Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle à Bandiagara : Les raisons du choix judicieux de la tenue de cette 3e édition dans une région en souffrance…

0

La Ville de Bandiagara a été le théâtre d’un grand événement d’une portée sociale, économique, culturelle et sportive dans un contexte marqué par une crise sécuritaire aigue les 26, 27 et 28 décembre 2020 à savoir le lancement de la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la formation professionnelle. Cette cérémonie de lancement fut présidée par Mohamed Salia Touré qui avait à ses côtés le tout nouveau gouverneur de  Mopti, Colonel-major Abass Dembélé.

Etaient aussi présents les membres du cabinet du ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, tous les directeurs des services concentrés, déconcentrés et rattachés du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, des autorités coutumières et locales de Mopti et de Bandiagara, des associations de jeunes et de femmes venus des huit(08) cercles de la région et de plusieurs responsables des différents projets et ONG intervenant dans le développement socio-économique de la région de Mopti.  Ainsi pendant trois jours, la ville de Bandiagara a vibré au rythme effréné de la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la formation professionnelle. Ce choix porté sur la ville de Bandiagara est un signal fort envoyé par les plus hautes autorités de la transition aux populations de la dite ville et à celles de l’ensemble des villes, villages et hameaux de la 5e région en souffrance socialement, économiquement, culturellement et sportivement et dans leur corps et âme du fait de la situation sécuritaire caractérisée de plus en plus par une grande instabilité qui perturbe de façon quasi permanente leur quiétude. En décidant de procéder au lancement de la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la Formation professionnelle à Bandiagara, l’Etat malien à travers le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle a voulu compatir d’abord aux peines et souffrances endurées, en offrant des  opportunités idéales d’emploi et de formation aux populations actives de la région notamment les femmes et les jeunes surtout en situation handicap en vue de la relance de leurs activités génératrices de revenus à l’arrêt depuis le début de la crise sécuritaire. Des propos du 2e adjoint au maire de Bandiagara, Moussa Tembely en passant par le 2e adjoint du conseil de cercle de la dite ville, Boureima Telly, du président du conseil régional de Mopti, Abdoulaye Garba Maiga, tous se sont tous réjouis et se sont félicités de la tenue de cette 3e édition à Bandiagara en cette période d’insécurité quasi-permanente ayant engendrée et occasionnée des tensions communautaires et de réitérer leur doléance à l’endroit du gouvernement malien, une prise des mesures urgentes à savoir le renforcement du dispositif sécuritaire existant à défaut installer ce dispositif  dans toute la région. Le ministre Mohamed Salia Touré au nom de sa délégation, a tenu à remercier les autorités politiques, administratives, coutumières et religieuses de la région et particulièrement celles de Bandiagara pour leur accueil chaleureux et fraternels avant de les rassurer de la prise en compte et de la transmission de l’ensemble de leurs doléances au Premier ministre, Moctar Ouane. Ainsi au cours de ces trois jours, les officiels et le public ont été émerveillé par les produits et les articles confectionnés par les femmes et les jeunes ayant bénéficié des appuis techniques et financiers des projets et des services déconcentrés du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Dans le cadre des échanges et débats organisés par les organisateurs,  des informations détaillées sur les bourses offerts par les services déconcentrés du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et les projets  ont été données  aux femmes et jeunes venus des cercles de la région de Mopti par les différents responsables. Quant au projet FIER, une initiative du gouvernement malien et du projet FIDA, sur les bourses offertes en 2014 consacrées