IBK à la réception des vœux de la presse : «Il faut être un homme sans aucune culture pour ne pas considérer la presse»

87
Voeux des partis de la majorité présidentielle et de l’opposition : JUGEMENTS CROISES SUR LA SITUATION D’UN PAYS QUE TOUS VEULENT FAIRE AVANCER

Après les institutions de la République, les religieux et la classe politique, la presse malienne était à  Koulouba pour présenter ses meilleurs vœux au Président de la République, IBK. C’était le mardi 12 janvier 2016.

En respectant la tradition, la presse a, au cours de sa traditionnelle présentation de vœux au Président de la République, fait le tour des défis qu’elle entend relever courant 2016. C’est ainsi que les  présidents des différentes organisations des médias, après avoir souhaité leurs vœux de santé, prospérité et bonheur au chef de l’Etat, ont tour à tour fait le point de leurs  organisations respectives et les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Dans son intervention, le président du Comité national de légal accès aux médias, Abdoulaye Sidibé dira que sa structure est en sursis en attendant l’opérationnalité  de la Haute autorité de la communication (HAC). Cependant, dira-t-il, quand ton pays te confie une mission d’une journée, il faudra s’investir comme tu devrais le faire durant toute ta carrière.  C’est avec cette conviction que son équipe continue à travailler. Dans ce cadre, il rappellera au Président de la République que la régulation de la presse ne doit pas être l’affaire de la seule presse.

Quant au président de la Haute autorité de la communication (HAC), Fodié Touré, il rassurera que contrairement à l’imaginaire populaire, les missions assignées à la HAC ne sont ni attentatoires à l’indépendance de la presse, encore moins une restriction de la liberté de presse. Mais, une instance de régulation des médias qui donne l’autorisation de la création des organes et peut les retirer temporairement ou définitivement, en fonction de l’ampleur de la faute commise. Elle aide aussi les acteurs de communication à s’imposer, à être plus professionnels et  plus rigoureux dans l’exercice de leur mission. Et à leur rappeler le nécessaire respect des droits de la République. En vue d’accomplir efficacement ses missions, Fodié Touré demande au Président IBK la révision de la loi portant délit de presse et  un minimum de moyen.

Pour sa part, le président de la Maison de la presse, Dramane Aliou Koné alias  «En un mot» a salué le chef de l’Etat pour l’intérêt qu’il accorde à la presse. Cependant, il a regretté le rang qu’occupe le Mali en matière de la liberté de presse dans le monde (118ème sur 180 pays classés), sachant bien que ce recule n’est pas du fait du gouvernement, mais des terroristes.  A cet égard, le président Koné demande au gouvernement d’assurer la protection des journalistes nationaux et étrangers sur tout le territoire national du Mali.

L’occasion faisant le larron, le président de la Maison de la presse a évoqué le sujet qui fâche toute la corporation. Il s’agit de la stagnation de l’aide à la presse à 200 millions FCFA depuis 20 ans. Soit le montant le plus bas de la sous-région. Partant, il sollicitera le Président IBK à doubler, c’est-à-dire, augmenter ce montant à 400 millions cette année. Tout en promettant une utilisation judicieuse de cette manne. En plus,  Koné sollicitera le chef de l’Etat à accorder des avantages fiscaux à la presse. Dans sa plaidoirie, il a regretté le blocage de l’adoption de la loi portant dépénalisation du délit de presse. Dramane Aliou Koné a aussi dénoncé les dépenses de prestige dans les journaux et magazines internationaux au détriment de la presse nationale qui a de la peine à recevoir des insertions des départements ministériels.

Les appréciations d’IBK

Pour l’une des rares fois, le Président IBK salue les efforts de la presse de son pays. Après avoir religieusement écouté les patrons des organisations de médias, il a salué la qualité des acteurs de la presse, tout en reconnaissant que celle-ci  doit fournir plus d’effort. Aussi, le Président de la République a-t-il félicité la presse pour son accompagnement dans le processus de paix. «J’ai apprécié l’accompagnement fabuleux de la presse dans le processus de la signature de l’Accord pour la paix  et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Notre pays n’est pas encore en paix. Mais la paix est en route», précise le chef de l’Etat. Pour y arriver, il a une fois de plus sollicité le soutien des hommes de médias.

