Sortie de crise sociopolitique : Le RPM opte pour des législatives partielles

0

Face à la crise sociopolitique qui perdure, le Rassemblement pour le Mali (RPM), parti au pouvoir, a adressé au Président de la République un mémorandum contenant des propositions de sortie de crise.  Dans ledit document, le parti met l’accent sur l’éthique et les principes démocratiques.  

De l’analyse de la situation sociopolitique du Mali, le bureau politique du Rassemblement pour le Mali estime que  la désobéissance civile lancée par M5 RFP (Forces de l’opposition) déstabilise les institutions de la République du Mali, paralyse les services publics de l’Etat et menace les pouvoirs du Président IBK, ainsi que le fonctionnement des pouvoirs publics et la continuité de l’Etat. Pour y faire face et répondre aux aspirations du peuple, une  délégation du RPM  conduite par son président, Dr Bakary Tréta, a rencontré le Président IBK à son domicile, à Sébénicoro, le samedi 25 juillet 2020. A en croire le document produit par le RPM, les échanges ont porté sur la crise sociopolitique au Mali et les recherches de solutions avec le Président IBK pour une sortie honorable et renforcée du parti RPM de la crise.

Aussi, le parti a-t-il exprimé sa position sur les actes qui ont été déjà posés par le Président IBK dans ses adresses à la nation, les recommandations de la Cedeao au cours des deux missions qu’elle a effectuées à savoir la Mission de bons offices et la mission de Médiation conduite par l’ancien Président de la République Fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan, le mini-sommet des chefs d’Etat tenu à Bamako, le jeudi 23 juillet et enfin la position du  parti face au mémorandum du M5 RFP pour la démission  du Président, la dissolution de l’Assemblée nationale

Ainsi,  le bureau politique national du RPM a décidé de s’assumer en réclamant son statut de parti majoritaire avant de revendiquer le poste de Premier ministre pour la formation du futur gouvernement d’Union nationale, en considération des recommandations et résolutions issues du DNI.

S’agissant des questions électorales, le BPN RPM s’oppose à toute dissolution de l’Assemblée nationale et exprime son soutien indéfectible au Président de la République IBK pour la mise en œuvre de toutes ses offres et décisions ainsi que des recommandations actuelles et futures de la Cedeao pour les résolutions de sortie de crise. Il s’engage à garantir au Président IBK dans les règles de la loyauté et de la confiance la stabilité des Institutions de la République, l’apaisement du climat politique et social, le fonctionnement des services publics et réclame pour parvenir à ces fins la gestion du pouvoir et des institutions de la République. Il soutient également l’offre politique du Rassemblement national proposé par le Président IBK et s’engage à sa mise en œuvre efficiente et efficace avec l’ensemble des forces politiques et sociales de la crise sociopolitique au Mali dans la sincérité, la confiance et la loyauté.

Partant, le parti présidentiel félicite et salue le Président IBK pour son écoute et sa disponibilité constantes pour le RPM et l’ensemble du peuple malien et l’encourage à poursuivre toutes les voies et moyens politiques et légaux pour la recherche de solution pour les listes dont l’Administration territoriale les avaient données gagnantes du scrutin.

A cet effet, précise le document, « le parti exprime sa position clairement favorable aux partielles et s’oppose à toute dissolution de l’Assemblée nationale».

Partant, les responsables du RPM indiquent accorder un grand intérêt à toutes les prises de position et initiatives du groupe des 03 conseillers de la Cour constitutionnelle à travers le recours gracieux que la Présidente de la Cour Manassa Danioko a adressé au Président contre le décret n°2020-0312/P-RM du 11 juillet 2020n demandant son annulation gracieuse pour les vices de forme et de fond constitutionnels qu’elle argue et propose au Président d’activer au cas où le recours a retenu son attention, l’article 50 de la constitution pour les prérogatives exceptionnelles du Président, de consulter au besoin la Présidente de la Cour, le Président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre tous avant leur départ pour rapporter son décret en prenant un nouveau décret dans le même sens afin de donner un fondement constitutionnel à sa décision et sortir des bras de fer juridico-politiques qui pourraient alimenter les débats politiques sur la cour constitutionnelle et l’Assemblée Nationale.

Aussi, le parti présidentiel soutient et s’approprie des recommandations de la Cedeao qui s’adossent sur le protocole additionnel de la démocratie et de la bonne gouvernante dans l’espace communautaire de la Cedeao ratifié par le Mali, pays membre et partage la position de la Cedeao sur la recomposition de la Cour constitutionnelle pour une révision de l’arrêt de la Cour au second tour des élections législatives en ce qui concerne les 30 sièges des députés à l’Assemblée nationale sont concernés.

Aussi, le parti s’oppose à toute dissolution de l’Assemblée nationale qui serait pour le M5-RFP un moyen détourné pour mettre en place une constituante à l’Assemblée nationale ; position qu’ils ont défendue et perdue au DNI.

Le M5-RFP espère dans sa tentative de dissolution de l’Assemblée nationale de reconquérir une légitimité auprès du peuple et de déstabiliser le pouvoir par l’accaparement de l’Assemblée nationale à travers une constituante et l’organisation d’une conférence

nationale dont les résolutions vont s’imposer au Président de la République par l’abrègement du mandat et la révision constitutionnelle pour y insérer des dispositions renforçant la « Charia » et l’Etat islamique.

Le RPM s’oppose au choix du Premier ministre dans les rangs de l’opposition.

Le RPM défend cette position à travers le choix libre et éclairé que le peuple malien a exprimé en sa faveur lors des consultations populaires pour les échéances électorales des législatives de mars-avril 2020 organisées par le gouvernement du Mali à la suite des résolutions du DNI adoptées par le peuple malien.

Le RPM se satisfait des résultats qu’il a obtenus lors de ce scrutin et qui le conforte dans son statut de parti majoritaire, avec 51 députés et leaders incontestés de la classe politique malienne.

En conclusion de toutes ces analyses qui précèdent et eu égard à la situation sociopolitique que le Mali traverse actuellement, le RPM entend s’assumer pour le pouvoir de IBK et son mandat dans les règles absolues de la loyauté, de la sincérité.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here