La transition et les nominations de militaires à des postes : Application de la loi 04-051 du 23 novembre 2004…

2

A en croire Dr Aboubacar Sidick Fomba, président du parti ADEPM : « La transition politique au Mali prévoit la création et la mise en place de l’organe unique de gestion des élections avant la tenue des élections présidentielles et législatives ». Pour cet homme politique avisé, les réactions politiques actuelles ne sont autres que  de la manipulation politique qui ne saurait prospérer après trente ans de démocratie au Mali au cours desquelles beaucoup qui élèvent la voix ont joué un rôle capital. Idem pour les mutations de militaires à des postes stratégiques pour lesquelles certaines voix s’élèvent faignant d’ »ignorer que nous sommes ne crise et qu’l faut des mesures à la hauteur de la crise.

Poursuivant son analyse, il dira que « Cet organe unique retire à l’administration le rôle d’organisation des élections, de la centralisation et la proclamation des résultats provisoires ».

Aussi explique-t-il « L’administration territoriale sera dépossédée  de  la nomination des membres du bureau et du choix des membres pour l’établissement des listes électorales.  Le ministère de l’administration territoriale jouera un rôle de sécurisation des élections ».

La théorie du changement en marche

Pour Dr Fomba dans la théorie du changement, donc de la refondation du Mali : « L’organe de gestion retirera à la Cour Constitutionnelle son rôle de proclamation des résultats, elle se contentera du contentieux électoral  dans le but de mettre fin au 3em tour des élections législatives et présidentielles ».

Cet organe dit-il « jouera le rôle de la DGE, de la CENI, une grosse part du Ministère de l’Administration Territoriale et  de la Cour Constitutionnelle. La confection des cartes d’électeurs et leur distribution seront confiées à cet organe ».

« En d’autres Termes la transition va procéder à la relecture des 9 lois organiques », a ajouté Dr Fomba sans sourciller.

Application de la loi 04-051 du 23 novembre 2004

Parlant des nouvelles régions créées, le président du parti ADEPM dit que « La transition politique prévoit également l’opérationnalisation des nouvelles régions créées  par la loi de 2012 et les gouverneurs constituent les pièces maîtresses. La nomination des militaires comme gouverneurs s’explique par la mise en application de la loi 04_051 du 23 novembre 2004 portant organisation de défense nationale du territoire. 

Le Mali étant en guerre la mise en application de cette loi devient obligatoire ».

Une loi qui introduit les  villages, les hameaux dans le système défense du territoire et non ces allégations qui n’ont autre objectif que de distraire le peuple.

Cette loi, dira Dr Fomba « a l’avantage d’introduire les villages et même les hameaux dans le système de défense et d’informations sécuritaires ».

Mieux, dit-il « Elle s’appuie sur une stratégie appelée DOT (Défense Opérationnelle du Territoire) que le président IBK avait appliqué sélectivement en donnant le nom ” Opération Maliko” avec la création de zones militaires inappropriées ne respectant pas l’architecture demandée par la stratégie DOT ».

Aux hommes politiques de travailler pour le grand rendez-vous

S’adressant à ses camarades politiques qui inondent les réseaux sociaux d’informations souvent invraisemblables, Dr Fomba les demande de « se mettre au travail  pour préparer le grand rendez-vous et doivent éviter la préméditation d’un conflit électoral au Mali ». Des élucubrations inutiles qui ne feront que de tenter de nous empêcher d’aller de l’avant.

Parlant du futur Président de la République du Mali, le porte-parole des FPR-Mali dira qu’il « sera élu dans les urnes par les Maliens et non imposé  par les militaires ou la France ou même la communauté internationale ».

« Battons-nous pour la réussite de cette transition ! », a conseillé le président du parti ADEPM.

D DICKO

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. SYSTÈME NATIONAL INTELLIGENT DE DÉFENSE ET SÉCURITÉ DU TERRITOIRE POUR UNE REFONDATION INTELLIGENTE DU MALI : Aller au delà de la loi 04-051 du 23 novembre 2004.

    Bonjour,

    L’ONU a-t-elle confirmé que le Général Keba Sangaré a été un obstacle à l’application de l’accord de paix ? En tout cas, il n’a pas encore été frappé par les sanctions de ONU (attachées au pacte pour la paix) même si le rapport de l’ONU (qui avait fait l’objet d’une fuite) le soupsonnait
    en août 2020 de faire obstacle à l’accord de paix.

    Contrairement à ce que dit Dr Aboubacar Sidick Fomba (Président du parti ADEPM et des forces patriotiques pour la refondation du Mali) les niveaux tactique et stratégique apportés par Maliko ne sont pas inappropriés, en effet, Maliko les ajoute à juste titre pour pallier les insuffisances de la loi 04-051 du 23 novembre 2004 qui ne se focalise que sur le niveau opérationnel (stratégie DOT) : pour le détail, voir ci-dessous.