Au sujet des difficultés matérielles et financières de la presse, IBK promet de fournir plus d’effort. Car, estime-t-il, une presse responsable et mieux équipée contribue efficacement au développement du pays. «Il faut être un homme sans aucune culture pour ne pas considérer la presse», soutiendra-t-il.

A son avis, le journalisme est un métier qu’embrassent les grands hommes. A ce titre, IBK a invité la presse à s’impliquer dans l’assainissement du secteur. A barrer la route au tout-venant dans ce noble métier. «Je vous donne ma confiance totale», a-t-il déclaré.

Il a rappelé aux hommes de médias l’impérieuse nécessité de débarrasser la profession des tout-venants qui ternissent inutilement l’image les honnêtes citoyens. Il faudra comprendre qu’il n’y a pas que Karim Keïta qui est derrière moi, plutôt tout un ensemble de personnes, affirme-t-il.  L’allusion est ainsi faite à des articles de presse malveillants à son encontre, qui touchent des gens au-delà de ses progénitures.

En ce qui concerne les annonces et insertions, IBK a promis de veiller à ce qu’on ne privilégie pas la presse étrangère au détriment de celle nationale.

Oumar KONATE

PARTAGER

87 COMMENTAIRES

  1. Je salue l’avènement de la HAC dans le monde de la communication de notre pays. Nous attendons beaucoup de cette institution de régulation car notre presse fait montre de jour en jour de son immaturité et de son manque de professionnalisme.

  2. “Dans sa plaidoirie, il a regretté le blocage de l’adoption de la loi portant dépénalisation du délit de presse.”
    Je pense que la presse obtiendra cette demande que si elle commence par être plus mature et professionnelle car ce sont ces vertus qui l’enlèveront le blocage de l’adoption de cette loi.

  3. Le monde de la communication est un maillon essentiel dans le développement d’un pays. Pour que les médias arrivent à jouer ce rôle, il faut lui donner les moyens matériels et financiers nécessaires. En le faisant, je pense que nous aurons une presse responsable et professionnelle.

  4. Je pense que le HAC est la bienvenue. Elle permettra de réguler la presse et non d’attenter à la liberté d’expression. Pour ce faire, il faut lui donner plein pouvoir afin qu’elle joue son rôle de veille dans le monde de la communication.

  5. Force est de reconnaître que la presse Malienne a besoin d’un assainissement afin de la libérer celle-ci des tout-venants. C’est aussi ça qui ternit l’image de ce noble métier qu’est le journalisme.

  6. “Il faut être un homme sans aucune culture pour ne pas considérer la presse”
    Effectivement, c’est pour cela qu’il donnera une réponse favorable à votre doléance. Néanmoins, pour mériter cette considération, nos médias devront être plus matures et professionnels.

  7. A mon humble avis, j’estime que pour avoir une presse responsable, mature et professionnelle, il faut déployer les moyens matériels et financiers de l’Etat afin qu’elle ne soit pas la marionnette de certaines personnes véreuses pour atteindre leurs buts mesquins. Donc, un appuis de l’Etat mettra fin à ces constats qui n’honorent pas notre notre monde de média.

  8. Pour ma part, le président fait bien de solliciter l’accompagnement des médias dans le processus de paix et de la réconciliation nationale. Car, force est de reconnaître la place primordiale qu’a ceux-ci dans la quête de la paix et de la stabilité politique et sécuritaire du pays.

  9. ” Après avoir religieusement écouté les patrons des organisations de médias, il a salué la qualité des acteurs de la presse, tout en reconnaissant que celle-ci doit fournir plus d’effort.”
    Effectivement, la presse a beaucoup à faire car de jour en jour, nous assistons au manque de professionnalisme et de maturité de celle-ci. Il est grand temps que cette presse prenne un nouveau départ afin d’avoir le crédit de la population.

  10. Pour l’une des rares fois, le Président IBK salue les efforts de la presse de son pays. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Il faut bien mériter la reconnaissance! Quand on connait les tares que notre presse a qui peut se réjouir d’elle?
    Que nos journalistes soient plus professionnels, plus dynamiques et donnent l’information vraie pour être féliciter!

