Amadou Haya Sanogo et 17 autres complices a la barre le 30 novembre : Ce procès est un couteau à double tranchant pour IBK

C’est sous la pression des parents des victimes, des organisations de Droit de l’Homme et de la Cour Pénale Internationale que le Gouvernement du Mali a fixé la date du procès du Capitaine Amadou Haya Sanogo, du lieutenant Amadou Konaré, du sergent-chef Seyba Diarra et de 15 autres complices.

5

C’est sous la pression des parents des victimes, des organisations de Droit de l’Homme et de la Cour Pénale Internationale que le Gouvernement du Mali a fixé la date du procès du Capitaine Amadou Haya Sanogo, du lieutenant Amadou Konaré, du sergent-chef Seyba Diarra et de 15 autres complices. Selon le communiqué du Procureur Général de la cour d’Appel, les présumés coupables  sont accusés d’enlèvements de personnes, d’assassinats et de complicités d’assassinats dans l’affaire dite des bérets rouges. Ce procès, considéré comme un gros caillou dans la chaussure d’IBK, s’annonce houleux compte tenu de la proximité des accusés avec les tenants du pouvoir actuel. IBK a-t-il intérêt à la tenue de ce procès ? Le déballage tant annoncé n’affaiblirait-il pas le régime actuel ? Ce procès n’est-il pas  un couteau à double tranchant pour le président de la République ? 

Après trois ans passés en détention, Amadou Haya Sanogo et ses 17 autres complices ont le droit de comparaitre devant la justice pour se défendre contre des faits qui leur sont reprochés. Pour rappel, les charges retenues contre eux sont relatifs aux enlèvements de 21 bérets rouges, cette unité d’élite de l’armée proche de l’ancien Président Amadou Toumani Touré, qui avait voulu faire un contre coup d’Etat pour chasser les auteurs du putsch du 22 mars 2012. Ce contre putsch s’était soldé par un échec. Une course poursuite s’en était suivie, avec l’arrestation d’un grand nombre de militaires, montrés à la Télévision Nationale. Ces infortunés seraient exécutés quelques heures après. Ces faits gravissimes au regard du code pénal malien sont passibles de la peine de mort. Le Capitaine Amadou Haya Sanogo, ses 17 infortunés, ses avocats et ses milliers de soutiens, auraient décidé de tout déballer au cours de ce procès, qui sera, sans nul doute, le 2ème procès le plus suivi après celui pour crimes de sang contre le Général Président Moussa Traoré. Les supputations vont désormais bon train sur les déballages qu’Amadou Haya Sanogo et autres s’apprêteraient à faire. L’actuel locataire de Koulouba, IBK, sortira-t-il indemne ? L’on se rappelle qu’il a été accusé en son temps par le Front pour la sauvegarde de la Démocratie et de la République, FDR, d’être un des complices des jeunes officiers auteurs du coup d’Etat. C’est justement à ce niveau que se situe l’inquiétude du cercle restreint du pouvoir. Si  Sanogo étale au grand jour la complicité du Président IBK et son éventuel soutien, l’inquiétude sera d’autant plus grande et les conséquences incommensurables pour le régime en termes d’éthique et de la morale politique. Si ces faits sont établis, il apparaitra aux yeux de tous les défenseurs des Droits de l’Homme et des principes démocratiques comme un Président putschiste.

En somme, ce procès est un couteau à double tranchant pour IBK et son régime qui sont acculés de toute part pour sa tenue afin que la vérité puisse être connue dans cette rocambolesque affaire dite des bérets rouges qui a défrayé longtemps la chronique. Il est désormais entre le marteau de la communauté internationale, des parents des victimes avides de vérité et l’enclume du peuple qui se fera une idée de celui qui nous gouverne. Quant aux partisans de Sanogo, ils crieraient à la trahison et promettraient de venger leur leader.  Vivement ce 2ème grand procès pour que les nombreux parents des victimes puissent savoir la vérité et faire leur deuil.

Youssouf Sissoko

[email protected]

