Stabilité et prospérité du Mali : Le CERM compte faire de la crise une opportunité

0

“Il faut que nous réfléchissions à faire cette crise une opportunité”. C’est en substance ce qu’a dit l’ancien ministre Ousmane Sy lors du colloque organisé, samedi dernier, par le cercle d’Etude et de Réflexion du Mali (CERM) sur le thème: “Mali post-crise: quelles réformes pour un Mali stable et prospère?”. Un colloque organisé en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert Sttifung (FES) à l’Hôtel Radisson. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Décentralisation, Mohamed AG Erlaf.

Des représentants des organisations de la société civile, des hommes politiques et des chercheurs ont pris part à ce colloque.

En initiant ce colloque, le CERM, a indiqué son président, juge nécessaire, voire indispensable une réflexion approfondie sur la crise inédite qui a profondément touché, choqué et bouleversé le peuple malien.

“Il faut que nous réfléchissions à faire cette crise une opportunité. Le peuple malien doit en sortir fort et c’est ce que le CERM entend faire en organisant ce colloque”, a rappelé Ousmane Sy.

Des réformes sont-elles nécessaires pour résoudre la crise malienne?

Selon le dernier sondage de Mali-mètre réalisé en 2015, par la Fondation Friedrich Ebert Sttifung, 70% des Maliens approuvent une réforme de l’État ou de la Gouvernance.

Pour le représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES), il est certes vrai que la paix est gage de toute amélioration de la situation, mais on ne devrait pas perdre de vue les solutions qui garantiront un Mali stable et prospère. Il s’agit là, dit –il, des réformes politiques et institutionnelles, économiques et sociales, juridiques et judiciaires. “Ce sont ces réformes qui permettent de rétablir la confiance entre les citoyens et entre eux et l’État. Elles permettent d’améliorer considérablement les conditions socioéconomiques des jeunes qui constituent la très forte majorité de la société Malienne. Elles permettent une relation adéquate entre la croissance démographique et la croissance économique”, a souligné le représentant de la FES, Jan H. FALBUSCH.

Le ministre de la Décentralisation, Mohamed AG Erlaf a assuré que le gouvernement accordera une attention particulière aux recommandations issues de ce colloque. Cela, pour une meilleure mise en œuvre de l’accord de paix, prenant en compte les résolutions des assises sur les régions du Nord et le forum sur la décentralisation.

Abou Berthé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER