PRESIDENTIELLE 2007 : Un duel à mort

0

Donné favori, aux présidentielles d’avril prochain, le Généralus léopardis pleure, déjà, sur la dépouille de son second mandat : la plate –forme présidentielle se lézarde, peu à peu, comme un palais de sable ; et ses leaders, échaudés par la promesse d’un remaniement ministériel étouffé dans l’œuf, s’apprêtent à accoucher d’un gigantesque regroupement politique, capable de transformer le « Takokélen » en « Takofila »… Sans compter, la stratégie secrète, mise en œuvre par Alpha, avec qui il n’est plus en odeur de sainteté. Le péril, sur la réélection du Généralus léopardis, s’annonce comme un K.O, avant même le combat.rn

« A.T.T, c’est notre ennemi. Spécialiste des fausses promesses, ce gars –là est venu pour tuer les partis politiques, sacrifiés cinq ans durant sur l’autel du consensus. S’il pense que nous sommes dupes, il se trompe. Au soir des présidentielles, il s’en mordra le doigt ».

rn

rn


rn

Les gestes hauts et forts, ce leader de l’ADP –qui a requis l’anonymat –ne mâche pas ses mots, pour fustiger ce qu’il appelle le « mythe A.T.T. ». Et un autre leader politique, signataire de la plate –forme présidentielle d’ajouter, avec une colère, qui ne trompe guère : « S’il veut notre soutien, il doit y mettre le prix. Et comme il n’est pas disposer à le faire, nous nous retirons de l’ADP ».

rn

rn

A quatre mois des présidentielles, la Mouvance présidentielle semble prendre de l’eau de toute part. l’ADP est sur le point de voler en éclats. Et le Mouvement citoyen, au bord de l’essoufflement. Les réunions nocturnes, au cours desquelles les stratégies de campagne sont élaborées, ont fait place à la politique spectacle : matchs de football, inaugurations et cérémonies de baptême… au cours desquels, on déclame le nom du « prince de Koulouba », comme dans un poème de Senghor.

rn

rn

Ceux qui, il y a peu, ne juraient que par le Généralus Léopardis, ont fini par déchanter. L’espoir a fait place au cauchemar. Du coup, chacun se cherche. A commencer par les politicards, cas d’attendre des promesses, qui tardent à se voir honorées.

rn

rn

A l’origine de cette défection quasi –générale, le dribleur national : Alpha Oumar Konaré, en bouille avec son successeur depuis plusieurs mois. De bonnes sources, les deux hommes ne se téléphonent plus, ne se concertent plus.

rn

rn

Péril sur la réélection d’A.T.T

rn

rn

Au cours de son séjour d’une semaine dans notre pays, Alpha –toujours selon nos sources –aurait convoqué les caciques de l’Adema à sa résidence de Titibougou. Objectif de cette réunion, à laquelle ont pris part d’autres leaders politiques : la mise à mort de l’ADP, mais aussi, la créations d’un grand regroupement politique. Avec à sa tête, l’Adema.

rn

rn

De sources dignes de foi, il s’agit de transformer le « Takokolen » en « Takofila ». Et du coup, briser le rêve du Généralus léopardis de briser un second et dernier mandat. La monstrueuse machine politique compte, déjà, onze partis politiques, dont la puissance de feu fera mouche dans les urnes.

rn

rn

Du côté de l’opposition, on se prépare à enfourcher les grands chevaux, capables d’escalader la colline du pouvoir.

rn

rn

Pour Alpha, qui prépare son retour définitif sur les rives du djoliba, le régime du Généralus léopardis s’ « UDPMuse ». Certes, dit –il, son successeur peut être fière de son bilan. Mais jamais, les maliens n’ont été aussi pauvres. Sept familles sur dix peinent à s’octroyer trois repas par jour. Le détournement du dénier public a franchi le seuil du tolérable. Et la lutte contre la corruption et la délinquance financière, au point « maure ».

rn

rn

Mieux, constate Alpha, il n’y a aucune lisibilité dans la gestion actuelle de notre pays ; lequel semble être piloté à vue, par des hommes incapables d’anticiper sur le cours des évènements, afin d’offrir des perspectives à nos concitoyens.

rn

rn

Autre grief d’Alpha conte A.T.T : la marginalisation de l’Adema, à qui il doit, en partie, son trône. Mais surtout, l’instrumentalisation des partis politiques, dilués dans un consensus, sans tête, ni queue.

rn

rn

Autant de griefs qui, selon nos interlocuteurs, plaident en défaveur d’A.T.T. pour un second et dernier mandat.

rn

rn

Le plan secret, mis en branle par Alpha, participe de ce changement de cap. Et surtout, de candidat aux présidentielles d’avril prochain. Ceux qui croient au « Takokélen » d’A.T.T risque fort de s’en mordre les doigts.

rn

rn

En politique, comme à la guerre, l’erreur se paie chère. Très chère.

rn

rn

« Je ne serai jamais un chef d’Etat à la retraite. Je resterai, toujours un militant de l’Adema », a indiqué Alpha, après avoir passé le témoin au Généralus léopardis. Une déclaration, qui vaut son pesant de cacahuètes.

rn

Le Mollah Omar

Commentaires via Facebook :

PARTAGER