à l’insertion économique des jeunes et des femmes de quatre régions du Mali (Koulikoro, Sikasso, Kayes et Ségou dont dans trois cercles respectivement dans chaque région), 1500 villages de ces quatre régions ont pu bénéficier de ces dites bourses soit 3096 évaluées à 2415869 FCFA. Ainsi pour 2021, 11840 bourses seront offertes à 12 000 femmes alphabétisées dont 60%  seront des jeunes femmes. Rappelons que ce projet a une durée de 8 ans pour un montant de 26 milliards  de francs CFA. Quant aux bourses de l’INIFORP, elles portent sur 2 offres en formation. Ainsi 20 formateurs CFP/IFP de Bandiagara ont bénéficié d’une formation en évaluation selon l’approche par compétence(APC) en 2020. Aussi les bourses offertes par la direction de la formation  professionnelle offertes dans les autres localités du pays ont été largement détaillées et expliqués aux participants. Face à l’insécurité alimentaire ainsi que l’accroissement du chômage occasionné par l’arrêt total de plus de 97% des activités liées au tourisme, aux activités connexes,  l’artisanat, le ralentissement des activités de production de l’agriculture,  de l’élevage,  de la pêche et du commerce, cette édition de la bourse de l’Emploi et de la Formation professionnelle était la bienvenue pour soulager les populations particulièrement les jeunes et les femmes de la région en souffrance totale dans tous les domaines. Comme cela ne suffisait pas, depuis Mars 2020, la Covid-19 est venue s’ajouter à la crise sécuritaire. Il ressort des statistiques qu’il a été enregistré 276 cas confirmés dans la région à la date du 14 décembre 2020. C’est dire que le choix porté sur Bandiagara pour le lancement de cette 3e édition de la bourse a été l’une des meilleures réponses à toutes ses difficultés énumérées ci-haut. Ce cadre d’échange et de débat a permis aussi de se rendre compte des résultats obtenus par le projet ACTIF et le Conseil régional de Mopti. Ainsi il ressort que sur une prévision de 3000 jeunes devant être formés, 2300 jeunes ont été formés en 2020 et les 700 autres seront formés en 2021. Comme pour dire que la question du retour de la paix  dans la région, plus particulièrement à Bandiagara, est l’une des priorités des plus hautes autorités de la transition,  le ministre Mohamed Salia Touré est allé à la rencontre du chef de Dana Amassagou, Youssouf Toloba en vue de discuter sur les voies et moyens pour mettre fin à la crise, seule alternative pour le développement harmonieux de la région. Notons que l’insécurité quasi-permanente ayant engendrée et occasionnée des tensions communautaires a fait 131 156 personnes déplacées internes soit 42,14% du nombre total de déplacées internes au Mali estimé à 311 193 au 31 octobre 2020.  Et cela a occasionné l’arrêt  total de 97% des activités liées au tourisme et activités connexes, l’artisanat sans oublier le ralentissement des activités de production de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et du commerce. Cette 3e édition a pris fin après trois jours d’intenses activités riches en couleurs par la proclamation, des résultats du concours de Pitch organisé par le PROCDEJ. Ainsi sur 42 dossiers porteurs de projets des jeunes des 8 cercles de la région reçus, 16 avaient été présélectionnés et soumis au grand Jury. Après analyse de ces dossiers, 10 ont été proclamés et bénéficieront  des subventions à hauteur de 500 000 FCFA. Notons que c’est grâce au leadership éclairé du ministre Mohamed Salia Touré que ce nombre a été atteint car le grand Jury avaient retenu 5 jeunes porteurs de projets. Ce qui prouve l’intérêt du gouvernement malien à travers le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle pour l’insertion socio-économique des jeunes et des femmes. Pour couronner tout cela, un match de football  a opposé l’équipe de Bandiagara à celle de Koro sous les regards administratifs du jeune ministre Mohamed Salia Touré et de toute sa délégation. Au delà de la victoire de Bandiagara (1-0), le plus important c’est parvenir à se retrouver dans la paix et la cohésion entre les différentes communautés de la région meurtries.