    Une architecture de défense nationale du territoire doit avoir plusieurs niveaux : le niveau opérationnel (court terme), le niveau tactique (moyen terme) et le niveau stratégique (long terme). Il y a une planification, une stratégie et des informations sécuritaires associées à chaque niveau.

    Le niveau stratégique s’appuie sur le niveau tactique. Ce dernier s’appuie sur le niveau opérationnel. Ce qui n’empêche pas le niveau stratégique d’utiliser le niveau opérationnel et ses informations sécuritaires.

    L’architecture de Défense nationale du territoire exige une architecture de défense nationale au niveau stratégique (niveau Gouvernance), une architecture de défense nationale au niveau tactique (niveau Gestion tactique) et une architecture de défense nationale au niveau opérationnel (Gestion opérationnelle).

    La stratégie DOT (Défense Opérationnelle du Territoire) s’applique au niveau opérationnel.

    L’architecture opérationnelle est constituée de noeuds qui peuvent être des villages et des hameaux.

    Il doit exister une stratégie au niveau tactique (Défense Tactique du Territoire) et une stratégie au niveau stratégique (Défense Stratégique du Territoire).

    C’est Dommage que la loi 04-051 du 23 novembre 2004 ne s’intéresse qu’au niveau opérationnel avec sa stratégie DOT.

    Les niveaux tactiques et stratégique ne sont pas pris en compte.

    Maliko apporte en plus les niveaux tactique et stratégique qui sont indispensables.

    Contrairement à ce que dit Dr Aboubacar Sidick Fomba (ADEPM), ces niveaux ne sont pas inappropriés. Maliko les ajoute à juste titre pour pallier les insuffisances de la loi 04-051 du 23 novembre 2004.

    En termes de management (gouvernance et gestion), pour disposer d’une gouvernance, d’une gestion, d’un contrôle, d’une surveillance et d’une maintenance complets, on doit gérer des bases d’informations sécuritaires à tous les trois niveaux en utilisant des bases d’informations de gestion sécuritaires (Security Management Informations bases).

    Ce qui est indispensable pour lutter efficacement contre le terrorisme et pour sécuriser et protéger efficacement les citoyens, les communautés, les collectivités territoriales et l’État (gouvernance, gestion et contrôle/surveillance en temps réel de tout ce qui se passe).

    Un système d’intelligence stratégique (avec des bases de renseignements stratégiques alimentées à tous les niveaux) pourra être créé.

    Il est indispensable de disposer d’une tel management et d’un tel système d’intelligence stratégique au Mali et dans la zone Sahel, en particulier au G5 Sahel via une coopération entre ces systèmes d’intelligence stratégique aux niveaux local, régional et international en impliquant et s’appuyant, entre autres, sur les citoyens et les communautés.

    Le management de l’architecture (système) de Défense nationale exige ces bases pour être efficace et complet.

    En termes de ressources humaines, le management, à tous les niveaux, peut être assuré par tout profil (civil ou militaire) ayant les connaissances requises.

    Les nouvelles technologies d’informations et communication utiliseront ces bases pour créer un système national de défense stratégique garantissant une défense et une sécurité optimales des citoyens, des communautés, des collectivités territoriales et de l’État tout entier.

    Ouvrons TOUS/TOUTES dans ce sens pour la refondation intelligente du Mali mettant les citoyens, les communautés, les collectivités et l’État, donc le Mali, au centre des préoccupations.

    Bien cordialement

    Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

  2. Les militaires jouent sur la division de la classe politique pour arriver à leurs fins.
    Après le coup de force du 18 août,certains hommes politiques ont commencé à étaler leurs divergences alors que l’objectif assigné qui a permis de les taire pour pouvoir faire démissionner IBK n’a pas été atteint.
    CERTAINS ONT ABANDONNÉ LE M5-RFP, PAS SEULEMENT LA CMA DE MAHMOUD DICKO,MAIS OUMAR MARIKO ET SA BANDE.
    Du pain béni pour les militaires car contribuant à affaiblir un mouvement populaire qui a affaibli IBK.
    ON DOIT D’ABORD DÉFENDRE LA DÉMOCRATIE AVANT TOUTE CONSIDÉRATION PARTISANE.
    À l’approche des élections,les militaires auront formé un groupement politique autour d’un candidat sans procéder aux réformes revendiquées.
    ON A L’IMPRESSION QU’ILS VONT ATTEINDRE FACILEMENT LEUR OBJECTIF CAR LES MÊMES PERSONNES QUI ONT AIDÉ IBK SONT AVEC EUX.
    MAHMOUD DICKO est celui qui a fait campagne pour IBK dans les mosquées associé aux militaires.
    Des partis politiques ont fini par battre campagne pour le candidat des militaires.
    Le jeu des militaires va se faire découvrir au fur à mesure qu’on approche des échéances des élections.
    Le M5-RFP doit être aidé par tous ceux qui veulent le changement.
    Agir en dehors, c’est aider les militaires.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here