Aid el-Kebir : Encore et toujours le problème du prix du mouton

8

Sous un ciel couvert, les jeunes Aliou et Amadou Dicko transpirent à force de marcher. Coiffés de turbans et munis d’un petit bidon d’eau en bandoulière, les deux frères ressortissants de la Région de Tombouctou sillonnent les rues de la ville aux Trois caïmans avec leurs moutons qu’ils souhaitent vendre en cette veille de Tabaski. Comme eux, ils sont nombreux les vendeurs qui parcourent les quartiers avec les moutons ou qui s’installent aux abords des goudrons pour attirer l’attention des chefs de famille n’ayant pas encore acheté de moutons pour la Tabaski. Les prix vont de 90.000 Fcfa à 250.000 Fcfa.
À quelques heures de la fête, des chefs de famille sont dans le désarroi à cause de la cherté des prix des moutons. Les enfants en rajoutent au stress à chaque fois qu’ils approchent leurs pères en ces termes : « Papa, quand est-ce que tu vas nous apporter le mouton pour la fête ? »

Des vendeurs qui exercent ce métier depuis plus de 10 ans, confirment la cherté et en donnent des explications. « Les gens trouvent que les prix ont grimpé contrairement aux années précédentes. Mais, on n’y peut rien car à notre niveau également, tout est devenu cher : la nourriture et les frais de transport des moutons. L’acheminement d’un mouton sur Bamako coûte en moyenne 5.000 Fcfa. Sans compter les frais de transport des bêtes de la gare vers les sites de vente », se défendent-ils. Il faut également noter que les éleveurs exportent une bonne partie des moutons vers les pays de la sous-région, ajoute un vendeur.
A notre passage, nos vendeurs deux ambulants proposaient onze béliers. Certaines de ces bêtes sont venues des villages et d’autres, des garbal de la ville de la Bamako. « C’est pourquoi, nous ne pouvons pas vendre nos animaux au même prix », justifiant-ils, précisant que ceux venant des garbals sont les plus chers. Aux dires d’Amadou, le plus âgé, ils préfèrent vendre dans les rues plutôt que d’être dans un garbal, car « c’est la mafia là-bas ». « Si tu ne fais pas partie de leur réseau de vente, il sera difficile pour toi de vendre même un seul mouton. Par contre, dans la rue, tu peux vendre jusqu’à trois moutons par jour», affirme-t-il.

Alors qu’on échangeait avec les vendeurs, un client se présente et s’intéresse au plus gros mouton. Sans une longue discussion, il propose de l’acheter si les vendeurs acceptent de lui faire une réduction de 20.000Fcfa. Proposition acceptée et le mouton est vendu à 200.000 Fcfa, donnant tout de suite du sourire aux vendeurs. Ali (nom d’emprunt du client) a sillonné plusieurs garbal avant de « tomber, par coup de chance, sur ce mouton ». Boureima Tolo, un autre client qui a assisté à la scène, semble impressionner par le pouvoir d’achat d’Ali. Il trouve que les prix ne sont pas abordables cette année. Cependant, il affirme que les vendeurs ambulants sont « moins chers que ceux des garbal ». En plus, dit-il, « j’adore les moutons proposés par les vendeurs ambulants car la majeure partie vient du Nord. Leur viande est très douce ».

Oumar Ongoïba est vétérinaire de formation.
à l’approche de chaque fête de Tabaski, ce ressortissant de Mopti vient à Bamako pour vendre les moutons qu’il a élevé lui-même. “Mais après cette année, je ne viendrai plus vendre de moutons car on perd plus qu’on ne gagne”, se plaint le trentenaire. Le jeune vendeur, que nous avons rencontré à Sébénicoro, entonne la même trompette que nos deux interlocuteurs précédents.

Il soutient l’idée de ne pas aller au garbal. « Ici, je vends librement, comme je veux et au prix que je veux, sans que quelqu’un ne me vole ou ne m’amène des clients pour que je le paie en contrepartie », dit-il. Ses bêtes sont vendues entre 75.000 Fcfa et 200.000 Fcfa.
Oumar a amené 40 moutons de la Région de Mopti. Mais il n’a encore pu écouler que cinq. « Les gens n’ont pas d’argent en ce moment. Ils veulent que nous rendions abordables les prix, ou nous avons beaucoup investi dans ces béliers », se confie notre interlocuteur qui se dit prêt à ramener ses moutons au village plutôt que de les vendre à perte.

Fadi CISSE

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Evgueni Prigojine le vendeur de hot dog , repris de justice, cuisinier en chef du petit tsar va vous aider ……et pilleur de ressources en Afrique à son temps perdu et soutiens des putchistes
    Aucun soucis à se faire
    Pour un monde plus juste bien sûr !!

  2. LAISSEZ LA NATURE ET LES ANIMAUX SE REPOSER DES RELIGIONS DE LA FOLIE.
    LAISSEZ NOS MOUTONS EN PAIX, LAISSER LA NATURE SE REGENERER, SI NOUS NE TUONS PAS DE MOUTONS 5 ANNÉES, NOTRE RESERVE ALIMENTAIRE SE MULTIPLIERA PAR 20 ET NOUS SERONS BEAUCOUP PLUS RICHES ET SECURISÉS

  3. les vendeurs peuvent être retourner avec leurs moutons, pour sacrefier de mouton n’est pas obligatoire , si on a pas de moins .

  4. Le mouton de Tabaski n’est pas obligatoire selon l’Islam, si tu peux c’est bien et si tu ne peux pas c’est bien, car Allah sait tout et voit tout!

  5. Aucune inquiétude KINGUIRANKE et les russes sont là pour pourvoir à volonté
    KINGUIRANKE le veut …… Wagner s’exécute sur le champ

    • Tu es devenu completement fou, car les Russes et Wagner t’ont coupe le sommeil et le cerveau comme a ton president Macron de la maudite France, le pays DECIVILISE!

        • LES PERROQUETS NE CONNAISSENT QUE LES FORMULES ÉTABLIES” VA PRENDRE MÉDICAMENT” , ET AUTRES, RIEN QUE DES ÉTIQUETTES, TOUT LE MONDE EN ÉTIQUETTES, RACISME ARROGANCE RELIGION PAUVRES RICHES ….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!