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. je crois qu’il est temps qu’on arrête d’être partisan de tel ou tel camp (bérets rouges ou bérets verts) mais qu’on juste et légaliste sinon le Mali risque de sombré.
    rappel des faits, le 30 avril 2012, le colonel Abidina GUINDO et ses compagnons tentent un contre coup de temps, dans la foulée, ils attaquent simultanément trois points stratégiques:le camp militaire de Kati en faisant des morts et des blessés, l’Ortm est prise où un message est lu par les bérets rouges de passage la vendeuse de fruits et de légumes devant l’Ortm est tuée à bout portant et d’autres porteurs d’uniformes qui étaient en faction aussi sont tués enfin le troisième et dernier point attaqué par les compagnons du Colonel Abidina GUINDO fut l’aéroport de Bamako Senou dont la prise allait permettre au renfort de mercenaires d’atterrirent.
    Dans tous ces points, le colonel Abidina GUINDO et ses compagnons ont drainé dernière eux des morts et des blessés mais curieusement ni le procureur général de la cour d’appel de Bamako, ni les maliens semblent donner de l’importance à ces morts et blessés ou dit moins font la différence entre les victimes or toutes les vies humaines se valent mieux ce dossier devrait être le premier à être jugé car le jugement du dossier du Colonel Abidina GUINDO et de ses compagnons le premier d’ailleurs a être instruit allait permettre aux juges d’être éclairés pour le jugement du dossier des bérets rouges.
    On se rend compte que le Colonel Abidina GUINDO et ses compagnons au lieu d’être jugés au contraire bénéficie des avantages du pouvoir en place aucun d’entre eux n’est inquiété mais de l’autre côté le Général Amadou Haya SANOGO et ses compagnons sont arrêtés et mis sous dépôt depuis trois ans or selon la loi ils bénéficient de la présomption d’innocence et je voudrai savoir que font les juges de cette présomption d’innocence que la loi accorde au Général Amadou Haya SANOGO et ses compagnons. jusqu’à preuve du contraire ni la culpabilité du Général Amadou Haya SANOGO ni celle de ses compagnons ne sont établies pour l’instant.
    Alors, cher compatriote, je suit ces deux dossiers car je suis maliens et je veux que le droit soit dit dans ces affaires mais déjà on remarque qu’il y a deux poids deux mesures dans ces dossiers or ce sont des dossiers très très sensibles que les juges et les maliens doivent gérer avec beaucoup de tactes pour que le pays ne sombre pas dans l’instabilité du fait de l’injustice et de l’illégalité.
    En bon entendeur salut et vos réflexions.Merci

    • Aarrêtez de raconter des conneries ! Tuer au combat un homme armé et liquider des prisonniers désarmés n’ont rien de comparable ! Si vous voyez en cela 20 poids 1000 mesures, vous êtes un de ces esprits minables et lamentables !! ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  2. Mr sanogo a sauce le Mali il loin d’etre criminel je souhaite que Il sera liberez le 30 November prochain

  3. :-(LOOOOOL)-:
    Ces journaleux sont vraiment fou quoi ….:-(

    Vous voulez nous faire croire que ce maudit soldat raté avec sa bande de supporteur …est en mesure de faire ébranler le pays sous prétexte qu’il va déballer quelque chose …?????:-(LOOOO)-:

    Vous êtes malades ……:-(

    Même si il révélait que c’est le vieux sans inetgrite ZON BRIN … qui lui a dit d’exécuter les bérets rouges détenus ou les a exécuter lui même … ca ne changera absolument rien du tout a sa situation et au destin qu’il s’est créé …alors laisser nous respirer avec vos conneries …:-(

    Quant à la racaille de supporteur du super héros des super cons … vous aurez du mal à nous convaincre qu’ils sont à craindre … car on a pas vu un seul répondre à l’appel à la révolte de cet ******** [masqué car insultes interdites sur Malijet !] quand on a été le cueillir comme une mangue mûre à Kati … donc ce n’est pas aujourd’hui qu’ils vont répondre … du Dr. Satan Mariko au Têtard Opportunité Makan Konate… rien n’a craindre … PROMIS …:-(

    Moussa Ag,… la première malediction d’un putschiste est le retour à l’ordre constitutionnel … DE surcroît un putschiste assassin…:-(

    Bien que son complice est au pouvoir … SANOGO ne n’échappera pas au destin qu’il s’est créé …:-(

  4. Youssouf Sissoko, le Président IBK ne laissera pas une plume dans cette affaire. Cette bande de crétins peut raconter tout ce qu’elle veut mais elle n’est pas crédible. Ces traitres n’ont fait que mentir depuis qu’ils sont là.

    D’abord ces malheureux Bérets Rouges sont dans registres de l’armée comme étant morts au front du Nord. Et effectivement, ils ont été montrés à la télé, non pas comme les éléments des bérets Rouges mais comme étant des mercenaires étrangers envoyé par la CEDEAO pour détruire le Mali. Des mercenaires étrangers qui ont fini par se battre à la place de l’armée jusqu’à perdre tous la vie…… BIZARRE !! On ne peut pas aller trouver le corps de tous ces infortunés à Diago tout près et mêler IBK à cela.

    Ceux qui devraient se faire du souci sont Mahmoud DICKO, MARIKO et le Shérif de Nioro. C’est eux que l’on a vu et entendu. C’est eux qui étaient actifs et probablement tirant les manettes. IBK n’a fait qu’exploiter la fourberie des uns, la haine et la malhonnêteté des autres pour arriver à ses fins. Franchement il doit être salué pour cela.

Comments are closed.