Modibo Sidibé aux experts chargés de la révision constitutionnelle : « La démarche initiée n’est pas la solution aux maux dont souffre notre pays »

7

La démarche initiée par le gouvernement, selon Modibo Sidibé, Président des Forces alternatives pour le Renouveau et l’émergence (Fare), n’est pas la solution aux maux dont souffre notre pays. L’ancien Premier ministre a réaffirmé cette position le 23 février au siège de son parti où il recevait le Comité d’experts pour la révision constitutionnelle.

Le Président de ce comité, Makan Moussa Sissoko et son équipe souhaitaient échanger avec le Président des Fare sur « les réformes politiques et institutionnelles et surtout pour bénéficier de (sa) grande expérience de l’Administration et des Institutions de la République.»

Pour Modibo Sidibé, la démarche envisagée par le gouvernement est inappropriée en raison même de la nature et de la gravité de la crise multidimensionnelle qui ébranle le Mali depuis de nombreuses années. « Les éléments de réforme envisagés sont sans vision globale réformatrice et nous entraînent vers ce dont le gouvernement actuel a besoin, mais certainement pas vers ce dont le Mali en crise a besoin », peut-on lire dans un texte diffusé sur sa page Facebook.

Il a aussi rappelé que le 13 novembre dernier dans une tribune intitulée « Le Temps des Réformes », il affirmait sa profonde conviction que le processus qui conduira le Mali à une véritable sortie de crise structurelle, durable et refondatrice ne pourra faire l’économie d’une prise en compte déterminée et d’un traitement de fond de l’ensemble des causalités ayant engendré la crise.  Monsieur Modibo Sidibé a conclu sa réponse à la délégation du Comité d’experts en réitérant sa position maintes fois exprimée, à savoir que la démarche initiée par le gouvernement n’est pas la solution aux maux dont souffre notre pays.

Toujours selon ce texte, le Président des Fare s’inscrit dans une logique plus vaste de Refondation institutionnelle par un véritable dialogue national, différent de l’actuel dialogue politique, réducteur par son contenu, par les acteurs et par sa portée.

Pour Modibo Sidibé, le Mali a besoin « d’un véritable processus consensuel de sortie de crise et d’une refondation de l’Etat sur la base d’une nouvelle infrastructure institutionnelle ». Le Comité d’Experts n’a ni vocation ni habilitation à traiter ces questions, a-t-il ajouté.

Pas question pour lui de cautionner une telle dynamique où la fuite en avant le dispute à la course de vitesse. L’ancien Premier ministre a la ferme conviction qu’à défaut d’un vrai débat national refondateur, il n’y a aucune raison pour lui de participer à une opération qui exclut les Maliens qui aspirent à être acteurs et actrices de leur avenir et de celui de leur pays. A l’en croire, la grave épreuve que le pays connaît, doit aboutir à un sursaut national qui permettra de donner à notre démocratie, l’Etat fort, juste et efficace dont elle a besoin.

Daouda T. Konaté

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. il faut un peu de sérieux ,quelqu’un qui envisage une solution ne mérite pas traiter comme un collègue de grin .
    Sidibé n’est pas n’importe qui dans gestion de ce pays

  2. Sachez que cette révision n’est ni opportune encore moins nécessaire comme on veut nous le faire croire. En plus l’assemblée nationale actuelle est en situation de transition, donc n’est pas légale pour initier ces genres de projet touchant à la loi fondamentale. J’ai toujours dit que ce sont les accords signés par un Etat qui s’adaptent à sa constitution or dans notre cas ibkalamité et ses sbires veulent adapter la constitution à leur torchon signé à Alger. Une vraie forfaiture, mais ils trouveront le peuple sur leur route comme à leur première tentative!

