Cei Ed Citelum et Orange money : Une prospérité qui cache un drame humain

6
Orange-money fait de nouvelles merveilles
Orange-money

Les milliers de transactions quotidiennes effectuées par nos compatriotes cachent bien le drame humain qui se joue dans les différents kiosques d’orange money. Et pour cause, une société du nom de CEI ED CITELUM a décidé de profiter de la détresse des jeunes chômeurs pour faire fortune, tout comme orange-Mali. Résultat, en plus d’un salaire dérisoire, les agents sont aussi victimes d’agression physique et de licenciement abusif au mépris de tous les textes.

Pas plus tard que le mois de juin dernier, lors du salon sur l’innovation organisé par Orange Mali, Pierrette Sidibé, directrice de la société CEI ED CETELUM , aujourd’hui sur le banc des accusés, affirmait que plus de 2000 emplois ont été créés depuis la vulgarisation du produit Orange Money. Cette affirmation aurait pu mériter de sérieux encouragement si la réalité n’était pas toute autre. En effet, selon les confidences des agents, ce que Madame Sidibé appelle emploi, n’est que l’exploitation pure et simple de la misère des jeunes chômeurs. CEI ED CITELUM est une entreprise chargée du recrutement, de la formation, du personnel sur le produit, Orange-Money et  l’installation des Kiosques. En plus de cela, tout porte à croire que la société CEI ED CITELUM participe à la gestion quotidienne des Kiosques. C’est dans cette activité qu’elle a bâti un système mafieux dont l’objectif n’est autre que de vider les jeunes chômeurs de leur sang. France Telecom, Senetel et Orange Mali sont-ils au courant ?

VIOLATION DES REGLES ELEMENTAIRES

Dans tous les pays du monde, quel que soit le métier, le congé est un droit inviolable. Malheureusement pour CEI ED CETELUM, la santé et le mental des agents n’ont pas d’importance à côté des profits qu’elle peut engendrer. Selon tous les agents que nous avons contactés, la société leur aurait expliqué qu’à partir de cet instant plus de congé. Cela veut dire que les agents seront désormais obligés de travailler 12 mois sur 12. Dans quel pays sommes-nous pour que ces jeunes gens soient obligés de travailler ainsi ? Où sont les organisations des droits des travailleurs au Mali ? Telle est la question que les uns et les autres commencent à se poser. Pour nous, il est temps que les utilisateurs du service Orange Money sachent que leur satisfaction a un prix humain. Celui du sang de nos compatriotes qui travaillent dans les kiosques. Faut-il continuer à faire comme si  de rien n’était pendant que les promoteurs de CEI ED CETELUM et d’Orange Mali sont entrain de faire fortune sur le dos de nos compatriotes ? Telle est la question que nous tenterons de répondre dans nos prochaines parutions à travers un micro-trottoir.