  11. Je crois que nos autorités doivent accompagner la presse avec des moyens conséquents pour qu’elle soit plus efficace et ne puisse plus être manipulé par de petits billets.
    Aussi il faut une école de journalisme responsable pour donner les rudiments nécessaires à la bonne pratique de presse car je me suis étonné de voir des journalistes demander ce que c*’est que la déontologie ou encore même l’éthique. Ce qui montre qu’il y a du travail qui doit être fait dans ce domaine.

  12. Autant une presse libre est un gage de bonne information pour la population, autant une presse libertine est facteur de désinformation pour la population et donc source de problèmes dans nos sociétés pour dire que certes la presse doit être libre mais elle doit aussi exercer dans les règles de l’art!

  13. Dramane Aliou Koné a aussi dénoncé les dépenses de prestige dans les journaux et magazines internationaux au détriment de la presse nationale qui a de la peine à recevoir des insertions des départements ministériels. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    On investit là où on est sûr d’être bien servi. Pour que cette situation puisse donc changer; il faut donc que la presse puisse faire preuve de professionnalisme et de maturité.

  14. Le président de la république est un grand homme et je crois qu’il ne restera pas insensible à l’appel de la presse d’augmenter l’aide à la presse à hauteur de 400.000.000 et je crois qu’il fera plus que ce lui a été demandé.

  15. Cependant, il a regretté le rang qu’occupe le Mali en matière de la liberté de presse dans le monde (118ème sur 180 pays classés), sachant bien que ce recule n’est pas du fait du gouvernement, mais des terroristes. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Je crois que nous ne devons pas prêter attention à ses classements bidons car nous ne savons réellement sur quels critères ces gens se basent pour attribuer des rangs aux différents pays. Et DAK est très bien placé pour le savoir.

  16. Elle aide aussi les acteurs de communication à s’imposer, à être plus professionnels et plus rigoureux dans l’exercice de leur mission. 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁
    Notre presse n’est pas du tout responsable car elle ne prends pas la peine de vérifier les informations avant de les publier car pour eux toute information est bonne pour avoir de la popularité.
    Les populations prêtent beaucoup d’importances aux écrits des journalistes et par conséquent ils doivent éviter de la désinformer.

  17. Je pense que le président de la république doit donner plein pouvoir à la haute autorité de la communication afin qu’elle puisse vraiment réguler notre presse afin qu’elle puisse éviter toutes les dérives qu’on a pu observer. Il y a des articles qui paraissent avec des fautes incommensurables, illisibles et ça ce n’est pas digne de notre presse.

  18. L’implantation de la hac ne doit pas être vu comme un frein à la liberté de la presse car il faut le remarquer les pays qui ont des instances de régulation de la presse ont une presse responsable et professionnelle et je pense que c’est la vision que nos autorités ont pour notre presse.

  19. Vraiment il faut que la HAC puisse rentrer en plein exercice pour pouvoir réguler ce secteur si important dans la vie d’une nation car n’est pas journaliste qui veut et de nos jours on constate que plusieurs personnes deviennent ” journalistes” sans même connaitre les fondements du métier.

  20. Les sites d’informations tel que Mali web, Mali jet, Facebook, ne sont pas faites pour dires des bêtises, l’information que vous dites doit être concrète, et comportant des preuves.
    Pauvre journaliste, on savait réellement que vous étés corrompus et manipulé par des gens qui détient toujours des armes pour combattre le gouvernement en place, quel ignorance.
    Alors sachez bien faire votre boulot et je vous promet vous aidera

  21. Monsieur le journaliste, je te rappel qu’on est dans un pays de droit et IBK est un homme de droit car il est le chef suprême de la magistrature, alors il sait ce qu’il fait.
    Le président est un homme véridique, mais malgré tout cela, certains cherchent à rendre la situation beaucoup plus compliqué.

  22. IBK est l’homme de la situation, il est la solution à tous nos problèmes.
    On sait que les journalistes Maliens ne réfléchissent même pas avant de rédiger leurs articles.
    Maintenant il va vous financer pour que vous mentez encore sur lui. Ahh on aura tous vu dans notre pays .