  3. Quelle crédibilité accordée a ce vieux grigo versatile sans patriotisme ni croyance que ces propres intérêts volés dans le dernier public aux file des ans?. Il n’exelle que dans les communiqués inutiles mais prêt à bondir sur les bonnes affaires qu’on lui présente. Une vraie sangsue sans tête ni queue. L’avenir du mali ne pourra se construire avec ses politiciens véreux sans foi ni lois. Sa caractéristique principale est de migrer vers ou créér de nouveaux groupement de personnes sans soucis pour l’avenir du pays. N’ayant rien fait pour la nation et conscient de l’absence de confiance des maliens en sa personne, il s’erige alors en pourfendeur acharné de toute lueur d’ initiative visant à redresser le pays. Vile personnalité.

    • Non, non et non! Mr l’insulteur!

      Un peu de retenu et de respect envers les personnes que vous ne connaissez pas du tout…
      Modibo SIDIBE est un homme droit, travailleur, intègre et patriote.
      Sortez de l’anonymat du web… je vous apporterai les preuves irréfutables de la valeur d’homme d’Etat de Modibo… qui a fait ses preuves partout il est passé.

      Attention à ce que vous dites, sans raisons

  4. Comment un régime se comporte toujours de façon bizarre et très bizarre dans la gestion de son pouvoir en considérant l’opposition et le reste du peuple malien comme des pestiférés depuis sa mise en place en septembre 2013?
    Un Président bizarre et très bizarre qui n’a pas vu malheureusement le 26 mars 1991, mais que le mouvement démocratique a accepté de lui laisser la part du lion après la chute du dictateur Moussa TRAORE. C’est dommage de la part de ce mouvement démocratique qui a laissé faire trop, trop et trop de bêtises après la chute du régime dictatorial de Moussa TRAORE, pourtant les vrais hommes et femmes qui pouvaient prendre cette part du lion sont restés sur leur faim et leur soif. Ce mouvement démocratique était aussi bizarre et très bizarre et voici aujourd’hui les conséquences de ce comportement bizarre après la chute du dictateur Moussa TRAORE.
    IBK ne devrait pas être accepté par le mouvement démocratique, mais avec les bêtises en répétition des ténors de ce moment, c’est à dire Alpha Oumar KONARE et son entourage l’acceptation d’IBK est devenu une réalité en bannissant d’un revers de main les vrais hommes et femmes qui devaient prendre le pouvoir exécutif à la place d’IBK.
    Aujourd’hui, il devient un fléau, un homme désorienté et qui confond tout et tout dans l’exercice de son pouvoir.
    Comment peut-on accepter toucher une constitution conçue dans le sang de maliens aujourd’hui considérés comme des martyrs dans le carré des martyrs de Niaréla sans interroger l’ensemble de ce peuple?
    Décidément IBK et son entourage sont de véritables ignorants, pourtant des hommes comme Makan Moussa SISSOKO était parmi les grands combattants de cette chute du régime dictatorial de Moussa TRAORE. L’argent dénature les hommes, c’est cela seul qui peut expliquer le comportement bizarre de ces deux hommes que nous ne reconnaissons plus.
    IBK, on ne peut pas changer une constitution chèrement obtenue après une lutte mortelle en mars 1991. Arrêtez IBK et ses hommes! Arrêtez IBK et ses hommes! Arrêtez IBK et ses hommes pour le bonheur de vous mêmes, de vos familles et de l’ensemble des maliens. Qu’Allah le tout puissant protège le Mali.
    Même si le contenu de ce projet est très bon pour le Mali selon les hommes et femmes de la partie présidentielle, la manière n’y est pas, il faut retenir que la minière de dire bonjours peut devenir injurieuse si elle n’est pas faite avec un certain respect à l’intention des destinataires de ce bonjour.
    Nous restions certains qu’IBK et ses hommes se ressaisisserons très prochainement pour le bonheur de l’ensemble du Mali.

  5. Tu nous fais perdre le temps Modibo. En période de crise comme tu le dis, il faut des réformes urgentes. Si tu te colles à ta position, on continue sans toi

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here