UN SALAIRE DÉRISOIRE QUI VARIE EN RÉALITÉ ENTRE 20 000 ET 10 000 FCFA PAR MOIS

Pour détourner l’attention des jeunes gens et brouiller les pistes, les responsables de CEI ED CETELUM affichent les 60 000 FCFA qu’ils offrent aux agents mensuellement. Cette somme déjà largement au dessus du smic aurait pu servir s’il n’y avait pas tant de paperasseries autour. En effet, les agents sont formels, à défaut d’avoir des bras longs, la société n’effectue pas la répartition des agents en fonction des lieux de résidence. En d’autres termes un agent domicilié à Sébénikoro peut se retrouver à Moribabougou. En plus d’être obligé de se rendre 6 jours sur 7 sur le lieu de son travail, il est également contraint de faire un tour au siège pour récupérer son kit chaque matin, mais aussi de venir le déposer à la descente avant de rentrer à la maison. Pour beaucoup, la facturation de cette situation s’avère très salé. Selon certains, la note s’élève entre 2000 FCA et 1500 FCFA par jour pour le transport et 500 FCFA pour la nourriture. Les 2000 FCFA quotidiens multipliés par 27 donnent 54 000 FCFA. Après ce constat, plusieurs agents ont décidé de quitter le nouveau navire négrier dirigé par Pierrette Sidibé contre ses propres compatriotes. Pour ceux qui sont restés pour éviter la maison, le calvaire continue. Les licenciements abusifs au gré des humeurs des contrôleurs sont légion. Plus grave, selon plusieurs sources, les agents sont aussi victimes d’agression physique. Toujours selon les mêmes sources un agent, victime d’un coup violent de la part d’un contrôleur au siège de la société, se serait évanoui. N’eut été l’intervention d’urgence des témoins, l’agent en question aurait rendu l’âme. Malgré cette violation  de toutes les conventions liées au travail, l’agresseur s’en est sorti indemne. Face à cette situation, n’est-il pas un devoir pour les usagers du service orange money de réfléchir deux fois avant de contribuer à l’exploitation de nos jeunes compatriotes par les multinationales venues d’ailleurs. Sans cela, il est certain que France Telecom et Senetel ne se priveront de faire fortune dans le sang de nos compatriotes. Dans un milieu aussi féminisé d’autres pratiques seraient également signalées. Pour cerner tout le contour de cette affaire qui sent la mafia, à suivre l’intégralité des propos de certains agents qui s’estiment être abusés.

A suivre

Lemzo Diallo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. IL EST TEMPS QUE L ETAT SUIVE CERTAINES CHOSES DE PRET.
    DES REGLES ELEMENTAIRES VIOLEES.
    C’EST EXACTEMENT LE CAS ES SOCIETES DITES DE PLACEMENT D’EMPLOI QUI S’INSERENT ENTRE LA SOCIETE MERE PRODUCTICRE ET LES EMBAUCHES…….UN VRAI CALVAIRE………….CES BUREAUX DE PLACEMENT RAFOLENT DES MILIONS TOUT EN DONNANT DES MIETTES AUX RECRUS…….VRAIMENT INCROYABLE.L’ON DOIT SIMPLEMENT INTERDIRE CES BUREAUX DE PLACEMENT NOUVEAU SYSTHEME D’EXPLOIATATION DE ‘HOMME PAR L’HOMME.
    NOUS RAPPELONS QUE LA SOUS TRAITANCE DE SOCIETES SPECIALISEES EST COMPREHENSIBLE ET GENERALEMENT RESPECTE E MINIUM D’ETIQUE ENVERS LES EMBAUCHES.MAIS LE CAS DES BUREAUX DE PLACEMENT S’INTERPOSAN ENTRE LA SOCIETE ET LES EMBAUCHES DOIT ETRE PROCRIS ET INTERDIT.
    CES SOCIETES SONT ARRIVES A S’INTERPOSER AUJOURDHUI AU MALI ENTRES LES RECRUS ET DE GRANDES SOCIETES TELLES LES BANQUES ET D’AUTRES GRDES SOCIETES…. 💡
    Répondre 💡

  2. IL EST TEMPS QUE L ETAT SUIVE CERTAINES CHOSES DE PRET.
    DES REGLES ELEMENTAIRES VIOLEES.
    C’EST EXACTEMENT LE CAS ES SOCIETES DITES DE PLACEMENT D’EMPLOI QUI S’INSERENT ENTRE LA SOCIETE MERE PRODUCTICRE ET LES EMBAUCHES…….UN VRAI CALVAIRE………….CES BUREAUX DE PLACEMENT RAFOLENT DES MILIONS TOUT EN DONNANT DES MIETTES AUX RECRUS…….VRAIMENT INCROYABLE.L’ON DOIT SIMPLEMENT INTERDIRE CES BUREAUX DE PLACEMENT NOUVEAU SYSTHEME D’EXPLOIATATION DE ‘HOMME PAR L’HOMME.
    NOUS RAPPELONS QUE LA SOUS TRAITANCE DE SOCIETES SPECIALISEES EST COMPREHENSIBLE ET GENERALEMENT RESPECTE E MINIUM D’ETIQUE ENVERS LES EMBAUCHES.MAIS LE CAS DES BUREAUX DE PLACEMENT S’INTERPOSAN ENTRE LA SOCIETE ET LES EMBAUCHES DOIT ETRE PROCRIS ET INTERDIT.
    CES SOCIETES SONT ARRIVES A S’INTERPOSER AUJOURDHUI AU MALI ENTRES LES RECRUS ET DE GRANDES SOCIETES TELLES LES BANQUES ET D’AUTRES GRDES SOCIETES…. 💡

