Droits de l’homme : Amener l’Etat à plus s’impliquer

0

Dans les locaux du Groupe de Recherche d’Action Droits de l’Enfant Mali (Gradem) à Bamako, 3 organisations de défense des droits de l’homme ont organisé, le mercredi 2 juin, un séminaire pour se pencher sur les mesures à adopter pour faire bouger les lignes en ce qui concerne la réalisation progressive des droits économiques, sociaux et culturels (DESC) qui se trouve au point mort depuis environ 2 ans.

 

C’est dans le cadre d’un projet commun sur la promotion des droits économiques, sociaux et culturels au Mali que l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH), Human Dignity, et Femmes et Droits Humains ont organisé cette rencontre de réflexion et de discussions avec d’autres organisations de défense des droits humains, des acteurs étatiques dont les représentants des institutions de la République, des ministères de la Justice, de la Santé, de l’Environnent ainsi que celui des Affaires étrangères. L’objectif de la rencontre était d’échanger sur les mesures à prendre pour accélérer la réalisation progressive des droits économiques, sociaux et culturels.

En effet, le Comité de suivi des droits économiques, sociaux et culturels (DESC) avait formulé un certain nombre de recommandations auxquelles l’Etat devrait donner une suite en se prononçant sur les mesures concrètes quant à leur mise en œuvre. « Les recommandations sélectionnées par le Comité en 2018 pour un suivi devaient faire l’objet d’une réponse par le Mali le 12 octobre 2020. Selon le site du Comité, cette réponse n’a, à
cette date, pas encore été soumise »,
déplorent les 3 organisations.

En ce qui concerne ces recommandations, dont les deux premières s’inscrivent dans la procédure de suivi des observations finales du Comité,  elles étaient relatives à : la prévention des déplacements forcés du fait des conflits armés et la protection des droits des personnes déplacées; l’impact des exploitations minières sur l’environnement et les droits humains; la mise en place d’une assurance maladie universelle.

Sur la base des différentes recommandations formulées à l’Etat du Mali par les organisations de défense des droits humains, les participants au séminaire ont évoqué plusieurs stratégies envisageables afin de permettre la mise en œuvre des DESC.

Aussi, les participants ont développé des stratégies pouvant être mises en place par les acteurs de la société civile ainsi que les acteurs étatiques pour accélérer le dépôt du rapport de suivi de l’Etat auprès du comité des DESC.

Parmi les stratégies évoquées, il y a : la mise en place d’un comité de suivi des recommandations composé des Organisations de la Société Civile, des départements concernés, du Haut Conseil des Collectivités, du Conseil économique social et culturel, des Parlementaires, la mise en place d’une stratégie de communication pour le changement social et de comportement, l’organisation d’une journée de plaidoyer et l’institutionnalisation des rencontres périodiques d’échanges d’informations.

Pour rappel, les DESC sont les droits fondamentaux qui concernent le lieu du travail, la Sécurité sociale, la vie familiale, l’accès au logement, à l’alimentation, aux soins de santé, à l’éducation…

Leur réalisation permet l’amélioration de la vie de chacun et contribue à la réduction de la pauvreté.

Alassane Cissouma

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here