  23. On sait réellement que vous êtes en complicité avec certain opposant comme TIEBLE DRAME qui cherche à rendre la situation beaucoup plus difficile en critiquant IBK.
    Alors pour vous aider allez-y voir ceux qui vous corrompent

  24. On reconnait la capacité d’un journaliste à travers ses articles et ces idées qu’il évoque.
    Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises sur l’autorité du pays.
    Les journalistes sont les vrais ennemis du pays en plus ils critiquent le président et son gouvernement.
    Alors l’état doit les aider

  25. Selon DAK ” Allez y voir la vérité” mais je me demande où encore? Mon oeil c’est quelle place pense tu avoir avec tes articles à la con et encore on veut plus de subvention 😀 😀 😀 😀

  26. Une presse doit se mettre au service de son peuple à travers des informations fiables. Il est temps que vous faites preuves de maturité et de professionnalisme. La HAC doit organiser des séminaires de formation des journalistes selon les réalités du moment

  27. Une aide transitoire ne suffit pas. J’appelle officiellement l’État à poursuivre l’effort. Je suis bien sûr conscient des impératifs financiers de l’État. Mais je pense qu’il est aujourd’hui essentiel d’envoyer un signal fort à leurs profession en renouvelant cette aide cette année.
    Nous sollicitons l’état malgré les bêtises ou idioties des autre journalistes

  28. Je fais plutôt une doléance au président au lieu de donner les 400 millions à la presse pour ne rien foutre, l’état doit construire une école de journalisme afin que les journalistes tels que DAK, Sissoko, Thiam puissent retourner sur les bandes pour mieux se former.

  29. Ce qui me fascine dans cet article c’est que ces journalistes, dans leurs articles précédant affirment que l’économie du Mali est à la baisse ou chute totale .Ils affirment encore que IBK est un mauvais dirigeant alors pour quoi avez vous bésoin de moyens financiers puisque vous êtes conscients que les caisses sont vides

  30. Dramane Aliou Koné a aussi dénoncé les dépenses de prestige dans les journaux et magazines internationaux au détriment de la presse nationale qui a de la peine à recevoir des insertions des départements ministériels.
    Mon cher DAK tes articles sont nuls et sans précison au point où tu envoies tes lecteurs de mener eux mêmes les enquêtes avec la fameuse phrase ” Allez y voir la vérité”

  31. Quand c’est pour insulter IBK vous êtes les 1er ,mais quand vous avez bésoin d’argent c’est vous savez solliciter
    Vous voyez voici une raison qui montre et qui démontre votre lâcheté et votre inconnaissance vis à vis de la boussole du Mali dans l’émergence politique et économique

  32. L’occasion faisant le larron, le président de la Maison de la presse a évoqué le sujet qui fâche toute la corporation. Il s’agit de la stagnation de l’aide à la presse à 200 millions FCFA depuis 20 ans. Soit le montant le plus bas de la sous-région. Partant, il sollicitera le Président IBK à doubler, c’est-à-dire, augmenter ce montant à 400 millions cette année.
    Pour quoi faire DAK, c’est pour se remplir les poches. Mais la presse malienne n’est pas comparable aux presses sous régionales pour mériter une telle subvention

  33. C’est sous IBK que la presse a eu plus de liberté. C’est pourquoi cette liberté d’expression est devenue pour elle un libertinage d’expression au point d’insulter ou traiter le président de tous les noms et tous les maux dont il n’est pas l’auteur

  34. La presse malienne passe tout son temps à injurier le président. Que peut-on donc attendre d’elle si elle veut désinformer le peuple à travers des articles mensongers.
    Surtout notre presse écrite est corrompue et est à la solde des opposants et agissent à leur nom avec les pots de vins

  35. La stabilité d’un pays dépend de la bonne information et qui parle de bonne information veut un journaliste professionnel qui traite les informations justes et en temps réel. Je pense que nos journalistes maliens ont besoin de formation

  36. La presse a joué une part active dans le processus de paix qui est encouragé mais il faut aussi noter que cette même est à l’image de l’opposition malienne. 😀 😀 😀

  37. La presse a joué une part active dans le processus de paix qui est encouragé mais il faut aussi noter que cette même est à l’image de l’opposition malienne.

  38. La stabilité de la population et l’état du pays dépendent des informations qu’on donne, et c’est la presse qui divulgue les différentes informations, si elle ne le fait pas bien, ça aura des conséquences !!!

