Fronde populaire en commune V : Le maire Amadou Ouattara se justifie

0

Dans le cadre des récents événements qui l’ont visé, le maire  de la commune V du district de Bamako, Amadou Ouattara, a organisé ce jeudi 21 février 2019, dans la salle de délibération de ladite maire, un point de presse  pour donner son point de vue sur les accusations récentes à son encontre.

Concernant la vente d’une partie du terrain de foot de Baco-Djicoroni, une polémique tournait autour de l’implication du maire dans la vente illégale de cet espace dont la propriété est revendiquée par la jeunesse du quartier. Selon le maire, cette vente a été faite en commun accord avec tous les propriétaires traditionnels du terrain. À croire le maire   Ouattara, le projet de construction du terrain a été voté par tous les 45 conseillers de la mairie et également avec l’accord du chef du quartier  de Djicoroni et de ses conseillers. C’est d’ailleurs  à travers cet  accord que la construction du terrain a commencé par l’opérateur économique Bourama Sidibé, chargé des travaux dudit terrain. Des associations et groupements de jeunes avaient interpelé le maire  sur ce problème  à travers une lettre dont nous avons reçu une copie.  Selon le maire, le conseil local de la jeunesse  de Baco-Djicoroni,  après consultation auprès du chef  du quartier et dans l’intérêt du  développement  du quartier, le bailleur (Bourama)  et les jeunes du quartier ont décidé finalement d’accompagner le projet, en compensation  par la construction d’un siège pour les jeunes, d’un forage,  des toilettes, des vestiaires  modernes  pour  les joueurs et les arbitres, d’une chambre  pour le gardien, du gazonnage du terrain, de l’éclairage  du terrain  et   la mise en place d’une commission  pour le suivi des travaux.

En outre,  avant la reprise des travaux,  selon le maire, les jeunes  ont  voulu  également  un protocole d’accord rédigé par la mairie et signé par les partis pour garantir la réalisation  des compensations citées. Par ailleurs, tout  jeune qui empêchera le bon déroulement  des travaux sera considéré par le conseil local de la jeunesse  comme un  vagabond et un délinquant et sera  mis à la disposition  de  la police, a laissé entendre le maire. Un engagement de tout le  quartier de Baco-Djicoroni à travers le chef du quartier, le comité  de développement  du quartier  et le conseil local de la jeunesse du quartier permettant d’accompagner le   bailleur dans la réalisation de  son  projet.

Donc, le quartier s’est engagé à informer et sensibiliser toute la population sur le bienfondé  du projet.

Tout litige qui survient dans l’exécution  du présent protocole sera  préalablement   géré à l’amiable. Aux  dires du maire, certaines personnes malintentionnées qui,  après  tout ça, s’adonnent à salir  l’image du maire, qu’ils comprennent que le maire  n’est pas à la tête de la commune  pour s’enrichir illégalement du  fonds de la mairie. Il conclut  que  tout ce qu’il  fait  l’est  dans la plus grande  transparence. À le croire, il est tout sauf un spéculateur  foncier.

LASSI SANOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here