Qualité des médicaments antipaludiques : un dispositif de contrôle au laboratoire national de la santé avec l’appui de l’USAID

0

Cette restitution était consécutive à la reprise des activités et portait également sur le 1er round 2014-2015. Ont pris part à ce séminaire-atelier de restitution, le professeur Benoît Yaranga Koumaré, directeur général du laboratoire national de la santé (LNS), le représentant du programme de promotion de la qualité des médicaments essentiels auprès de la pharmacopée américaine (USP/PQM), Moustapha Haggou, et le représentant du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Cheick Oumar Dembélé.

 

Le but de l’atelier était de présenter et de discuter sur les résultats de la surveillance des médicaments antipaludiques au cours de ce 1er round 2014-2015 d’une part et, d’autre part, d’évaluer avec les différents participants le programme de promotion de la qualité des médicaments essentiels.

 

Le représentant de l’USP/PQM, Moustapha Haggou, a rappelé que le séminaire se veut à la fois un cadre de présentation des résultats d’analyse de médicaments antipaludiques prélevés au niveau de sites prédéfinis sur l’ensemble du territoire national et d’ évaluation de la mise en œuvre du programme conçu en la matière. Un programme lancé au LNS en 2010, avec l’appui de l’USP-PQM et sous l’égide de l’USAID, par une session de formation centralisée sur l’utilisation des “Kits Minilabs” pour le contrôle de qualité des médicaments antipaludiques et aux techniques d’échantillonnage.

 

Au DG du LNS de préciser que la formation a impliqué les pharmaciens des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et du District de Bamako. Malgré des résultats encourageants, déclare le professeur Benoît YarangaKoumaré, des difficultés persistent. Notamment l’indisponibilité des acteurs formés au niveau des sites sentinelles pour réaliser les analyses du fait des mutations inattendues des agents ou de cumul d’activités ; l’absence de restitution ou de feed-back en cas de difficultés pour les acteurs dans la réalisation des analyses; l’insuffisance de personnel technique au niveau du LNS.

 

A retenir que dans le cadre des résultats préliminaires, 643 échantillons de médicaments antipaludiques ont été analysés au niveau des sites sentinelles. Après les études de confirmation de 136 résultats suspects au LNS, l’ensemble des échantillons analysés a présenté un taux de non conformité global de 2,7% dont 17% imputables à l’amodiaquine, 38% à l’association arthémeter/Lumefanthrine et 45% au sulfate de quinine. A cela, il faut retenir que la surveillance de la qualité des médicaments à travers le contrôle de qualité en post-marketing est une mission essentielle du laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments qui vient en appui aux autorités de la réglementation pharmaceutique.

 

Seydou Karamoko Koné

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER