Suite à une lettre du comité syndical de La Bicim-Mali adressée au procureur général pour recouvrer les créances de la banque : Amadou Gagny Lah assigne la Bicim-Mali devant la justice

4

Il réclame 5 milliards de Fcfa à titre de réparation du préjudice

Le Gérant des Sociétés Petrogio et Food Stop, Amadou Gagny Lah, vient d’assigner la Direction générale de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie au Mali (Bicim) devant la justice, suite à une lettre du Secrétaire général du Comité syndical de la Bicim-Mali, Hamadoun Bah, adressée au Procureur général en vue de recouvrer les créances de la Banque. En tant que client incriminé, le jeune opérateur économique demande donc réparation des préjudices causés par la Bicim. Il réclame la somme de 5 milliards de Fcfa.

Le torchon brûle depuis quelques semaines entre la Direction générale de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie au Mali (Bicim-Mali) et certains opérateurs économiques, très surpris de voir leur nom et celui de leurs sociétés dans une lettre signée par le Secrétaire général du Comité syndical de la Bicim-Mali, Hamadoun Bah, saisissant le Procureur général.

Dans cette correspondance en date du 24 septembre 2020, le Secrétaire général du Comité syndical, non moins Secrétaire général du Syndicat national des banques, assurances, établissements financiers et commerces du Mali, attire l’attention du Procureur général sur une situation de créances non payées par deux opérateurs économiques. Ainsi écrit-il :

“A Monsieur le Procureur Général,

Le Comité syndical de la Bicim à l’honneur  de venir par la présente vous présenter un sujet très préoccupant dont la Bicim vous a saisi et qui concerne deux de ses clients indélicats. Ceux-ci ont voulu profiter de leur situation privilégiée auprès du précédent régime pour se dérober de leurs créances qui plombent aujourd’hui l’ensemble du résultat, fruit du labeur des travailleurs. En effet, ces deux clients, que sont Food Stop/Petrogio Sarl et AMZ, respectivement représentés par Amadou Gagny Lah et Mohamed Abdourhamane, présentent à eux seuls une créance de près de 3,5 milliards de Fcfa pour la seule Bicim”, précise le Secrétaire général du Comité syndical de la Bicim-Mali.

Il ajoutera : “le Comité syndical, soucieux de l’avenir de notre banque et du bien-être de ses employés, trouve inadmissible que ces deux clients plombent les efforts de plusieurs années de travail et de sacrifices consentis. D’autant plus qu’ils se croient sous le sceau de l’impunité totale et n’hésite pas à exhiber leur patrimoine au vu de tous. Le Comité syndical, avec d’ores et déjà l’appui du Synabef, compte user de tous les moyens légaux à sa disposition pour recouvrer l’intégralité de ces créances”, conclut Hamadoun Bah.

Cette lettre adressée au Procureur Général a suscité donc beaucoup de bruit dans les milieux des affaires, notamment au niveau de certaines banques de la place.

Le hic est que beaucoup de gens n’ont pas apprécié l’attitude du Comité syndical de la Bicim-Mali dans ce contentieux qui oppose la Direction de la banque à certains de ses clients. Sans oublier que l’affaire a été exposée à la place publique à travers les réseaux sociaux. Ce qui peut causer, précise un spécialiste en droit, d’énormes préjudices à ces opérateurs économiques.

Comme il fallait s’y attendre, le jeune opérateur économique Amadou Gagny Lah n’a pas réagi par voie de presse, mais il a décidé d’assigner la Bicim-Mali devant la justice. A travers le Cabinet d’Avocats Brysla, une plainte a été déposée devant le Tribunal de grande instance de la Commune III, le 6 octobre 2020, où le nom du Directeur général des Sociétés Bicim-Mali, Samir Mezine est cité.

“Une banque te prête en connaissance de cause. Tu lui donnes des garanties qu’elle expertise. Si tu n’arrives pas à payer elle réalise les garanties. Personne n’a forcé la Bicim à prêter les fonds aux entreprises qu’elle incrimine à travers son syndicat. Les prêts et les garanties ont été régulièrement accordés. Les banques font cela tous les jours et aucun syndicat n’est venu se mêler au recouvrement avec des arguments fallacieux. Les sociétés jetées en pâture ont également le droit de se défendre. La Bicim a déjà initié des procédures de saisies mobilières et immobilières. Elle ne doit s’en prendre qu’à elle-même et à ses agents qui n’ont pas bien fait leur job. La Bicim a saisi le Procureur contre Amadou Lah en 2019, malgré les procédures initiées par ailleurs au civil”, nous a confié une source proche du dossier.

En tout cas, les clients incriminés abusivement demandent donc réparation des préjudices causés par la Bicim, le Comité syndical et son représentant, à hauteur de la somme de 5 milliards de Fcfa.                                                         

 El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Disons la verite cette Banque ( BCIM ) n’est pas professionelle.
    la banque c’est la conficentialite , je sais que certains jokarame ne sont pas serieux , mais la banque ne pretent jamais sans soumettre ses regles aux clients , si le client est en faute elle le saissit c;est tout , c’est mieux d’aller discrediter les gens . les affaires c’est les affaires hein il n’ya pas de sentiment.

  2. Quelles conneries vous racontez monsieur le journaliste ou je ne sais quoi.
    Ces gens pseudos opérateurs économiques sont connus a Bamako par beaucoup de banques pour être des délinquants, des magouilleurs qui roulent les banques dans la farine avec de fausses garanties pour accéder à de gros prêts.
    Tous ces opérateurs économiques Djokaramè sui flambent à Bamako sont tous des voleurs qui détournent les banques.
    C’est vrai qu’ils le font avec d’autres délinquants employés des dites banques victimes, il faut le dire. Donc que ces banques commencent par nettoyer chez elles.

  3. Haidara Djeli on t’a paye combien de CFA pour ecrire ce torchon contre la Bicim? Merci de repondre honnetement!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here