faire entendre”.

Pour la vice-présidente et présidente du mouvement des femmes du parti de l’abeille, ces deux personnalités peuvent faire en sorte que nous ayons une liste consensuelle pour diriger le parti. Mais, au pire des cas, s’il y a plusieurs listes, nous serons obligés de les soumettre au vote.

Et Mme Konté de conclure que si les deux ministres (Abdel Karim Konaté dit Empé et Dramane Dembélé) ne sont pas candidats à la présidence, ils peuvent jouer également un rôle déterminant dans le choix final.

Bruno D SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Alpha et Djoncounda sont 2 traitres du Mali et de l’ADEMA qui sont comptables de la déconfiture de leur parti et du chaos qui a fait élire le plus grand aveugle de l’histoire du pays: IBK.

    Ce sont les deux spécialistes de l’hypocrisie et des coups bas qui ont détruit la classe politique et le mouvement démocratique, ce qui fait que le Mali est incapable de s’unir même devant une menace d’existence.

    Alpha a brisé l’ADEMA, les associations et d’autres partis pour faire élire un militaire sans parti ni aptitude politique.
    Pour ses intérêts personnels (argent, financement de campagne…) Alpha a mis le Mali et son successeur ATT sous la coupe de Kadhafi.
    Il a sauvé le dictateur sanguinaire Moussa Traoré qui a lutté contre la démocratie et le multipartisme en supprimant la peine de mort.

    Djoncounda aussi a détruit ce qui reste de l’ADEMA après s’en être servi. Pour soutenir IBK, il a écarté tous les responsables crédibles de l’ADEMA pour soutenir la candidature du nullard et prévenu judiciaire Dramane Dembelé.

    On retient de Djoncounda ses nominations coûteuses et irresponsables de putschistes sans mérite au grade de général.

    Ces hommes sont sans principes, ni foi, ni loi après s’être servis du Peuple.
    L’histoire les jugera; le Mali aussi les jugera dès qu’il perdra sa tête clientéliste.
    a compavecloté les putschistes pour sauver son porte-feuille.
    C’est le champion de l’irresponsabilité qui

    • Alpha et Djoncounda sont 2 traitres du Mali et de l’ADEMA qui sont comptables de la déconfiture de leur parti et du chaos qui a fait élire le plus grand aveugle de l’histoire du pays: IBK.

      Ce sont les deux spécialistes de l’hypocrisie et des coups bas qui ont détruit la classe politique et le mouvement démocratique, ce qui fait que le Mali est incapable de s’unir même devant une menace d’existence.

      Alpha a brisé l’ADEMA, les associations et d’autres partis pour faire élire un militaire sans parti ni aptitude politique.
      Pour ses intérêts personnels (argent, financement de campagne…) Alpha a mis le Mali et son successeur ATT sous la coupe de Kadhafi.
      Il a sauvé le dictateur sanguinaire Moussa Traoré qui a lutté contre la démocratie et le multipartisme en supprimant la peine de mort.

      Djoncounda aussi a détruit ce qui reste de l’ADEMA après s’en être servi. Pour soutenir IBK, il a écarté tous les responsables crédibles de l’ADEMA pour soutenir la candidature du nullard et prévenu judiciaire Dramane Dembelé.

      On retient de Djoncounda ses nominations coûteuses et irresponsables de putschistes sans mérite au grade de général.

      Ces hommes sont sans principes, ni foi, ni loi après s’être servis du Peuple.
      L’histoire les jugera; le Mali aussi les jugera dès qu’il perdra sa tête clientéliste.

      Quand est ce que le Mali aura un dirigeant qui travaillera sur la base des principes et idéaux républicains ?

  2. Qu’est ce que Alpha peut venir raconter au peuple? Rien car il est discrédité et honni du peuple. Il ferais mieux de profiter dans l’anonymat des sous volés a l’état. A la faveur de démocratisation il a fait des millionnaires au sein des fonctionnaires véreux comme le champion SOUMIS et la clic CMDT ainsi que le Griot beau fils du Parena.

  3. Madame, bon courage, je vous encourage à aller au bout de vos efforts pour vous porter candidate à la présidence de ce grand parti, qui tangue en ce moment, mais…qui se relevera, si non, ce serait une catastrophe de plus pour le microcosme politique malien et le mouvement démocratique, qui a vu tant de grands partis sombrés, divisés, réduits à une peu de chagrin dès qu’ils ne sont plus au pouvoir et qu’il n’y a plus rien à partager ! RDA, PARENA, CNID etc. Madame, présentez-vous et gagnez, il est temps qu’un grand parti soit enfin dirigé par une femme pour que je garde l’espoir qu’un jour une femme sera présidente au Mali. Pour l’argent, mobilisez auprès de vos sœurs maliennes et africaines dans les organisations féminines nationales et internationales, pour une fois, faites un “complot” politique contre Nous (Hommes)! Oubliez Alpha et Dioncounda, ils ont vécu…Mme Sy Kadiatou Sow serait mieux qu’eux !

  4. Voila une vieille sorcière qui n’a pas honte de prendre la parole pour donner des leçons de morale aux autres militants.C’est elle qui a foutu le bordel dans son parti en le vendant à ATT en 2002 après avoir déplumé Iba, Boubeye et Soumaila Cissé pendant la convention de choix du candidat du parti.
    c’est encore, elle qui a proposé Dramane dembelé qu’elle pourfend aujourd’hui, comme candidat du parti après avoir empocher ses prix de condiments. elle commence à rééditer le même scénario pour avoir de l’argent de la part d’éventuels candidats à la présidence de son parti. une vraie sorcière qui n’a sa place que dans la poubelle.

    • vrai militant confond ses sorcières ( elle qui a proposé Dramane dembelé) il faut plutôt dire la sorcière Directrice Nationale de l’ANAM Mme Zoukou

  5. Personne, personne, personne ne les écouterait car ils ont semé le vent et ils récolteront la tempête sans équivoque. Dans l’exercice du pouvoir, il faut prévoir les moments vides où on serait plus au pouvoir. C’est dommage des hommes dont l’histoire du pays les a été donnée sur un plateau d’or, et ils l’ont exercé avec beaucoup de partialité.

Comments are closed.