Amélioration de la santé sexuelle et de la reproduction : 35 boursiers formés par l’OOAS et la FSJP reçoivent leurs attestations de fin de formation

0

La  Faculté  de Droit Public (FDPU) de  l’Université  des  sciences juridiques  et politique  de Bamako (UJSPB),  a servi de  cadre  le 18 janvier 2019,  à la cérémonie  de  clôture  de fin de  formation  en Information, éducation, communication (IEC); communication  pour  le changement  de  comportement (CCC), genre-droit  humain  et santé  de  la reproduction, organisée  par l’Organisation  Ouest  Africaine  de  la Santé (OOAS) en collaboration  avec l’USJPB. La  cérémonie  a  été  présidée par Mme  Sidibé  Adam Traoré, chef  de cabinet  de  la première  dame du Mali, Mme  Kéita Aminata Maiga, marraine  de l’évènement,  en présence  des  représentants  des départements de la santé et de l’hygiène publique, de l’éducation nationale, de l’innovation et de la recherche scientifique, du Maire de la Commune III, le vice Doyen de la Fsjpb, Pr Bouréima Kanasaye, le représentant de l’OOAS, Dr Diarra Dounanké, le Doyen de la FDPU, Pr Bakary Camara.

La remise d’attestation a concerné 35 boursiers issus des différents  services publics et acteurs de la société  civile  qui ont suivi du 23 novembre au 5 décembre 2018, une formation intense avec des experts nationaux et internationaux sur la  santé de la reproduction et sur le droit humain.

Le Doyen de la FDPU, Pr Bakary Camara  a placé l’évènement  dans son contexte. « C’est  dans  le cadre  de  la promotion  des  droits de  santé sexuelle  et  de la reproduction, que l’Organisation  Ouest  Africaine  de la Santé (OOAS) à  travers le Projet  démographie  et  santé  sexuelle  et  de  la reproduction (Demsan) financé  par  l’Agence  Française  de  développement, et organisé   en  partenariat  avec l’USJPB,  que   cette  formation  continue  diplômante  de niveau  Certificat  et  IEC-CCC, Genre-Droits Humains  et  Santé  de  la Reproduction, a été tenue ». Il a salué  l’initiative de  l’OOAS, des départements de départements et de la FSJPB de cette initiative avant d’annoncer la poursuite en Master de cette formation. Pour ce faire, il a souhaité l’accompagnement  des uns et des autres pour la poursuite.

Selon  le vice recteur de la FSJPB, Pr Bouréima Kansaye, l e certificat IEC-CCC-Genre-Droits humains et santé de la reproduction, s’inscrit dans la dynamique d’opérationnalisation des politiques publiques de santé, des politiques publiques de genre, celles sur les droits humains et celles relatives à la communication pour le changement de comportement élaborées  au niveau  étatique. Elle est une formation, dit-il,  pluridisciplinaire de haut niveau destinée aux acteurs  de la santé et de l’action sociale, aux acteurs des droits humains  et  des professionnels de la communication, aux responsables des ONG, aux  juristes, sociologues, psychologiques, responsables des brigades de gendarmerie  effectuant  les  patrouilles éducatives aux droits humains et dissuasives de la pratique de l’excision, aux responsables des brigades régionales de protection de l’enfant, aux attachés de santé, sages-femmes, infirmiers (armée de terre) etc.

De  l’avis du représentant de l’OOAS, Dr Diarra Dounaké, cette formation vise non seulement un renforcement  des capacités des acteurs intervenants du  domaine  de la santé  et de l’action sociale, mais  aussi du genre et des droits de la femme/fille en vue d’avoir  un changement  social dans les rapports sociaux de sexe, dans les relations entre professionnels de  santé et patients et donc  une amélioration  de la santé  et de la reproduction de vie des populations.

Le projet  OOAS  dure  4 ans est mis  en exécution  dans  trois universités  ouest  africaines  (Mali, du Burkina Faso et du Niger)  à travers  des  départements de la santé  desdits pays.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here