Que sont-ils devenus… Ibrahim Labass Kéïta : Journaliste piquant, touche à tout

1

Son vrai nom est Ibrahima Kéïta, Labass est le prénom de son père. Pourtant, il a tendance à manger celui de l’enfant parce que tout le monde l’appelle “Labass”. Ibrahima Kéïta est l’un de nos aînés qui maîtrisent le monde médiatique. Journaliste, rédacteur en chef, puis directeur de publication du journal “Le Scorpion”, il tient la plume depuis plus de 30 ans. C’est un passionné de la liberté de la presse, convaincu que la presse est le baromètre de la démocratie, le rempart contre les dérives totalitaires. Cette liberté n’est-elle pas assimilable à un laisser-aller eu égard aux nombreux procès intentés contre les journalistes ? Il soutient mordicus que la liberté de presse n’est pas synonyme de laisser-aller dans les démocraties africaines en dépit de multiples procès intentés contre les journalistes. Cependant, la liberté de presse ne signifie pas anarchie. Les journalistes ne doivent pas se permettre d’insulter les institutions de la République et les princes au pouvoir, ils doivent critiquer pour construire cette démocratie et non la détruire. Ces échanges avec l’ancien dirpub du journal “Scorpion” ont lieu dans le cadre de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”. Qui est ce journaliste chevronné ? Prédestiné à enseigner après ses études supérieures, comment s’est-il retrouvé dans le monde médiatique ? Quel jugement fait-il de l’éthique et la déontologie ? Au terme de ce premier contact direct avec l’homme, nous affirmons sans complaisance, qu’il se caractérise par le respect de son prochain, une attitude qui constitue un maillon important de notre existence en perte de vitesse dans notre société.

Nous avons connu physiquement Ibrahima Labass Kéïta à la Maison de la presse en 2005, qui abritait le siège de l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM). Nous y étions fréquents pour des voyages pour les finales de Coupe du Mali à l’intérieur. C’est au cours d’une discussion avec le confrère Souleymane Diallo (du journal Le Républicain à l’époque) que nous avons déduit son intime conviction sur le bien-fondé de ses argumentations. Le débat portait sur l’affaire Malal Ndiaye. Le Djoliba l’a fait évoluer pendant qu’il était sous le coup d’une suspension.

Conséquence ? Six points retirés au club. Les Rouges n’étaient pas d’accord et le Ségal de la Fémafoot sollicita l’éclairage de la Fifa, sur certains points du règlement relatifs à la suspension d’un joueur.

Finalement le Djoliba a retrouvé ses six points. Mais en attendant cette décision du bureau fédéral, Ibrahima Labass Kéïta et Souleymane Diallo avaient des interprétations divergentes. Et les idées ne se sont pas raccordées, chacun est resté campé sur sa position.

Ibrahima Labass Kéïta est un homme sérieux, discipliné avec des principes pointus sur tout ce qu’il fait. En le rencontrant le week-end dernier, notre question sur ces qualités l’a surpris. Parce qu’il ne s’attendait pas que nous ayons une connaissance sur sa personne, minime soit-elle. Il a fallu notre insistance pour qu’il dise que l’éducation conservatoire d’un papa très dur, la surveillance permanente d’une maman et le soutien de sa grande sœur Aminata Kéita sont la recette de son sérieux et de sa réussite dans la vie.

Ibrahima Labass est détenteur d’une maîtrise en philo-psychopédagogie, obtenu à l’EN Sup en 1989, et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées décroché à la Faculté de droit de l’Université de Montréal (Québec, Canada) en 2001. Un cursus universitaire qui lui a permis de cheminer dans l’espace médiatique. Comment comprendre que ce jeune par sa formation, prédestiné à enseigner change d’avis pour un autre domaine ? A sa sortie de l’EN Sup il passe pratiquement deux années sabbatiques au champ familial comme conducteur des travaux.

Quand il décide de revenir à Bamako, c’était pour servir dans la presse. Pourquoi ? En 1988 il croise dans le hall de l’EN Sup, le Pr. Mamadou Lamine Traoré (celui-ci l’a enseigné), qui venait d’assister à la conférence de professeurs sur les thèmes de mémoire.

L’ancien ministre de l’Education lui propose un titre de mémoire “Presse et idéologie (cas de Jeune Afrique)”. Ibrahima Labass saute sur l’occasion et se met immédiatement au travail à une année de sa sortie. Au lendemain de sa soutenance, le Pr. Mamadou Lamine Traoré lui conseille la presse à défaut d’un poste d’enseignant. Parce que son élève a abattu un travail remarquable dans son mémoire. Il garde en mémoire telle une sourate cette directive de son maître. Par le plus pur hasard, il fait un tour au kiosque et tombe sur un avis de recrutement du journal “Le Scorpion”.