 Sadou Bocoum, envoyé spécial

Les Coulisses  

-LE FAFPA ET SES DIFFERENTES BOURSES FORTEMENT APPRECIEES

Lors de la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la Formation professionnelle, les participants ont été largement édifiés sur les missions, organes, objectifs et surtout sur les bourses offertes par le fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage Ainsi il ressort que pour le monde rural, le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage(FAFPA) octroie 150 bourses évaluées à 22 500 000 FCFA ; pour l’artisanat, 100 bourses évalués à 15 500 000 FCFA ; pour l’apprentissage, 300 bourses évaluées à 50 000 000 FCFA ; le tertiaire, 80 bourses évaluées à 12 800 000 FCFA ; pour le secteur moderne, 200 bourses évaluées à 50 000 000 FCFA ; pour le secteur sous-secteur, 630 bourses évaluées à 100 800 000 FCFA soit un total de 830 bourses évaluées à 150 800 000 FCFA. Des produits qui ont été fortement appréciés par les visiteurs qui se bousculaient sur le stand érigé par le FAFPA. Cela n’est pas une surprise quant on sait que le FAFPA est un outil clé au service de la formation professionnelle au Mali. Pour ceux qui ne le savent pas le fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage a été créé par loi No 97-023 du 14 Avril 1997 et a pour  mission essentielle de contribuer à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de formation professionnelle qualifiante, continue et par apprentissage. Les bénéficiaires de la formation sont les travailleurs des entreprises(en cours d’emploi) ; les jeunes ayant une promesse ferme d’embauche ; les actifs ayant des projets dont le financement est bouclé ; les travailleurs devant exercer une nouvelle fonction ou une nouvelle activité ; les actifs des projets collectifs c’est-à-dire des actifs en position de travail ; Il s’agit de ceux qui et ceux qui sont prêts à exercer une activité, et ce, en vue de l’adaptation au poste de travail, de l’adaptation au poste de travail, de l’adaptation aux nouvelles technologies et enfin du démarrage de nouvelles fonctions. Notons que la forte délégation était conduite par son Directeur Général en la personne de  Mohamed Albachar Touré.

LA PRESENCE REMARQUEE ET REMARQUABLE DE L’APEJ

Au cours de cette 3e édition, l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes s’est faite remarquée à travers ses produits offerts aux jeunes et aux femmes. Ainsi le service a proposé cinq types de projets sous forme de Kits pour inciter les jeunes à opté pour l’auto- emploi. Il s’agit de 20 kits d’embouche bovine, 20 kits de boucherie, 20 kits de tannerie et 20 kits d’atelier en électricité photovoltaïque soit 100 kits d’emplois et un investissement de plus de 258 360 000 FCFA. Ce qui permettra de générer 100 millions d’emplois  directs et 200 emplois indirects. Pour ceux qui ne le savent pas encore l’APEJ a pour mission de concourir à la création d’emplois pour les jeunes en milieu urbain et rural en leur facilitant l’accès au matché du travail et du crédit. Notons que lors des éditions de 2008 et de 2011, l’APEJ avait octroyé 1695 bourses qui ont généré 5075 emplois directs et 772 emplois indirects et un investissement de 3 960 O11 500 FCFA. Notons que la forte délégation de l’APEJ était conduite par son Directeur Général Adjoint, M. José Pierre  Félix Coulibaly

LES IMPRESSIONS DU MINISTRE MOHAMED SALIA TOURE A LA FIN DE LA 3e EDITION          

« Au sortir de cette 3e édition tenue à Bandiagara, le bilan est largement positif du fait de la grande mobilisation sociale qui a eu autour de cette activité. Contrairement à ce qu’on veut faire croire, ce n’est pas de la bravade contre quoi que ça soit et contre qui que ça soit mais c’est simplement être  en cohérence avec cette action que nous recherchons au niveau du département qui constitue le socle de notre mission à savoir l’emploi et la formation professionnelle. Il s’agit d’être au plus près des populations et aller à leur contact afin pour les offrir les opportunités de formation et d’accès à l’emploi. Je profite  de cette édition pour rendre hommage à mes prédécesseurs qui l’ont institué et qui l’ont pérennisé par un décret pris en 2014. Vu l’importance de la bourse dont la dernière édition qui s’est tenue depuis 2011, j’ai décidé de la ressusciter et la tenir à Bandiagara dans le contexte sécuritaire difficile que nous tous déplorons aujourd’hui. Je tiens à remercier sincèrement les autorités politiques, administratives, coutumières et religieuses de la région pour leur accompagnement à la réussite de ce grand événement. Je tiens à préciser que les activités vont continuer jusqu’à la prochaine édition et mon département mettra tout en œuvre pour pérenniser cette activité qui permettra à plusieurs jeunes et femmes de bénéficier des emplois et d’être mieux formés.  Mes échanges avec le chef de Dana Amassagou se sont déroulés dans un atmosphère bon enfant et ont porté sur la recherche des voies et moyens de sortie de l’insécurité aigue qui ne fait que freiner le développement socio-économique de la région ».          

