Journée mondiale de lutte contre le paludisme : Un seul objectif désormais, l’éradication de la pandémie

0

Malgré la bonne dynamique des pays du Sud du Sahara pour éradiquer le fléau du paludisme, un réel besoin de renforcer davantage la lutte se fait sentir pour atteindre les objectifs fixés. C’est pourquoi, dans une ambiance des grands jours, notre pays a célébré au CICB, le lundi 25 Avril 2016, la 9ème Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme (JMLP), couplée avec la Semaine Nationale de Lutte contre cette parasitose.

La cérémonie était placée sous la présidence du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Togo Marie-Madeleine Togo, en présence du représentant de  l’Organisation Mondiale de la Santé au Mali, Dr Lucien Manga, de l’Ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Paul A.Folmsbee, du représentant du Maire de la Commune III et de des Ministres N’Diaye Ramatoulaye Diallo de la Culture, Nango Dembélé de l’Elevage, et Mamadou Hachim Koumaré de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement.

Rappelons que la célébration du 25 Avril a été instituée par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2007, avec comme objectif principal de renforcer le plaidoyer et la mobilisation sociale autour des stratégies de lutte contre le paludisme. Pour cette 9ème édition, le thème choisi était «En finir pour de bon avec le Paludisme».

Selon le rapport de l’OMS de 2015, 214 millions de cas cliniques de paludisme ont été enregistrés dans le monde, entraînant avec 438 000 décès, soit 146 000 de moins qu’en 2014. Plus de 88% des cas surviennent en Afrique au Sud du Sahara chez les jeunes enfants majoritairement.

Malgré de nets progrès dans la lutte mondiale contre le mal, selon l’Ambassadeur des Etats-Unis au Mali, une grande majorité des décès concerne les enfants de moins de 5 ans. Plus de six millions de décès dus au paludisme ont été évités dans le monde entier et le Mali a pu, avec l’aide de ses partenaires, réduire depuis 2006 la mortalité liée à ce fléau de 49%.

Paul A Folmsbee a conclu son intervention en donnant l’assurance que le gouvernement américain continuerait à appuyer les efforts de notre pays à travers le MPI, (Initiative Présidentielle de lutte Contre le Paludisme, pour aller vers un Mali sans Paludisme.

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Marie-Madeleine Togo, dans son discours de lancement, a rappelé l’ampleur des dégâts que le fléau fait sur les populations et l’économie au Mali. «Les statistiques sanitaires font état de 2 369 245 cas de paludisme, dont 686 007 cas graves et 1 978 décès, soit un taux de létalité de 8,9%»a-t-elle souligné.

Et le Ministre de poursuivre, «le paludisme affecte la croissance économique de notre pays de 1,3%, du fait de l’absentéisme au travail ou à l’école. Selon une étude de l’INRSP de 2006, les pertes économiques dues au paludisme sont estimées à 72 milliards de FCFA par an».

Face à toutes ces conséquences, elle a invité les partenaires techniques et financiers à aider le Mali à renforcer la lutte, à travers des actions synergiques. Il s’agit entre autres de l’utilisation des CTA, de la prévention intermittente, de l’utilisation des moustiquaires imprégnées à longue durée de vie, de la pulvérisation intra domiciliaire, de la chimio prévention saisonnière et autres actions de salubrité.

D’autres temps forts de la cérémonie ont été les prestations de l’Ensemble instrumental du Mali et du groupe Nyogolon, ainsi que la visite des stands d’exposition.

Mohamed Naman Keita 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER