Sadi : la vie du parti et préparatifs des prochaines échéances électorales passés en revue

0

Présidée par le président du parti Sadi, Dr. Oumar Mariko, la journée d’échanges entre le bureau politique, les élus nationaux, à savoir les maires, les adjoints aux maires, les membres de Commissions de contrôle, d’arbitrage et de conciliation, et ceux de la commission scientifique du parti, a eu lieu le samedi 18 juin 2016 au Centre de formation professionnelle de Niamana. Objectif : asseoir dans la conscience des  élus les principes du socialisme et les préparer  à affronter les élections à venir (communales, régionales).

 

En vue de rendre visibles ses élus nationaux et asseoir les notions du socialisme, de patriotisme, dans le but d’avoir véritablement un parti digne de ce nom, le bureau politique du parti Sadi a initié une journée d’échanges.

Selon le président du parti, Oumar Mariko, qui présidait cette journée d’échanges avec les élus nationaux, cette rencontre entre dans le cadre de la vision du parti à partager les informations entre le sommet et la base. À l’en croire, elle permettra aux élus de donner leurs points de vue sur la vie du parti.

Dr. Mariko a ensuite rassuré que le parti Sadi se porte à merveille et s’agrandit de jour en jour. «Nous devons comprendre que les vieilles pratiques de la politique ne sont plus à l’ordre du jour. Nous avons certes perdu 5 élus, mais plus de 15 élus communaux ont quitté leur parti pour rejoindre le parti Sadi. À Kéniéba, des maires ont rejoint le Sadi ; le 1er conseiller adjoint a quitté le Rpm pour le Sadi. Cela est important, surtout quand on sait que c’est le Rpm qui est au pouvoir. Cela veut dire beaucoup de choses», a-t-il déclaré.

Parlant de sa récente visite en France, l’honorable Mariko, non moins président du parti Sadi, dit avoir été invité par le parti communiste français. «Nous avons profité pour rendre visite à nos militants dans les différents lieux de regroupements et organiser une assemblée générale à la mairie de Montreuil, pour nous imprégner de leurs conditions de vie», a expliqué Dr. Mariko.

Gabriel TIENOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER