Adhésion et soutien au mouvement ” maliens tout court ” : Seydou Coulibaly (Pdg de Cira-Mali) et Mamadou Sacko (Pdg de Kama-sa) offrent respectivement 15 et 20 millions Fcfa

0

Non seulement ils ont adhéré au mouvement “Maliens Tout Court”, mais ils y sont allés de leur contribution financière pour soutenir les activités. Ils, ce sont Seydou Coulibaly le Pdg de Cira-Mali et Mamdou Sacko Pdg de Kama-sa. Quand ces hommes qui sont occupés à construire l’économie malienne, loin des feux de l’actualité, sortent de leur discrétion habituelle pour faire parler publiquement leur cœur, c’est la preuve que le capitaine d’industrie Ibrahima Diawara avait vu juste, en lançant son appel pour la restauration de la paix et le vivre ensemble par les enfants du Mali. En effet, à l’heure actuelle, le mouvement apolitique Maliens Tout Court est en train de faire son bonhomme de chemin et se présente comme la meilleure plateforme où peuvent se retrouver les dignes fils du Mali, prêts à tout et usant de leurs propres forces, pour la stabilité et la tranquillité de leur pays.

Qui l’eut cru ! En un mois, une véritable nouvelle armée s’est constituée au Mali. Celle des Maliens Tout Court, prêts à tout pour sauver leur pays des mains invisibles qui cherchent à le détruire en opposant des communautés qui, jadis, se confondaient les unes dans les autres, tellement elles étaient proches.

Mais à la différence des soldats formés dans le culte des armes et du combat physique, cette armée, dotée de la volonté inébranlable de ses membres qui ont tous le corps chaud, mais soutenant une tête froide, cherchent justement à taire les armes, dont le crépitement est l’expression la plus lâche de la haine et de la rancœur.

En effet, avec la volonté on peut soulever des montagnes et cette volonté devient plus redoutable lorsqu’elle s’ancre profondément dans le cœur, qui en fait la seule raison de vivre. Il faut reconnaître que si le monde regardait le Mali par le prisme des informations – parfois exagérées de violences et autres troubles – qui minaient sa stabilité, aujourd’hui, la vision est autre : qui sont ces Maliens consciencieux et honnêtes qui prennent leur bâton de pèlerin pour prêcher urbi et orbi pour la paix intérieure du pays fondée sur la cohésion sociale et la tolérance mutuelle dans le cadre du parfait vivre ensemble ?

Ce ne sont ni des génies ni des supermen, encore moins des surdoués. Ils ont simplement osé en écoutant leur cœur gémir du tréfonds de leur corps, au vu des atrocités qui se produisaient et que l’on attribuait à de prétendus conflits interethniques.

La majorité des Maliens ressentaient la même chose, mais il fallait se laisser doper par ses sentiments pour les transformer en énergie extrêmement positive afin de franchir le pas du ressenti à l’action.

En effet, le cri de cœur d’Ibrahim Diawara, s’il était tout simplement resté comme une de ses sorties de défoulement sur les réseaux sociaux, n’aurait pas connu ce développement. Mais plus qu’un cri de cœur, ce fut un appel plein de sens, de symboles, mais aussi de suggestions, parce que dépourvu de toute rationalité fondée sur un quelconque calcul. Ce fut un message brut, sorti du subconscient qui reste malheureusement un cimetière de bonnes idées enterrées par l’autocensure exercée par le surmoi social dès leur naissance.

Mais si “Maliens Tout Court” attire autant, c’est parce qu’il est en train de faire du très bon travail. Un travail propre et efficace qui ne doit point surprendre, connaissant la qualité des femmes et des hommes qui l’animent. Il ne pouvait aussi en être autrement car si le poisson pourrit par la tête, c’est la tête qui est aussi le garant de sa fraîcheur. Et qui connaît l’initiateur de ce mouvement, Ibrahim Diawara, se rassure qu’il ne s’y passera que du sérieux et du concret.

Autant de raisons qui poussent de grands opérateurs économiques de la place connus, tout comme Diawara, pour leur sérieux et leur détermination, à adhérer au mouvement Maliens Tout Court tout en apportant une contribution financière substantielle pour aider à la réalisation des ambitions.

C’est ainsi qu’après Seydou Coulibaly, Pdg de Cira-Mali qui a apporté une contribution de 15 millions de nos francs, Mamadou Sacko, Pdg de Kama-sa, lui a emboité le pas, avec un appui financier de 20 millions de Fcfa. Et Dieu seul sait que d’autres adhésions de personnes de référence dans ce pays sont annoncées, en plus de multiples contributions pour soutenir le programme d’activités très riche et intelligent, monté par le mouvement Maliens Tout Court, lequel prouve, au fil des jours, qu’il est un creuset de talents divers et variés mis au service du Mali.

04Amadou Bamba NIANG

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here