Société : Le boom de la mendicité

0

Aujourd’hui, Bamako est envahi par des mendiants exposés à des dangers.

 La mendicité peut être définie comme un phénomène social ou un problème social qui amène une personne ou un groupe de personnes à quémander sa pitance quotidienne.

Les jeunes mendiants sont envoyés par les marabouts. Les talibés sont des élèves coraniques. Au Mali, les talibés sont généralement des garçons âgés de 5 à 15 ans issus d’un milieu rural, confiés par les parents à un maitre coranique afin qu’ils reçoivent des cours et une bonne éducation religieuse.

Le matin, de bonheur, pieds nus, presque nus dans les stations, à la porte des services publics ou privés, dans les espaces verts, publics, au bord de la route, entre les voitures, et même dans les familles pour quémander de l’argent, de la nourriture, ou même des vêtements ; avec une boite vide de tomate concentrée et un slogan « Fissabillaye Wallassouli » qui veut dire « à cause de Dieu et du prophète Mohamed (PSL) ».

Selon Oumar Traoré, 9 ans, résidant dans les environs des logements sociaux Attbougou, « cela fait plus d’une année que je suis mendiant, et cela à cause de mes parents qui m’ont amené chez le maitre coranique pour apprendre le coran. C’est dans le cadre de cet apprentissage que nous allons en quête d’argent, de nourriture et cela est une exigence par conséquent je dois amener quelque chose le soir ou je serais sévèrement punis ».

Ibrahima Haïdara maître coranique : « J’ai été moi-même été mendiant. La mendicité est un précepte de la religion et non une obligation. Les parents amènent les enfants chez moi pour que je puisse leur apprendre à lire, écrire, même mémoriser le coran et aussi m’occuper de leur éducation avec un programme bien défini, sans donner quelque chose en retour».

Il n’y avait pas de cahier avant. Les talibés se servaient des tablettes de bois. Il est légué aux talibés, la sagesse, l’éducation, ainsi que la connaissance du coran afin qu’ils apprennent eux aussi à leur disciple le savoir.

 

Marcel Rached

(Stagiaire)

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here