Ibrahima Labass prépare sa candidature et rencontre le directeur de publication de l’organe, Mahamane Hamèye Cissé. Les explications des conditions de travail de celui-ci sont assorties de son recrutement. Son premier article crée un scandale. Comment ? Ibrahima Labass explique : “J’ai écrit sur l’US-RDA, en prédisant une implosion au prochain congrès. Parce que les prémices étaient là, avec l’arrivée de Tiéoulé Mamadou Konaté. Après cet article, un responsable du parti, Mamadou Gologo débarque à la rédaction avec un manuscrit de 16 pages comme démenti. Très virulent, il n’a pas apprécié le titre implosion. J’étais convaincu de ma plume. Parce que je connais ce parti, pour l’avoir suivi de très près. Effectivement, en janvier 1992, le congrès a été le théâtre d’agressions entre les militants et certains responsables. Ce jour-là, les pros Baba Akhib Haïdara se sont réunis au Soudan Ciné, et les partisans de Tiéoulé Mamadou Konaté ont tenu leur congrès dans une villa à l’Hippodrome. Finalement, les deux clans se sont retrouvés devant la Cour suprême. La famille de l’US RDA s’est disloquée”.

Ainsi le jeune journaliste eut raison. Ce coup d’essai ne pouvait que requinquer le moral du journaliste-reporter Ibrahima Labass Kéita. Il impose sa méthode de travail, pour traiter des sujets d’analyse. Dès ses premières heures dans la presse, il s’est battu pour le respect de l’éthique et de la déontologie. Il s’est focalisé sur la lutte autour de la Convention collective pour la presse. Il déplore la disparition des bonnes plumes de l’ère démocratique, conséquence du non accompagnement de l’Etat qui n’a jamais accepté de créer un chapitre spécial, pour la presse. Si ce ne sont que des subventions.

Journaliste débutant, comment s’est-il fait un chemin entre les mains d’un doyen professionnel ? Ibrahima Labass rend un vibrant hommage à son ancien directeur de publication, Mahamane Hamèye Cissé qu’il décrit comme un homme exceptionnel, qui a le sens du management, du social et de l’esprit de partage. Son geste qui l’a beaucoup marqué est sa décision de lui céder son véhicule, quand il partait à la Haute autorité de la communication (Hac). Ce jour-là, M. Cissé n’avait pas encore son véhicule de service, mais il a préféré marcher à pied jusqu’à sa prise de service.

Gratitude

Par reconnaissance, il réfléchit toujours avant de poser un acte vis-à-vis de son grand frère Mahamane Hamèye Cissé. C’est à côté de ce doyen professionnel de la presse malienne que notre héros de la semaine a gravi tous les échelons avec à la clef une quarantaine de formations sur le plan national et international. Ainsi il a occupé les fonctions suivantes :

– Mars 1995-juillet 2015 : Rédacteur en chef du journal, “Le Scorpion”

– Juillet 2015-février 2019 : Directeur de publication du même journal

– Mars 2019-juin 2020 : Chargé de communication du Projet Awart-Mali de l’ONG, Le Tonus de Kati (République du Mali)

– Juin 2020-octobre 2020 : A nouveau directeur de publication du journal “Le Scorpion”

Depuis 2012 : Professeur vacataire chargé des cours de “Sociologie des médias” et de “Communication de crise” à la filière “Communication des organisations” de la Faculté des sciences  sociales (Fasso) de l’Université de Ségou (République du Mali).

– 2014 à 2020 : Directeur de mémoire d’une quarantaine d’étudiants finalistes de l’Université de Ségou.

– 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020 : Professeur vacataire chargé des cours de “Communication événementielle”, “Relation publique-relation presse”, “Techniques de la communication spécialisée” à l’ESTM (Ecole supérieure de technologies et management) de Bamako.

– 2017-2018, 2018-2019 : Professeur vacataire chargé des cours du “Droit d’information” et d’“Analyse journalistique” à l’IHEM (Institut des hautes études et management) de Bamako.

Un carnet d’adresses intellectuelles qui lui a permis d’occuper depuis 2020 les fonctions de chargé de mission à la Haute autorité de la communication du Mali (Hac).

Ibrahima Labass Kéïta est marié et père de quatre enfants. Dans la vie, il aime les voyages d’études, la lecture et déteste l’hypocrisie. Ibrahima Labass Kéïta est marié et père de quatre enfants.

Ibrahima Labass retient trois bons souvenirs : son passage dans la Coalition malienne “Publiez ce que vous payez”. Une ONG qu’il a intégrée au début sans conviction, mais qui finira par assurer son indépendance à un moment donné de sa vie, ses relations de travail avec le ministre Adama Samassékou, quand celui-ci dirigeait le département de l’Education nationale.

L’inauguration du pont de Wabaria à Gao, où des jeunes du PDES ont péri en cours de route, le décès de l’éphémère dirpub du journal Scorpion, Oumar Sékou Sow, qui avait pris les rênes de l’organe au départ de Mahamane Hamèye Cissé au Conseil supérieur de la communication, sont ses mauvais souvenirs.

O. Roger Tél (00223) 63 88 24 23

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here