Réformes domaniales et foncières : les membres du CNT s’approprient le contenu de la nouvelle loi

0

Rassembler les acteurs concernés par le foncier pour mieux édifier les conseillers nationaux sur le contenu de la loi domaniale et foncière afin de les amener à voter en toute connaissance de cause sur les projets de réformes domaniales et foncières. C’est tout le sens qu’il faut donner à l’atelier d’information et d’échanges sur la loi domaniale et foncière organisé hier par le Conseil national de Transition (CNT), au CICB, à l’attention des membres de l’organe législatif.

La rencontre a regroupé outre les membres du CNT, les directeurs nationaux des domaines et du cadastre, des responsables des collectivités territoriales (gouverneurs, préfets, maires…), et des experts indépendants.
La cérémonie d’ouverture de la session était présidée par le 1er vice-président du CNT, Assarid Ag Imbarcaouane.
C’était en présence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga.

La gestion domaniale et foncière est sans doute une des clefs les plus importantes de la stabilisation du Mali. Selon le président de la Commission travaux publics, de l’habitat, des domaines et des transports du CNT, le problème foncier est l’une des bases des conflits inter et extra communautaires dans le Centre de notre pays. La gestion des pâturages et celle des terres agricoles sont des sources récurrentes de conflits entre agriculteurs et éleveurs dans plusieurs zones du Mali, a regretté Modibo Keita.

«Il est impératif d’apporter des réponses aux questions domaniales et foncières, car de nombreux Maliens sont unanimes sur le fait que le foncier constitue une véritable bombe à retardement», a-t-il prévenu, avant d’inviter les participants à adopter une approche dynamique et décomplexée pour qu’au sortir de cet atelier, nous ayons une idée précise sur le renforcement et l’enrichissement des réformes en cours et à venir.

…….lire la suite sur https://www.lessormali.com/

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here