  39. La stabilité de la population et l’état du pays dépendent des informations qu’on donne, et c’est la presse qui divulgue les différentes informations, si elle ne le fait pas bien, ça aura des conséquence !!!

  40. Le président de la république a loué la presse malienne pour son travail, pourquoi cette dernière ne peut pas faire autant ? Pourquoi elle ne peut jamais dire du bien du président de la république ?

  41. Il est temps que la presse malienne prenne conscience de ce qu’elle est en train de créer comme situation dans ce pays avec ses diffamations sur le président de la république et son entourage !!

  42. L’attitude du président de la république est vraiment à saluer, montrer tout son soutient et sa considération à la presse malienne après tout ce qu’elle lui fait subir, c’est vraiment généreux de sa part !!!

  43. Nous sommes arrivés à un moment où la presse doit se conformer aux exigences de la population, à savoir donner les bonnes informations en temps réel, car nous n’avons absolument pas besoin de leurs diffamations pour seulement semer le trouble !!!

  44. Le rôle que joue la presse dans la stabilisation d’un pays est connu de tous, quand elle s’y prend avec une mauvaise fois, les conséquence peuvent être lourdes !!!

  45. Le président de la république à montré toute la considération qu’il a à l’endroit de la presse malienne, à elle d’en faire autant pour le Monsieur et arrêter de faire de la spéculation pour lui !!!

  46. La presse malienne doit arrêter de faire de la diffamation dans ce pays, et surtout sur le président de la république et son entourage, qu’elle arrête d’inciter la population à la révolte !!!

  47. La presse malienne doit être à la hauteur des attentes des maliens, elle doit jouer pleinement son rôle dans la sensibilisation, et de véhiculer les bonnes informations, mais pas le contraire !!

  48. Sans la presse il sera très compliquer pour les population d’une nation de vivre. Il était dit que mieux vaut d’être sous alimenter que d’être sous informer.
    A la presse malienne d’être une presse véridique, une presse qui saura sauver sa patrie à travers des informations d’apaisement qui sont loin des informations apportant des divisions.
    Vive la République !!!

  49. La presse est d’une grande importance voilà pourquoi le président IBK lui apporte tout le respect et considérations nécessaire…

  50. les débats radiophoniques ou télévisuels auxquels sont invités les ministres et autres personnalités publiques, du fait qu’ils leur permettent de répondre aux questions qui leur sont posées, nous semblent d’un grand intérêt. Mais tout cela ne peut réellement se faire que si les médias sont véritablement indépendants des pouvoirs politique, économique et religieux.

  51. Plus qu’un instrument servant à relayer la propagande politique gouvernementale, les médias, dans un régime démocratique, doivent servir à véhiculer une information plurielle, honnête et tenant compte des préoccupations de tous les citoyens de quelque sensibilité qu’ils soient, à passer au crible l’action du gouvernement, d’organiser des débats qui donnent à l’opinion publique le moyen de se faire entendre des autorités politiques. Cela est d’autant plus important qu’un gouvernement ne peut être vraiment légitime et appréciable que s’il informe régulièrement les citoyens de ses actions et lui donne des moyens indépendants de bien les évaluer.
    Comment le président ne pourra avoir bonne vue à cette presse ?
    Je suis fier de mon président…

  52. Une presse doit être là toujours auprès de son gouvernement, apportée des informations honnêtes. Mais la presse malienne est prête à mentir à la moindre occasion. La presse malienne doit s’organiser de façon à ne pas recruter des recaler de droit et autre. La presse est un domaine très important qui doit être composé des hommes et des femmes noble d’apporté l’essentiel pour ce domaine.

  53. Le président a de l’importance pour la presse, mais nos journalistes sont très différent des personnes qui ont de l’importance pour la nation.

  54. La presse malienne manque d’organisation. Souvent sur ses même sites d’informations nous assistons à des articles qui sont remplie des fautes grammaticales, et des articles qui parlent mal de nos autorités alors qu’une presse doit être accompagnatrice et apporté des apaisements.

  55. Nous savons tous qu’une presse est indispensable pour la nation, mais c’est désolant d’assister à des hommes de presse qui chaque instant sont obliger de diffusée des mauvaises informations pour subvenir en ses besoin.
    La presse doit prendre des dispositifs pour mettre fin à ses pratiques.

