Prolifération des moustiques à Bamako : Les ordures, sources des maladies

4

Des nos jours, la ville de Bamako est  devenue un endroit où tout le monde fait ce qui lui plait. Partout dans la ville, on aperçoit des dépotoirs d’ordures qui sont la cause de plusieurs maladies et surtout de la variation des moustiques. Les moustiques sont partout notamment dans les endroits sales comme les caniveaux, les groupements d’ordures et les eaux usées.

Certains quartiers du District de Bamako, notamment Banankabougou, Daoudabougou, Yirimadjio et Niamakoro sont devenu le lieu de rencontre des moustiques, vu que ces quartiers sont très sales et mal  entretenus.

Il faut noter que la multiplication de ces moustiques est due à la saleté qui est partout à travers les carrefours, les espaces vides qui deviennent des lieux de dépôts des ordures et les caniveaux qui sont pleins, non seulement des eaux sales, mais aussi des déchets.

Oumou Traore, habitante à Daoudabougou affirme que les rues sont sales et c’est ce qui fait que les moustiques sont partout et se multiplient en ce moment. Pour combattre ce phénomène, il faut que chaque famille prenne des dispositions pour assainir les maisons et les devantures des maisons. Aussi, chercher des endroits ou mettre des ordures pour diminuer les moustiques.

Mariam Sidibé, habitante a Banankabougou affirme que les moustiques sont la cause de nombreux dégâts dans la maison et dans les rues, facteur de plusieurs maladies comme : Le paludisme.

La population doit prendre des dispositions pour lutter contre les moustiques parce que c’est un phénomène qui est en train d’augmenter de jour en jour. Le maire doit prendre des solutions ou chercher un endroit où toutes les ordures doivent être regroupés et nettoyer chaque fois les caniveaux pour que le taux de vulnérabilité des moustiques diminue. C’est aussi un moyen pour que la sante revienne dans la ville.

Les associations doivent organiser des journées de salubrité chaque mois pour qu’ensemble, avec la mairie l’on puisse trouver des solutions à ces problèmes de moustiques.

Le ministre de l’assainissement doit aussi participer pour aider la maire  et la population à combattre ces ordures pour le bien tous.

Hawa TRAORE, Stagiaire

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. IL FAUT DES IMPOTS SUR LES HABITANTS DE BAMAKO ET Y INSTAURER UN SYSTEME DE REGISTRATION ET DE TRAVAIL !

    LES ORDURES A BAMAKO! PLUS COMPLIQUE QUE LE MOT!

    IL YA DES MATERIAUX A INTERDIRE AU MALI, COMME EX LE PLASTIQUE ET AUTRES POLUANTS!

    LES ORDURES ORGANIQUES DOIVENT ETRE SECHEES SYSTEMATIQUEMENT, UNITEES DE PRODUCTION D ENGRAIS ORGANIQUES!

    ENCOURAGER LES PARKS DANS LES QUARTIERS, LES ZONES VERTES QUI CONSOMMENT LES DECHETS ORGANIQUES….

    BAMAKO EST TROP SURPEUPLE! DONNER DES TERRAINS A DES GENS QUI VEULENT QUITER CETTE VILLE ET Y INSTAURER UN SYSTEME DE REGISTRATION OU DE CITOYENETEE DU DISTRIC , TOUT EN MEME TEMPS Y ELEVER LES IMPOTS SUR BUSINESS ET LOGEMENTS!

  2. Contactez :[email protected] Fanta Traore Coulibaly à Bamako et/ou
    [email protected] Moussa Kalifa Traore à Gao. Buvez la tisane d’Artémisia annua et dormez sans moustiquaire car vous n’aurez plus jamais la malaria ou le paludisme. Cela les médecins et les politiciens ne vous le diront jamais, encore moins ce qui vivent du business de cette maladie comme les lobbys pharmaceutiques et les chercheurs qui ne trouvent jamais! C’est connu cette plante est miraculeuse elle soigne et éradique le paludisme mais aussi beaucoup d’autres maladies comme le diabète, le cancer, etc.

Comments are closed.