Le bras de fer continue à la Femafoot : Les dissidents organisent une AG extraordinaire le 30 Août prochain pour destituer le bureau. L’équipe de Baba Diarra met en garde

2
Boubacar Monzon Traoré (G) Yeli Sissoko et Madou Sow
Boubacar Monzon Traoré (G) Yeli Sissoko et Madou Sow

Les dissidents envisagent  la tenue d’une  Assemblée Générale  Extraordinaire. La FEMAFOOT s’y oppose et évoque son illégalité. Elle est prévue pour ce 30 Aout 2015 avec les points suivants à l’ordre du jour : la Révocation du président de la FEMAFOOT; Validation des membres proposés par le Comité  Exécutif suite à la démission des membres élus à l’assemblée du 13 Octobre 2013 à Mopti ; Annulation de la décision N°2/CCR FEMAFOOT/2014-2015 de la commission centrale de recours ; Situation du championnat national 2014-2015 et de la coupe du Mali après la déprogrammation de certains clubs…

De son côté,  le SG de la FEMAFOOT Yacoubadian Traoré  lors d’une conférence de Presse qu’il a animée courant semaine dernière disait ceci : «Nous n’allons  identifier tous ceux qui découlent de cette Assemblée Générale extraordinaire. Ils savent qu’ils ne sont pas dans la légalité. Cette assemblée générale extraordinaire n’aura aucune influence  sur notre légalité». Une situation qui annonce du coup un bras de fer entre membres de l’actuel bureau fédéral et opposants.

 

L’on se rappelle depuis  l’Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de football tenue à Bamako le 10 janvier 2015, notre sport roi est plongé dans une crise. Une crise du fait des multiples violations des textes, des malversations financières et surtout  de la gouvernance du président Baba Diarra On évoque non seulement le non-respect  dans les délais requis pour la tenue et pis  le rapport financier a été distribué dans la salle le jour même de l’assemblée générale ordinaire. Alors que le rapport financier doit être remis aux délégués 21 jours avant les assises selon le statut de la fédération  malienne de football dans son article 31.3.

 

Une goutte d’eau qui a débordé la vase

 

Tout est advenu quand le président fédération, en sa qualité de président de séance  a expulsé le délégué du Djoliba. Une expulsion qui n’avait aucun sens  et qui n’était que du ressort de l’Assemblée. C’est ainsi que  les ligues et clubs majoritaires, par solidarité envers  le délégué du Djoliba Me Ba Salif Sylla,  se sont retrouvés à la porte. Les ligues et clubs majoritaires se sont résolument engagés dans un combat contre l’équipe dirigée par Boubacar Baba Diarra. Des tentatives de médiations menées par les bonnes volontés entre les deux parties à savoir le ministre des sports, le comité olympique, la société civile et l’ancien président de la République, le  Professeur Dioncounda Traoré ont été vouée à l’échec.

C’est dans une  logique de respect de la légalité qui a poussé  les ligues et clubs majoritaire de l’assemblée du 10 janvier 2015 à recourir à  la FIFA et au TAS (Tribunal Arbitral du sport).

Mais en attendant les décisions de ces instances, les ligues et clubs majoritaires ont décidé de  faire valoir  leur droit en tant que  majorité, par la demande de convocation d’une Assemblée Générale Extraordinaire en l’application de l’article 37 des statuts de la fédération malienne de football qui stipule que « les sessions extraordinaires de l’Assemblée Générale peuvent être convoquées à tout moment à l’initiative du Comité Exécutif ou à la demande de 50 % + 1 des membres votants par écrit. Les affaires à traiter doivent être stipulées dans  ladite demande ».

 

A la date d’aujourd’hui les membres ayant demandé l’Assemblée Générale Extraordinaire se disent majoritaires  avec 30 voix donc plus que les 50 % + 1 requis qui correspondent à 29 voix selon certains responsables. Ils ajoutent que puisque le comité exécutif de la fédération malienne de football n’a pas voulu organiser cette Assemblée Générale demandée par les 50 % + 1 des membres votants par écrit, il peut être fait recours à l’article 40 des  statuts et règlements de la FEMAFFOOT qui autorise la tenue d’une Assemblée Générale Extraordinaire. Aussi, l’alinéa premier de cet article stipule que l’Assemblée Générale Extraordinaire doit se tenir impérativement au plus tard 30 jours après la prise de décision de sa tenue par le comité exécutif ou après réception de la demande par les membres. Si tel n’est pas, les membres qui ont demandé la convocation de l’Assemblée Générale peuvent la convoquer eux-mêmes.

Le SG de la FEMAFOOT, M  Yacoubadian Traoré, lors d’une conférence de Presse qu’il a animée disait en substance ceci : «Nous n’allons pas reconnaitre tous ceux qui découlent de cette Assemblée Générale extraordinaire. Ils savent qu’ils ne sont pas dans la légalité. Cette assemblée générale extraordinaire n’aura aucune incidence sur notre légalité». Une situation qui annonce du coup un bras de fer entre membres de l’actuel bureau fédéral et opposants.

Et pourtant lors de son élection comme  Président de la FEMAFOOT à Mopti, Boubacar Baba Diarra avait soutenu ceci lors de sa toute première interview : «l’équipe sortante a bien travaillé, mais c’est l’environnement de notre football qui n’est pas bon. Nous, nous allons commencer à l’assainir».

Le Mali a aujourd’hui besoin d’union sacrée  surtout au tour du football facteur très important dans la marche vers la paix définitive et pour le bien être de notre football qui est dans l’agonie.

  1. Traoré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Nous allons creer une zone de securité autour de la FEMAFOOT pour empecher les apatrides de realizer leur forfeit.

  2. Ce sont des opportunistes qui sont la pour défendre leurs intérêts personnels des vrais apatrides

Comments are closed.