  56. La presse malienne doit être raisonnable envers le président de la république. Le président regarde cette presse comme une grande nécessité pour la patrie, mais il faut le dire, cette presse ne sais pas retourner les mêmes états de considérations envers le président.
    C’est la presse qui passe tout son temps à le critiquer, à mentir sur lui et tenter avec d’autres moyens de mettre vain ses efforts.
    La presse doit désormais être responsable.

  57. La presse malienne représente grande part dans le développement du Mali, IBK tente de recadrer la presse malienne au tour d'un seul but qui reste celui du professionnalisme et du patriotisme. La presse joue un grand rôle dans stabilité et l'honneur du pays. IBK compte apporter son soutient à la presse malienne pendant son tout son mandat.

  58. IBK est conscient de tous les maux dont travers actuellement la presse malienne, raison pour laquelle en tant que président il c’est engager au côté de la presse à régler le maximum des maux existentielle dans le domaine de la presse malienne.

  59. Les journalistes sont les informateurs, les guides, les soldats de l’expression, j’en passe. Et la presse est le corps qui intègre ces soldats de l’expression en son sein. Une république démocratique sans une presse de bonne qualité et de bonne image contribue à l’effondrement de cette république et aux malheur des citoyens. Nous voulons que les autorités aident la presse dans sa mission.

  60. La presse occupe une grande place dans la politique de gouvernance d’IBK, la librté de la presse de fond en comble est fait sa promotion. IBK a promit de débloquer des fonds pour la presse malienne afin qu’elle puisse mieux élaborer son travail.

  61. C’est que sous le régime d’IBK, la vraie démocratie à vue le jour. La reconnaissance de la liberté de la presse sans aucune façade sont des actes honorable et démocrate dont à fait preuve le régime d’IBK. Les autres régimes ont préfère ignorer ou étouffé la presse malienne par leurs soifs de pouvoir.

  62. Sans la presse, surtout privée, qui est engagée à fournir de l’information au peuple à temps réel, le Mali allait tombé entre les mains des groupes armés qui se dirigeaient vers la capitale. Sans la presse les pouvoirs dans une démocratie remplissent difficilement leur fonction. Pour quoi ne pas valoriser cette presse?

  63. « Le projet apporte des innovations importantes en mettant en place une instance de régulation commune à tous les médias, audiovisuels comme écrits et qui a pour mission d’encadrer l’exercice de la liberté de la presse, tant au point de vue de la réglementation, en matière de création, de diffusion et de la publicité, qu’en matière de respect des règles déontologiques» Bravo au président IBK.

  64. La presse détient un pouvoir de deuxième génération dans une république démocratique. SI cette presse n’est pas bien équipée, cela peut mettre en cause la bonne qualité de la démocratie dans laquelle elle existe. Pour que le Mali ne soit cette démocratie, j’invite les autorités à s’engager pour que nos journalistes soit dotés des moyens adéquats pour accomplir leur mission.

  65. La liberté de la presse a été étouffé par les journalistes, le régime au pouvoir n’est pour rien soyons sérieux. Le régime pouvoir a donné toute les marges à la presse malienne, mais la presse malienne est passée à côté de la plaque. La population y a marre de la presse malienne d’une presse qui ne répond plus aux multiples de sa population.

  66. Le président IBK se veut au Mali une presse responsable, indépendante et patriote. IBK veut mettre la presse malienne à l’abri de la corruption et de la mauvaise dont d’autre personnes se sert de cela pour faire passé leur message plus ou moins déraisonnable.

  67. La presse contribue au développement du pays. Il est normal que les autorités prennent soins de cette presse. Sans l’implication de laquelle dans la révolution du 26 mars il n’allait pas y avoir de démocratie dans ce pays.

  68. Pour la stabilité du pays, la presse malienne joue un rôle primordiale, alors pour sortie le pays de cette crise le président affirmer accorder à la presse malienne toutes ces avantages. La presse malienne doit être à la pointe de la technologie et demande de la population malienne.

  69. Le président de la république a parfaitement raison sur ce passage: “il faut être un homme sans aucune culture pour ne pas considérer la presse”. Cette presse qui a joué un rôle performant dans la révolution ayant aboutit à l’instauration de la démocratie dans ce pays.