MENTION SPECIALE A NIAGA DIOP- KOROTOUMOU THERA- MOHAMED KIMBIRI

Si la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la Formation professionnelle a comblé toutes les attentes des participants, des organisateurs et des officiels, force est de reconnaitre que les journalistes et les activistes présents ont été surpris de la réussite de l’événement à cause de la crise sécuritaire aigue qui prévaut dans la région. Mais ils ont été aussi agréablement surpris de l’accueil chaleureux, de la courtoisie, du respect et de la disponibilité entière et totale sans faille de Niaga Diop, Korotoumou Théra et Mohamed Kimbiri. Malgré le contexte marqué par l’insécurité grandissante, la pression et l’intensité des activités, ces trois personnes sont restés en contact permanent et ont tout mettre en œuvre pour que les hommes de médias venus en nombre à Bandiagara puissent travailler dans les bonnes conditions de travail.

Grand merci à vous !

BANDIAGARA OU LA CITE DE NANGABANOU

Erigée aujourd’hui en région, Bandiagara est la porte d’entrée du pays Dogon, une contrée du territoire du Mali dont la richesse du patrimoine culturel, matériel et immatériel n’est plus à démontrer. Bandiagara, le désormais ex-cercle incarne le symbole de la vertu et de la dignité. C’est cette richesse qui lui a valu d’être classée par l’UNESCO au rang du patrimoine culturel mondial en 1989. Notons que Bandiagara est désormais la 20e région dont le Gouverneur vient d’être récemment nommé en la personne de Meissa Koné.

LES MOTS DE REMERCIEMENTS ET DE FIERTE DU PRESIDENT DE LA COMMISSION D’ORGANISATION NATIONALE DRISSA GUINDO ET NON MOINS SECRETAIRE GENERALE DU MINISTERE DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Les rideaux sont tombés le lundi 28 décembre 2020 sur les activités de la 3e édition de la bourse de l’Emploi et de la formation professionnelle dans la salle de conférence de la Maison des Jeunes. L’occasion pour le président de la commission nationale d’organisation et non moins secrétaire générale du ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle, Monsieur Drissa Guindo de remercier tous les participants et les partenaires pour leur contribution qui ont permis la réussite de cette activité, désormais prioritaire du département. Il s’agit des jeunes du comité local de Bandiagara, du Conseil régional de Mopti, les autorités locales de Bandiagara, le Gouverneur de Mopti, l’Union Européenne, le PROCEJ, les projets : PROJES, ACTIF, Swiss-Contact et GIZ. Il n’a pas manqué aussi de remercier et de saluer l’accompagnement des Ministères de l’Agriculture, de l’Environnement, de la Communication, de la jeunesse et des sports, de la Croix- Rouge, de Ginna Dogon, de Tabital Pulakuu et Toguna-Industries. « J’attribue la réussite de cette activité au comité local de Bandiagara, au grand jury,  à mes collègues du cabinet, au ministre qui m’a fait confiance et à tous les directeurs généraux et régionaux des services concentrés et déconcentrés du département et à la presse. Cette 3e édition de la bourse se poursuivra au moins jusqu’à la tenue de la 4e édition  »

Rassemblées par Sadou Bocoum

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here