  3. Moi je ne comprend pas ne gate pas les gens cherche du boulot si sa t’arrange pas démissionne c’est tout pauvre tres simples au lieu de nous raconte ta vie va voir ds les autre pays tu sauras comment les gens se sacrefis avant davoir quelque chose de meilleur

  4. J’attendais ce jour depuis tres tres longtemps pour qu’on sache ce que font ces vampires. J’ai été agent de cette société pendant un moment et c’est l’exploitation pure et parfaite de la part de cette société CEI ED CITELUM.
    MON HISTOIRE AVEC CETTE SOCIÉTÉ:
    <<<Imaginez vous, quelqu'un qui vit Kalaban se retrouve avec un kiosque à Talco à 60.000FCFA.
    Dès mon premier jour j'ai causer avec certains de mes collègues sur la façon dont ils nous exploitent mais hélas. un jour Quant on s’apprêtait à regagner les kiosques, l'agent qui s'occupait du transport des chaises des agents vers les kiosques nous a fait savoir que chacun s'occupera du transport de sa chaise; après ces propos j'ai parlé à mes collègues en leur faisant savoir que c'est pas normal tout ça, transporter une chaise sur la moto est vraiment dangereux.'jai pas accepté transporter la chaise jusqu’à TALCO et c'est une personne de bonne foi du quartier qui m'a prêté une chaise pour que je puisse travailler.

  5. Un autre jour pendant l’hivernage, j’ai retrouvé ma kiosque sans toit à cause du vent et je l’ai signalé à l’agent qui s’occupait de la réparation mais figurez vous que l’agent a fait comme si rien n’était. des appels interminables en le suppliant de venir réparer le kiosque et j’ai été obliger de lui envoyer un SMS démoralisant pour qu’il s’aperçoive que je suis pas un animal mais un être humain.
    Un soir après longue réflexion et les conseils de mes parents, j’ai décidé d’arrêter de me faire exploiter de la sorte.Et j’ai arrêté le lendemain.>>>
    LES CHÔMEURS A LA RECHERCHE D’EMPLOI DOIVENT AGIR EN PREMIER, SI NOUS VOULONS QUE CETTE PRATIQUE DE VAMPIRE S’ARRÊTE.ENSUITE L’ETAT DOIT INTERVENIR DANS LE TRAITEMENT DES RECRUS POUR QUE L’INSERTION DES JEUNES NE PRENNE PAS UNE TOURNURE TRÈS DÉSAGRÉABLE

  6. J’attendais ce jour depuis tres tres longtemps pour qu’on sache ce que font ces vampires. J’ai été agent de cette société pendant un moment et c’est l’exploitation pure et parfaite de la part de cette société CEI ED CITELUM.
    MON HISTOIRE AVEC CETTE SOCIÉTÉ:
    <<<Imaginez vous, quelqu'un qui vit Kalaban se retrouve avec un kiosque à Talco à 60.000FCFA.
    Dès mon premier jour j'ai causer avec certains de mes collègues sur la façon dont ils nous exploitent mais hélas. un jour Quant on s’apprêtait à regagner les kiosques, l'agent qui s'occupait du transport des chaises des agents vers les kiosques nous a fait savoir que chacun s'occupera du transport de sa chaise; après ces propos j'ai parlé à mes collègues en leur faisant savoir que c'est pas normal tout ça, transporter une chaise sur la moto est vraiment dangereux.'jai pas accepté transporter la chaise jusqu’à TALCO et c'est une personne de bonne foi du quartier qui m'a prêté une chaise pour que je puisse travailler.

Comments are closed.