  70. La presse malienne occupe une place très importante dans la gestion de ce pays. La communication fait partie des socles de la stabilité du pays. Une mauvaise communication est une stabilité menacée.

  71. Le régime d’IBK a une très grande considération pour la presse malienne. Depuis l’avènement de ce régime au pouvoir la presse malienne est dans tous ses droit et liberté. Le président IBK a aussi promit de s’intéresser d’avantage à la presse malienne car, il joue important le rôle de la presse dans le développement de pays.

  72. En cette nouvelle année j’invite les journalistes de ce pays à faire preuve de professionnalisme pour que la presse malienne puisse être crédible sur la scène internationale.

  73. La presse est la colonne vertébrale de la démocratie. Elle ne doit pas être abandonnée et laissée à elle-même. Les autorités doivent mettre en valeur cette presse qui a joué un rôle considérable dans l’avènement de la démocratie dans ce pays.

  74. Nous voulons que le président de la république accorde une très grande importance à notre presse qui égorge des potentialités en son sein. On a des journalistes talentueux et expérimentés dans notre pays. Ils ont juste besoin de l’accompagnement des autorités pour s’imposer sur la scène internationale.

  75. La presse dans un pays n’est pas du tout à négliger. Elle a la force et la capacité d’effondrer un pouvoir. Je ne le souhaite pas. Pour que cela ne produise pas, je demande aux plus hautes autorités une toute petite considération envers cette presse.

  76. Mes vœux les plus chers à la presse, privée et publique, de ce pays. Je les invite à jouer pleinement leur rôle pour consolider d’avantage notre démocratie. Je les remercie pour leur présence en temps réel. Tout cela pour informer le peuple à tout moment de la situation du pays et du monde tout entier.

  77. De toute évidence, la presse malienne a besoin de l’amélioration des conditions de travail. C’est ainsi, qu’on pourra compter sur nos hommes de médias.

  78. 😉 😉 😉 😉 La presse malienne doit se montrer plus performante qu’à avant. Parlant de la liberté de la presse, le Mali est compte parmi ces pays où la liberté de presse est comptée. 😥 😥 😥 😆 😆 😆 😆 Malgré qu’on occupe la 11ème place, avouons que les journalistes audio visuels et écrites maliens ont plus de liberté contrairement à beaucoup de pays. 😳 😳 😳 😳

  79. Je suis d’accord sur ce point, par contre on reconnait la valeur d’une personne quand elle-même accepte de se respecter. Raison pour laquelle, en tant qu’un citoyen lambda, j’invite les hommes de médias maliens à respecter l’éthique et la déontologie dans l’exercice de leur mission de tous les jours.

  80. Enfin, une bonne nouvelle, cette déclaration du président de la République doit rentrer en vigueur le plus vite possible. Je rappelle que cette dernière contribue fortement à la reconstruction de notre pays.

  81. 🙄 🙄 🙄 🙄 Enfin, une bonne nouvelle, cette déclaration du président de la République doit rentrer en vigueur le plus vite possible. Je rappelle que cette dernière contribue fortement à la reconstruction de notre pays. 😆 😆 😆 😆 😆

  82. Dans tout travail, il faut des matériels, sinon les efforts des travailleurs resteront vains. J’appuie cette conception du chef de l’Etat, en mettant à la disposition de la presse malienne les outils qu’il faut. On pourra s’entendre à un résultat convenable de sa part.

  83. Le président de la République a parfaitement raison, il faut que mettre tous les outils de travail à la disposition de la presse. Je rappelle que celle-ci contribue aussi au développement de notre pays. 😆 😆 😆 😆

  84. On ne saura parler de la liberté de presse au Mali, sans pour autant parlé de la diffamation et de la mystification faites par certains journalistes. Vous voulez que les autorités vous accordent plus de liberté en matière d’expression et autres. Apprenez tout d’abord à respecter votre métier.

  85. La presse contribue beaucoup au développement du pays, cela étant, elle doit jouer son rôle à la lettre. C’est-à-dire, divulguer les informations sans pour autant les mystifié, encore moins inventés des faits.

  86. Le chef de l’Etat vient de prendre une décision salutaire, à présent il faut que les actes accompagnent cette décision. Venant du président de la République, c’est sûr que les conditions de travails des journalistes maliens vont bientôt changer.

Comments are closed.