Semaines de la jeunesse pour la paix : Mossa Ag Attaher, le « Dalaï Lama » du Mali ?

0

 Le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction Civique et de la Construction Citoyenne, Mossa Ag Attaher, ne cesse de surprendre depuis son arrivée à la tête du département de la Jeunesse et des Sports. Attaché aux valeurs de la paix, et surtout convaincu cela ne saurait être une réalité sans la jeunesse malienne, il multiplie des initiatives visant à amener cette dernière à prendre son destin et celui du Mali en main, pour la construction d’un nouveau Mali, avec pour socle la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble !

Pas plus tard que la semaine dernière, il était à Goundam dans le cadre du lancement de la deuxième édition des activités de la Semaine Régionale de la Jeunesse, des Sports, de l’Artisanat et de la Citoyenneté de Tombouctou à Goundam. Cette Semaine régionale tournante, encouragée et soutenue par les plus hautes autorités du pays, vise à promouvoir la pratique du sport par la réhabilitation des infrastructures sportives et à consolider la paix, l’unité nationale et le vivre-ensemble en vue de relancer le développement socioéconomique et culturel de la Région.

Au programme, des activités comme des conférences thématiques en lien avec les préoccupations des populations et des questions de développement, des nuits artistiques et culturelles, la réhabilitation des infrastructures socio-éducatives et sportives, l’initiation à la montée des couleurs, des journées d’assainissement et de reboisement pour verdoyer l’environnement, des randonnées sur les sites et monuments historiques, des jeux et concours sur la connaissance du Mali…

Quelques morceaux du discours du ministre Mossa Ag Attaher à cette occasion ! « Les activités de la présente semaine cadre parfaitement avec la vision déclinée dans la Politique nationale de la Jeunesse qui s’assigne comme objectif global de contribuer au bien-être général des jeunes du Mali, en faisant d’eux des acteurs majeurs du changement en faveur de la paix, de l’unité nationale et le principal moteur du développement économique, social et culturel », a-t-il indiqué, non pas sans remercier et féliciter le Gouverneur pour cette initiative remarquable qui, à ses yeux, constitue un véritable levier de développement harmonieux de la région…

En venant répondre à votre appel, nous avons voulu magnifier cette belle et heureuse initiative, celle d’organiser une semaine tournante dans les différents cercles de la région de Tombouctou, une Semaine sportive et citoyenne de la jeunesse pour la consolidation de la paix et la cohésion sociale dans la région, une semaine pour impulser les activités de développement socioéconomique et culturel de la région, une semaine pour renforcer la communion entre des communautés meurtries et les drainer sur la voie de l’émergence de la région.

En venant répondre à votre appel, nous avons voulu vous dire, chers jeunes de la région de Tombouctou et du cercle de Goundam, en particulier, que nous ressentons fortement votre besoin de revivre des instants d’émotion, de ferveur, d’allégresse dans la cohésion sociale et le vivre ensemble, dans un esprit de brassage, de fraternité et de retrouvaille, tel que suscité par l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali.

En venant répondre à votre appel, nous avons aussi voulu glorifier cette diversité culturelle qu’incarne Goundam. Regardez de gauche à droite, ces femmes et ces hommes, ces vieux comme ces jeunes de Diré, de Goundam, de Niafunké, de Rharouss et de Tombouctou, tous mobilisés et engagés pour la cause de leur terroir, pour faire vibrer au firmament l’espérance et la résilience.

En venant répondre à votre appel, nous avons voulu, aussi et surtout, nous sacrifier à une tradition, celle de mettre la jeunesse à l’école de sa société, de sa communauté pour qu’elle s’enracine dans ses valeurs, qu’elle s’enracine dans les pratiques positives sociétales et qu’elle s’engage résolument dans la voie volontariste de la transformation positive de cette société pour qu’elle soit la plus belle, la plus enviée et contribuer ainsi à l’édification d’un Mali de paix et de stabilité, d’un Mali uni et pluriel, d’un Mali qui compte dans le concert des Nations.

En venant répondre à votre appel, Monsieur le Gouverneur, nous avons voulu vous apporter le message solennel des Autorités de la Transition pour vous encourager à intensifier et à densifier les actions entreprises dans la Région de Tombouctou, sous votre leadership, aux fins de soulager la souffrance de ces braves populations et communautés et les mobiliser sur la voie de la concorde et du vivre-ensemble pour développement global et harmonieux de l’espace régional… ».

Pour le ministre Mossa Ag Attaher, il est clair qu’aucune nation ne peut se développer sans sa jeunesse. La jeunesse doit, selon lui, incarner les valeurs, les pratiques positives et être le moteur de la construction de sa communauté, de son pays. « C’est à ce banquet d’honneur qu’est invitée la jeunesse de Goundam, la jeunesse de la région de Tombouctou, la jeunesse du Mali, pour tourner à jamais les pages de la crise multidimensionnelle du pays. D’où le rêve qu’il a voulu partager avec l’assistance, « celui de voir les 20 millions de Maliens réunis autour du Mali, évoluant main dans la main dans le sentier de la paix et la cohésion sociale ».

Bandiagara aussi…

 Avant Goundam, le ministre était à Bandiagara dans le cadre des journées sportives et citoyennes pour la consolidation de la paix au centre du Mali. Là-bas, le ministre a magnifié ville légendaire, de tolérance, de culture… ville cosmopolite où les communautés ont, depuis les temps immémoriaux, vécu en parfaite harmonie conformément aux valeurs humaines d’hospitalité, de solidarité, du vivre-ensemble… Pour le ministre, ce qui reste à Bandiagara, c’est de faire en sorte que ses fils unissent comme un seul homme et se donnent la main pour recoudre les liens de fraternité bâtis des millénaires durant.

 L’occasion était bonne pour lui de lancer un appel à ses frères dogon et peulh, pour qu’à partir des valeurs qui sont leurs, ils se retrouvent autour de ce qui les unit et qui fait la fierté de tout le Mali. Et d’ajouter : « Monsieur le Gouverneur, en venant dans cet espace culturel de l’humanité, chanté et vanté par le monde entier, j’ai voulu relever un défi, celui de placer la jeunesse malienne, je dis bien placer la jeunesse malienne, à l’école de la fierté, de la dignité, de l’honneur, de l’humilité, de la créativité, de la diversité, de la paix et du vivre-ensemble… ».

Parlant des Journées sportives et citoyennes de la Jeunesse, il dira qu’elles offrent aussi un cadre d’échange et de partage sur les mécanismes de promotion de la paix, de la réconciliation et du vivre-ensemble dans l’espace de Bandiagara… Un moment important d’appropriation des mécanismes de gestion de conflit expérimentés dans la Région et qui ont abouti à des résultats concluants. Il s’agissait aussi de cerner le rôle des jeunes dans cette gestion des conflits et d’engager des échanges fécondants sur l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali en vue d’une meilleure appropriation de cet instrument qui doit plus unir le peuple malien…

Il conclura, parlant des perspectives de son département, il révélera le lancement tout prochain du processus d’élaboration de la Charte de la citoyenneté et du passeport de la citoyenneté. A défaut d’être le « Dalaï Lama » du Mali, il reste sans doute un chantre de la paix dans notre pays !

Damus

Notre Voie

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here